Des nouvelles pas fraîches

Sur le mesurage du bois

Sur le mesurage du bois

Sur le mesurage du bois : L’enquête commencera là où il semble y avoir le plus d’abus

M. Jean-Marie Pleau, président du comité chargé d’examiner la situation dans le domaine du mesurage du bois et de faire des recommandations pour l’améliorer, a déclaré que les investigations débuteront dans un avenir immédiat et qu’elles commenceront dans la région dans laquelle il semble y avoir le plus d’abus.

À l’occasion de leur première réunion officielle dans la Vieille Capitale, les membres du Comité rendaient alors visite à M. Bona Arsenault, ministre des Terres et Forêts, a son bureau du parlement.

Les séances de l’organisme auront lieu soit à huis-clos, soit publiquement, selon les nécessités de l’heure. Elles seront précédées d avis publies dans les journaux locaux pour que les intéressés puissent venir faire connaître leur point de vue aux enquêteurs.

M. Bona Arsenault a promis à ces derniers que leur tâche serait facilitée par une nouvelle loi dont le gouvernement recommandera l’adoption a nos parlementaires durant, la prochaine session. Le texte législatif aura notamment pour but de permettre aux autorités provinciales, sur la recommandation du ministre des Terres et Forêts, d’exiger des producteurs de bois et des industriels de faire des déclarations sous serment en ce qui concerne ventes et achats, donc prix et mesurage.

C’est la semaine dernière que, pendant une conférence de presse, M. Jean Lesage, chef du gouvernement provincial, a annoncé la formation d’un comité chargé d’enquêter sur le mesurage du bois en provenance des terrains privés ot des lots de colon. Le nouvel organisme se compose de cinq membres : M, Jean-Marie Pleau, président ; M. Jean-Paul Martel, secrétaire: MM. Léopold Lévesque, Anatole Côté et René Barry. Tous les cinq sont des ingénieurs forestiers. Ils devront soumettre leur rapport avant le 1er mars 1961 à M. Bona Arsenault, ministre des terres et forêts.

Depuis longtemps, les propriétaires de bois privés protestent parce qu’ils ne seraient pas rémunérés de façon équitable lorsqu’ils vendent leurs arbres a (industrie ou aux courtiers traitant avec l’industrie. L’explication est que le mesurage donnerait lieu a des abus.

C’est ainsi que M Bona Arsenault a reçu, entre autres missives, une plainte écrite, émanant de l’Office des producteurs de bois à pulpe de Matane et de Matapédia, qui suggérait des investigations sur la « situation anormale et ruineuse ».

Certains courtiers en bois ont eux-mêmes formule un souhait identique.

Il semble bien, a dit le ministre, que des établissements industriels ont érigé en système le procédé consistant a payer moins de bois que les quantités effectivement reçues.

Des sanctions seront prises contre les coupables.

Dans quelques cas, il faudra peut-être faire appel à Ottawa, au ministère fédéral de la Justice parce que le problème concerne partiellement les poids et mesures.

Dans d’autres cas, l’autorité provinciale recourra a des moyens coercitifs ne nécessitant pas de poursuites en justice.

Avant de faire des recommandations à ce sujet, le comité devra passer en revue tous les facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte, par exemple quelle est la perte de volume d’un chargement de bois avec tel ou tel mode de transport, ou encore la façon dont on mesure le chargement au départ et à l’arrivée. On veut faire le point et trouver une solution pour que les producteurs ne soient plus a la merci des industriels. Le problème se complique du fait qu’a la question “volume » s’ajoute la question « qualité » de la marchandise livrée.

Les membres du comité sont payes par les organismes qui les ont délégués et non pas par l’administration provinciale, excepté le secrétaire M. Martel.

Au sein du comité, M. Lévesque est le représentant de (UCC et les producteurs de bois a pulpe M. Côté est le porte-parole de (industrie du papier. M. Barry appartient a (association des propriétaires de scierie. Tous ont une connaissance approfondie du mesurage. Disons encore que M. Pleau est le directeur général de l’école forestière Duchesnay.

…Glissant sur les mers brumeuses, lourd de temps et d’espace. (Walter Asquith, Ancient Shores.) Photo : Megan Jorgensen.
…Glissant sur les mers brumeuses, lourd de temps et d’espace. (Walter Asquith, Ancient Shores.) Photo : Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *