Parcs et forêts

Mont D’Iberville

Mont D’Iberville

Mont D’Iberville

Le Mont D’Iberville, avec ces 1652 mètres d’altitude, est le sommet le plus haut du Québec. Il se trouve dans les montagnes de Torngat qui recouvrent une partie de la province, dans la péninsule d’Ungava, et la pointe du nord du Labrador. Le Mont D’Iberville est l’une des rares montagnes du Québec qui possède un glacier permanent.

Dans la province voisine de Terre-Neuve-et-Labrador, on appelle ce sommet le Mont Caubvick. La frontière entre le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador passe par le sommet constitué de deux petits promontoires, dont l’un est appelé Caubvick et l’autre D’Iberville. Ces deux promontoires sont séparés de quelques mètres et D’Iberville a 30 centimètres de moins que son voisin.

Les montagnes Torngat sont peu connues, même si elles sont les plus hautes de l’Est du Canada. Au total, on y trouve sept sommets de plus de 1500 mètres.

Le mont D’Iberville possède trois crêtes: Korak, Minaret et Terre-Neuve. La plupart des alpinistes choisissent la crête Minaret pour escalader la montagne.

En raison de la distance considérable qui sépare ces montagnes des régions peuplées, et du fait d’un climat que l’on peut qualifier de rigoureux, il est difficile de se rendre dans cette zone. Aucune route n’y mène, mais on peut louer un petit avion ou se rendre en bateau jusqu’à la Baie Saglak et suivre ensuite pendant environ une semaine le cours des rivières Steeker et Korok qui traversent de belles vallées. Le mont se trouve tout près de la rivière Steeker, au sud du fjord Navchak et au nord de la rivière Korok.

La montagne a été escaladée pour la première fois en 1973 par MM. Goetze et Adler qui ont suivit la Cadillac Pass et la crête de Terre-Neuve.

Mont Albert-Low

À une quinzaine de kilomètres au nord de la baie Wakeham, sur le détroit d’Hudson, ce mont, dont l’altitude atteint 549 mètres, est le plus élevé de cette partie orientale de la péninsule d’Ungava. Le toponyme évoque Albert Peter Low (1861-1942), originaire de Montréal, célèbre géologue qui fit de nombreuses expéditions dans l’Ungava. Directeur de la Commission géologique du Canada en 1906,  il accepta l’année suivante le poste de sous-ministre des Mines, mais la malade le força à prendre sa retraite dès 1913.

Promontoire Maurepas

D’une altitude qui atteint 600 m, ce promontoire du détroit d’Hudson, s’élève à l’extrémité nord de la péninsule d’Ungava. Baigné à l’est par la baie Déception, ce haut relief côtoie le promontoire Pontchartrain qui s’élève immédiatement à l’ouest. Cet oronyme du Nord-du-Québec, approuvé en 1961 par le gouvernement québécois, honore Jean-Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas (1701-1781), ministre de la Marine et des Colonies sous Louis XV. Jusqu’en 1749, année où il tomba en disgrâce pour avoir écrit une chanson satirique sur Mme de Pompadour, il entretint une volumineuse correspondance avec les intendants et gouverneurs de la Nouvelle-France. Rappelé à l’avènement de Louis XVI, em mai 1774, Maurepas devint premier ministre et responsable des finances.

Mont d'ibervalle

Mont D’Iberville. Crédit photo : attitudemontagne.com/ascension-mont-iberville-pays-inuits.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *