Parcs et forêts

Mont-Saint-Pierre

Mont-Saint-Pierre

Mont-Saint-Pierre

On dit que l’un des plus beaux panoramas de la Gaspésie se dévoile au sommet du Mont Saint-Pierre, là où on admire la mer et les montagnes rejoindre l’horizon. L’altitude de cette montagne à pente abrupte est de 1350 pieds (430 mètres) ou, selon certaines sources, 411 mètres. Située sur la côte sud du golfe du Saint-Laurent, à 140 kilomètres au nord-est de Matane elle surplombe une belle vallée glaciaire.

On peut escalader la montagne en utilisant le sentier pédestre qui longe la falaise, se rendre au sommet en véhicule Quatre roues motrices ou opter pour le service de navette en autobus du Carrefour Aventure et contempler un panorama à couper le souffle.

Un grand nombre de sentiers de randonnée pédestre du sentier court au dénivelé inexistant à la grande boucle parcoure la montagne et les collines environnantes. C’est à Mont-Saint-Pierre d’ailleurs que le Sentier International des Appalaches atteint le Saint-Laurent après avoir traversé le parc national de la Gaspésie. On trouve sur place un refuge où les randonneurs peuvent reposer après un long périple. Les conducteurs de VTT peuvent sillonner les sentiers de quad du Mont-Saint-Pierre dont le réseau est réputé pour les points de vue spectaculaires et pour la qualité des trajets aménagés.

Pour les mordus de vélo de montagne, plus de 70 kilomètres de pistes ont été aménagées  en pleine montagne gaspésienne, tandis que les amateurs de vélo de route admirent des paysages bucoliques qui se dévoilent le long des routes pénétrant à l’intérieur du village de Mont-Saint-Pierre. À noter que depuis 2010, le Tour de Mont-Saint-Pierre se tient au village. Il s’agit d’un événement familial au profit du Fonds de développement communautaire de la municipalité.

N’oublions pas que Mont-Saint-Pierre a été désigné la capitale du vol libre de l’est du Canada et des pilotes de deltaplane et de parapente provenant de partout au monde s’y donnent rendez-vous chaque été afin de pratiquer leur sport favori. Les curieux peuvent se rendre au sommet de la montagne afin d’assister au décollage des parapentistes et des vélideltistes. Ces décollages se font à partir de la falaise de la montagne et les vols donnent la chance de planer librement comme un oiseau en survolant la mer ainsi qu’une superbe vallée glacière sculptée par le temps et les éléments. Dans la baie de Mont-Saint-Pierre, on peut aller se faire bercer par les vagues à bord d’un kayak de mer.

L’impressionnant sommet semble encore plus imposant, vu du large. En fait, la vallée, le plateau, la montagne et la baie vivent en parfaite harmonie.

La municipalité Mont-Saint-Pierre est le point de départ des excursions vers le Mont Jacques-Cartier dans le parc de la Gaspésie. Point culminant du sud-est canadien (1268 mètres), cette montagne héberge le seul troupeau de caribous au Québec présent au sud du Saint-Laurent.

Village de Mont-Saint-Pierre

Large territoire rectangulaire qui s’amenuise en pointe vers l’intérieur des terres au sud, la localité de Mont-Saint-Pierre est implantée dans un hémicycle formé par deux montagnes, à 208 km à l’est de Sainte-Flavie en Gaspésie, sur le littoral du Saint-Laurent, entre Rivière-à-Claude, à l’ouest, et Saint-Maxime-du-Mont-Louis, à l’est. L’endroit, comme le bureau de poste ouvert en 1904, tire son nom du mont Saint-Pierre, 411 m, dont les parois abruptes favorisent la pratique répandue du deltaplane.

La conjonction de sols excellents et d’un climat particulièrement propice y facilite nettement l’agriculture. Auparavant, l’endroit devenu une municipalité en 1947, se nommait Rivière-à-Pierre (ce qui explique la confusion engendrée à une certaine époque avec Rivière-à-Pierre, dans Portneuf), appellation qui figure sur une carte de Gédéon de Catalogne en 1723 et sur un document cartographique de Pierre Russell en 1861, tandis que la forme Rivière Pierre orne une carte de Joseph Bouchette en 1815. L’élément Pierre provient sans doute des imposantes falaises rocheuses qui composent le paysage et du voisinage de Mont-Louis, quoique certains inclinent à penser qu’il puisse s’agir d’un prénom, la préposition « à » figurant fréquemment dans des toponymes à composantes anthroponymiques : Barachois à Montpetit, Côte à Gagnon, Lac à Armand.

Les premiers habitants de Mont-Saint-Pierre s’installent en ces lieux en 1858, le territoire étant alors rattaché à Mont-Louis. Vers 1930, des chalets et des hôtels s’implantent, donnant le coup d’envoi d’une activité touristique intense.

vol libre

Mont Saint-Pierre vu depuis la mer. Source de l’image : tourisme-mont-saint-pierre.com.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *