Bestiaire du Québec

Serpent à sonnettes

Serpent à sonnettes

Le serpent à sonnettes au Canada

Voici un récit que nous reproduisons du livre Toutes Petites Choses, de Pierre-Georges Roy, paru en 1944

Des voyageurs étrangers qui, probablement, n’ont vu le Canada que par les fenêtres des wagons de chemins de fer, ont écrit que les serpents à sonnettes abondaient dans nos forêts. On a pu en rencontrer autrefois dans certaines parties éloignées du Canada mais ces serpents étaient des voyageurs égarés chez nous.

De nos jours les seuls serpents à sonnettes qu’on voit au Canada sont ceux que les ménageries de cirques nous amènent de temps en temps. Et ceux-là ne sont pas dangereux puisqu’ils sont conservés dans des cages vitrées et cadenassées.

Un missionnaire jésuite qui n’a pas signé donnait dans une lettre datée du 11 octobre 1757 la description suivante du serpent à sonnettes:

“Ce reptile venimeux, s’il en fut jamais a une tête dont la petitesse ne répond pas à la grosseur de son corps; sa peau est quelquefois régulièrement tachetée d’un noir fonce et d’un jaune pâle; d’autres fois, elle est entièrement noire. Il n’est armé d’aucun aiguillon, mais ses dents sont extrêmement aiguës.

Il a l’œil vif et brillant ; il porte sous la queue plusieurs petites écailles, qu’il enfle prodigieusement et qu’il agite violemment l’une contre l’autre quand il est irrité. Le bruit qui en résulte a occasionné le nom sous lequel il est connu. Son fiel boucané est un spécifique contre le mal de dents.

Sa chair, aussi boucanée et réduite en poudre, passe pour un excellent fébrifuge. Du sel mâché et appliqué sur la plaie est un tonique contre ses morsures, dont le venin est si prompt qu’il donne la mort dans moins d’une heure.”

Tirée de la Relation des Jésuites.

Serpents à sonnettes… sur canapés !

Chaque année, la Société Nationale d’acclimations de France convie ses amis à un déjeuner dont le moins qu’on puisse dire est que la plus grande originalité préside à la composition de son menu. Déjà ces messieurs avaient mangé du lion… mais nous croyons que cette année (1937) ils ont battu tous les records! Passons sur une soupe vieille de huit jours, les algues marines du Japon, les toasts aux œufs, de mulet de Mauritanie préparés à Fort-Etienne, les œufs de cane de Chine datant de plusieurs années, les « Cambarus » (écrevisses) américaines, la matelote de murène, les escalopes de squale des mers du Nord, la salade de phoque accommodée aux pommes de terre et aux plantes de Madagascar et passons au plat de consistance: il était, cette fois composé de « serpents à sonnettes sur canapés ». On frisonne rien que d’y penser. Qui eût pu penser que le sinistre, le dangereux crotale empoisonnée aurait servi, un jour, de mets de choix pour Parisiens. Et il faut bien ajouter que les organisateurs du repas ont… la cruauté de ne laisser rien ignorer à leur convives. Les reptiles provenant des forêts de Floride avaient été expédiés en France, non pas par un traiteur en vogue, mais par le directeur du zoo de Saint-Louis.

serpent

Un serpent préhistorique. Photo de Grandquebec.com.

Voir aussi :

Vous devez vous enregistrer pour ajouter un commentaire Login

Laissez un commentaire