Parcs et forêts

Parc de Harrington Harbour

Parc de Harrington Harbour

Projet de parc dans la région de Harrington Harbour

Le parc national de la région de Harrington Harbour doit représenter la région naturelle de la côte rocheuse de la Basse-Côte-Nord. Il n’est pas encore créé, mais le territoire à l’étude pour ce projet s’étend sur environ 3 670 kilomètres carrés.

Le territoire du futur parc de Harrington Harbour se trouve en bordure du golfe du Saint-Laurent, alimenté par le courant froid du Labrador qui provoque un climat rigoureux. La toundra y est omniprésente. Les arbres et les arbustes résistent difficilement aux conditions imposées par cette situation géographique.

Le centre du futur parc est traversé par la rivière du Petit Mécatina, seconde rivière de la Côte-Nord par son débit, qui dévale vers le golfe en une succession de rapides et de chutes. À l’embouchure, le Petit Mécatina forme un impressionnant delta constitué d’une succession de dunes. Sur cette surface sablonneuse surélevée d’une quarantaine de mètres, on trouve un immense complexe de tourbières.

Le territoire est ponctué de plus de 3600 îles et récifs groupés en archipels. Les principaux sont l’archipel de Ouapitagone, l’archipel de Sainte-Marie, l’archipel du Petit Mécatina et l’archipel du Gros Mécatina.

On peut y apercevoir plusieurs colonies d’oiseaux marins.

Si le projet de parc se réalise, il protégera, pour les générations futures, les beautés d’une côte au caractère sauvage, et son arrière-pays.

Pour l’instant, le Relais Nordik, bateau de marchandises et de passagers, dessert chaque semaine les villages de la Basse-Côte-Nord à partir de Rimouski. La compagnie Écomertours Nord-Sud propose des croisières écotouristiques pour passagers vers la Basse-Côte-Nord avec interprétation et escales dans les villages.

Historique de la municipalité de Côte-Nord-du-Golfe-Saint-Laurent

Le large territoire de la Côte-Nord municipalisé en 1963 sous le nom de Municipalité de Côte-Nord-du-Golfe-Saint-Laurent, qui correspond à peu près à ce que l’on appelle la Basse-Côte-Nord, s’étendait de la rive est de Natashquan à Blanc-Sablon, sur la rive gauche du Saint-Laurent.

Outre la quarantaine de cantons qui étaient compris dans ses limites, cette municipalité comptait treize localités : Blanc-Sablon, Lourdes-de-Blanc-Sablon, Brador, Middle Bay, Rivière-Saint-Paul, Vieux-Fort, Saint-Augustin, La Romaine, Kegaska, La Tabartière, Mutton Bay, Harrington Harbour et Tête-à-la-Baleine.

Cet espace comprenait une population de 5300 habitants répartis sur 5240 kilomètres carrés. soit un habitant au kilomètre carré.

En 1990, on a assisté à la création de deux municipalités à même les territoires originels de l’entité municipale, à savoir, Bonne-Espérance regroupant Vieux-Fort, Rivière-Saint-Paule et Middle Bay, alors que Blanc-Sablon a été formée à même des villages de Lourdes-de-Blanc-Sablon, de Blanc-Sablon et de Brador, anciennement Brador Bay.

Cette action s’inscrit dans un projet de restructuration visant à créer quatre ou cinq municipalités distinctes, mais dont la réalisation se heurte notamment au fait que les villages son disséminés sur un vaste territoire dépourvu d’infrastructures routières, accessible seulement par bateau et par avion. Pendant longtemps, les Golfiens ont vu leur territoire géré par un administrateur désigné en l’absence d’un conseil municipal élu, avec siège à Chevery.

harrington harbour maison roswell

Vue sur Harrington Harbour. Image libre de droits.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *