Femmes du Quebec

Le CINBIOSE

Le CINBIOSE

Centre d’étude des interactions biologiques entre la santé et l’environnement (CINBIOSE)

La recherche – action au service de la santé des travailleuses

Fondé en 1978 et logé à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), le Centre d’étude des interactions biologiques entre la santé et l’environnement (CINBIOSE) est un laboratoire de recherche qui s’intéresse à la santé au travail, à la génétique et à l’environnement. Plus précisément, un des principaux objectifs du CINBIOSE est d’identifier les effets des conditions de travail, tant sur le plan psychologique que génétique, et ce avant l’apparition de la maladie.

Deux femmes dynamiques sont à l’origine de la mise sur pied du CINBIOSE. Il s’agit de Karen Messing (doctorat en génétique de l’Université McGill de Montréal) et de Donna Mergler (doctorat en physiologie de l’Université McGill). Toutes deux ont été professeures au département des sciences biologiques de l’UQAM au moment de la fondation du centre.

Pourquoi avoir créé CINBIOSE? Travaillant dans le même département, Karen Messing et Donna Mergler se rendent compte qu’elles ont à cœur une cause commune, celle du féminisme et du mieux-être des femmes et des travailleuses. L’expertise de l’une en génétique et de l’autre en neurotoxicité constitue alors un atout indéniable pour mener de front ce combat vers une meilleure connaissance et reconnaissance des problèmes rencontrés par les travailleuses et les travailleurs. Constatant que la préoccupation de la santé des travailleuses était plus souvent qu’autrement négligée, ces deux femmes décidèrent de combler ce vide empirique par la création du GRABIT en 1978, qui devint le CINBIOSE en 1990. Ensuite, le champ de la santé au travail du CINBIOSE est devenu plus vaste, a englobé d’autres disciplines et actuellement l’organisme fait appel à des expertises multidisciplinaires, des sciences biologiques (telles physiologie, génétique, endocrinologie, etc.), d’ergonomie, d’épidémiologie et de sociologie.

Le CINBIOSE est composé de membres régulières et réguliers et de membres associées (associés) de diverses universités et de champs disciplinaires variés, sans oublier les nombreuses collaborations internationales. De plus, étudiantes, étudiants stagiaires de disciplines différentes, personnel de recherche et personnel de bureau participent activement à la vie du CINBIOSE. Il faut mentionner qu’encore de nos jours le CINBIOSE est l’un des seuls groupes de recherche en Amérique du NORD à donner la priorité à la santé des travailleuses.

Afin de favoriser une symbiose entre le laboratoire (recherche fondamentale) et les milieux de travail (recherche appliquée) le CINBIOSE opte, si possible, pour la recherche-action, ce qui augmente la probabilité que les changements proposés se concrétisent dans les milieux de travail.

À partir de ses nombreux travaux, le CINBIOSE a pu démontrer plusieurs phénomènes, entre autres : les risques liés à la posture debout et immobile des caissières, condition de travail associée à un risque élevé de problèmes musculo-squelettiques et, chez la femme enceinte, à des risques d’accouchement prématuré ; que le travail en laboratoire sans formation adéquate expose les techniciennes à des risques non négligeables d’exposition aux rayonnements ionisants ; que les horaires variables (de jour, de soir, de nuit) sont liés à l’irrégularité menstruelle, ayant ainsi des effets sur la fertilité; les effets combinés du travail salarié et domestique sur l’état d’épuisement; les effets de la division sexuelle des tâches sur la santé du personnel d’entretien ménager.

Plusieurs recherches du CINBIOSE ont été réalisées dans des usines et entreprises montréalaises. Il faut mentionner l’existence, depuis 1976, d’un protocole d’entente entre l’UQAM, la CSN et la FTQ, ce qui favorise grandement les études dans les milieux de travail syndiqués qui en font la demande. Mais peu importe l’endroit où s’effectuent les recherches, le plus important demeure, bien sûr, que les résultants des recherches des membres du CINBIOSE aient un impact positif sur l’amélioration de la santé des travailleuses et des travailleurs.

(Source : Suzanne Deguire, Ces femmes qui ont bâti Montréal, les Éditions du remue-ménage).

Adresse du CINBIOSE :

2080 Rue Saint-Urbain

2080 Rue Saint-Urbain, Montréal, QC H2X 3X8

Carriage

« Femmes, c’est vous qui tenez entre vos mains le salut du monde.” (Léon Tolstoï, écrivain russe). Photo de GrandQuebec.com.

Endocrinologie et psychiatrie (Considérations générales)

Il y a sous ce rapprochement un double problème : d’une part celui des corrélations entre troubles mentaux et désordres endocriniens, et, d’autre part, l’interprétation des faits, c’est-à-dire, les conclusions, d’ordre doctrinal, sur leur déterminisme réciproque.

Le premier problème est relativement simple, et concerne à la fois les données de la physiologie et de la pathologie.

1. La physiologie insiste actuellement plus que jamais sur les interrelations fonctionnelles neuro-endocriniennes. On peut se représenter, suivant le schéma de Friedgood, « l’ensemble neuro-endocrinien » comme un système neuro-endocrinien comme un système ayant en son centre d’hypophyse, servomécanisme aux multiples « feed-back » humoraux, et surmonté en quelque sorte de l’hypothalamus avec lequel elle possède d’étroites relations histophysiologiques (neurocrinie de G. Roussy et Mosinger). Les commandes se font selon deux grandes directions : a) le Système parasympatho-neuro-hypophysaire, dont le médiateur chimique est l’acétyl-choline, et dont dépendent les sécrétions d’adrénaline, de la post hypophyse, et de l’insuline ; b ) Le système hypothalamo-ante-hypophysaire qui dirige les autres sécrétions hormonales.

Friedgood attire l’attention sur les similitudes chimiques entre adrénaline, noradrénaline et thyroxine, toutes trois dérivés de la tyrosine citée par Koupernik in Enc. Médico-chir., Psychiatrie).

On sait d’autre part que l’hypothamus est le point d’impact du stress et que son fonctionnement est à la base des théories psychosomatiques en médecine.

Enfin, les recherches de Woodbury et coll. (cf. Koupermik, loc. cit.) auraient confirmé l’action des hormones cortico-surrénales sur l’excitabilité cérébrales : schématiquement, la D.O.C.A. élève le seuil d’excitabilité, tandis que certains stéroïdes l’abaisseraient. Cette action aux mécanismes complexes et non entièrement connus, laisse entrevoir une régulation hormonale possible de l’excitation cérébrale, avec participation d’autres glandes, en particulier de la thyroïde. Il faudrait en rapprocher l’action thérapeutique de l’A.C.T.H. dans l’épilepsie hypsarythmique (maladie des spasmes en flexion) de la première enfance ; toutefois, l’A.C.T.H. expérimentalement abaisserait le seuil d’excitabilité cortical (Torda et Wolff).

2. Les données de la pathologie sont les suivantes :

A) Les troubles mentaux au cours d’affections endocriniennes sont assez fréquents et assez souvent graves. Leur détail sera trouvé aux rubriques correspondantes (Hypophyse, Surrénales, Thyroïdes, etc.). On peut en dégager des traits communs : affaiblissement ou stimulation des activités instinctives (nutrition, motricité, sexualité), tendances dépressives ou euphoriques, méfiance, irritabilité, retentissement intellectuel inconstant. M. Bleuler (Endokrinologische Psychiatrie) a voulu rapprocher de ce psychosyndrome endocrinien les troubles mentaux de lésions cérébrales en particulier frontales, hypothalamiques, et du tronc cérébral. En fait, aucune spécificité ne peut être reconnue à ces manifestations, non plus qu’aux psychoses aiguës, confusionnelles, hallucinatoires, délirantes, qui en émaillent assez souvent le cours évolutif.

b) Des troubles endocriniens peuvent également accompagner certaines maladies mentales. C’est surtout la schizophrénie qui, de ce point de vue, suscite le plus d’intérêt et de recherches. Des perturbations des secrétions surrénales, thyroïdiennes, ovariennes ou testiculaires, peut-être d’origine hypophysaire, ont été notées avec une fréquence qui exclut le hasard. Mais l’hétérogénéité des malades, la diversité des méthodes biologiques, l’imprécision même du diagnostic dans certains cas, rendent difficiles l’interprétation de résultats parfois contradictoires.

C’est ainsi que l’élimination des 17-cétostéroïdes urinaires, accrue au cours de schizophrénies, surtout paranoïdes (Clegrorn, Allen et Broster), paraît en relation avec l’état de tension et d’anxiété de ces malades plutôt que spécifiques de la schizophrénie (Sands). Par ailleurs, si Reiss et coll. trouvent chez la plupart de leurs malades une réaction diminuée au test de Thorn, Altschule, obtenant des réactions normales, conteste la valeur de ces résultats. De leur côté, Hoagland, Pincus et coll. n’ont guère relevé d’améliorations après surénalectomie zhes les szhisophrènes ainsi traités sur la base d’un hypercoriticisme plus ou moins évident.

En ce qui concerne les investigations thyroïdiennes, il faudrait admettre une tendance hyperthyroïdienne chez les femmes, hypothyroïdienne chez les hommes (Reiss, Sands) inconstamment retrouvée cependant par d’autres chercheurs (Hoskin, Langfeld).

Et Bleuler conclut pour les gonades qu’aucune systématisation n’est possible des désordres variés et des troubles du développement de la sexualité des schizophrènes.

La plupart des auteurs qui ont tenté un regroupement de ces troubles (Bleuler, Sands), ont souligné les difficultés de l’entreprise. L’état actuel des recherches ne permet pas de conclure sur la signification de ces dysfonctionnements endocriniens. Il faut bien reconnaître en outre que notre connaissance des corrélations psychohormonales dans les autres maladies mentales n’est pas tellement plus avancée : pour prendre un exemple apparemment simple, la pathogénie des psychoses puerpérales fait intervenir selon les auteurs un trouble tantôt ovarien, tantôt hypothalamo-hypophysaire (Guiraud), tantôt des anomalies de la muqueuse utérine (J. Delay) et, en pratique, un traitement hormonal est souvent moins efficace et moins praticable qu’une banale série d’électrochocs.

La typologie et l’étude des constitutions (voir ces mots) ont essayé également de trouver dans le système endocrinien (Pende, P. Abely et Assailly) des bases plus ou moins solides pour leurs classifications.

Selon Tusques, la seule certitude de déterminisme psycho-endocrinien est le crétinisme, « encore que l’action hormonale ne se fait qu’indirectement, elle entraîne l’agénésie du cerveau « (ibid., in Evol, psych, 1939 IV).

Dans le même article, cet auteur donnait une conclusion qui nous paraît toujours valable en dépit des progrès de la biochimie hormonale et des perspectives ouvertes aux recherches : « … les glandes endocrines influencent indirectement les conduites par action sur le développement des structures organo-nerveuses mais n’expliquent en rien les modalités psychologiques… l’hormone n’est pas un Deus ex machina… Au fond, nous retombons dans ce vieux problème psychosomatique ou neuropsychique que chacun envisage selon ses convictions ».

M.L. Mondain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *