Bestiaire du Québec

Les vaccins pour les animaux

Les vaccins pour les animaux

Les vaccins (pour les animaux), comment ça marche?

La plupart des propriétaires de chien et de chats dont maintenant familiers avec les grands principes de vaccination et fort heureusement, respectent le calendrier de vaccination et de rappel annuel.

Cependant, il y a encore quelques points qui semblent obscurs; qu’on va tenter d’élaircir.

Lorsqu’on vaccine un animal, on lui administre un virus. Mais ce virus est inactive ou modifié de façon à ne pas causer d’infection. Le système de défense de l’animal réagit cependant a cette intrusion, en produisant des anticorps qui le protégeront si par malheur, il entre en contact avec l’infection naturel.

La formation d’anticorps n’est pas instantanée et il faut attendre environ tojours avant d’avoir atteint un niveau de protection satisfaisant. C’est pourquoi il est inutile de vacciner un animal déjà malade; le vaccin n’offre pas une protection immédiate et le système immunitaire de l’animal est assez occupé par l’infection naturelle.

De plus, certaines maladies ou conditions débilitantes amènenent une immuno-déficience plus ou moins sévère. Chez les animaux atteints il n’y aura pas de réponse au vaccin n’y aura pas de réponse au vaccin s’il est inoculé durant la maladie.

Après un certain temps (environ un an), le taux d’anticorps commence à dimiuer et il faut alors répéter la vaccination. Les animaux tout comme les humains sont plus sensibles aux infections lorsqu’il sont très jeunes ou très vieux. Il n’est donc pas logique d’arrêter de faire vacciner un chat ou un chien parce qu’il a atteint un âge respectable. À ce moment plus que jamais, il a besoin de toute la protection qu’un vaccin peut lui procurer.

Les jeunes animaux dont la mère est vaccinéé, possèdent une protection naturelle assurée par les anticorps manernels. Ces anticorpos sont transmis par le colostrum durant les premiers jours qui suivent la mise-bas. Cette protection est cependant très variable d’un animal à l’autre, et va en diminuant jusqu’à disparaître complètement entre l’âge de 12 et 20 semaines. Il est recommandé de commencer à faire vacciner un jeune animal à partir de 8 semaines et de répéter le vaccin à toutes les 4 semaines jusqu’à la vingtième. La presence frd sntivotpd maternels interfèrent en effet avec l’efficacité de la vaccination. Comme on ne sait pas pour un animal donné, quelle protection, lui assurent les anticorps maternels et que les premières semaines en ce qui concerne la résistance aux infections, il est important d’assurer en tout temps une protection maximale par des rappels fréquents de vaccin.

Les chiens sont en général vaccinés contre la maladie de Carré (Distemper, l’hépatite, la leptospirose, le para-influenza (un des agents de la toux de chenille, le parvorius et la rage. Grâce à une vaccination de la majorité des chiens, on a réuisse à diminuer de façon marquée l’incidence de la plupart de ces maladies dans la population canine. Il ne faut cependant pas oublier que les animaux sauvages tels le renard ou le raton-laveur constituent des réservoirs inépuisables de virus qui peuvent se transmettre aux chiens.

Les chats quant à eux, sont vaccinés contre la panleucopénie, la rhinotracheite, le calicivirus, la pneumonie infectueuse (infection à Chlamydaal, la leucemie féline et la rage. Cependant la situation est loin d’être aussi rose chez les chats que chez les chiens et on rencontre très souvent en pratique, ces maladies qui peuvent pourtant être prévenues. Alors propriétaires de chats qu’attendez-vous pour faire vacciner minet?

Mieux vaut prevenir que guérir comme dit le proverbre et la sagesse populaire a encore une fois raison. Une bonne alimentation et un programme de vaccination adéquats sont les meilleurs atouts que vous possèdez pour pouvoir profiter de la compagnie de votre animal favori le plus longtemps possible.

Regard de usha
Un chat vacciné est un chat en santé! Photo de Megan Jorgensen.

1 commentaire

  1. Nicole

    2021/05/21 at 5:31

    Mon chat était complètement domestique, il n’a jamais mis sa patte dehors, directement sur le sol. Chaque juillet, il recevait le vaccin jusqu’à l’âge de 15 ans. Ensuite, la vétérinaire m’a expliqué que le chat était mourant, alors, il n’avait plus besoin de se faire vacciner car le vaccin pourrait l’affaiblir davantage. Aucune alternative n’a été proposée. Des soins aux vitamines, par exemple. Non, rien. Et mon petit chat est parti…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *