Bestiaire du Québec

Retour du faucon pèlerin

Retour du faucon pèlerin

Un beau retour du faucon pèlerin

La réintroduction du faucon pèlerin semble acquise dans le sud du Québec.

En effet, cette année, comme le fut le cas l’an dernier, on comptait pas moins de dix couples nicheurs qui ont élevé avec succès une vingtaine d’oisillons, du Saguenay jusqu’à la frontière américaine.

Le biologiste David Bird, directeur du Centre des rapaces du Collège Macdonald, de Sainte-Anne-de-Bellevue, montait au sommet du vieil édifice de la Banque Royale au 360, Saint-Jacques, afin de baguer quatre fauconneaux pour suivre leurs futures allées et venues. Il s’agit d’une nichée exceptionnelle. Le couple de parents est formé d’un oiseau sauvage et d’un faucon qui a été jadis élevé en captivité comme en fait foi sa patte baguée.

L’an dernier, un couple de faucons « sauvages » avait niché au sommet de l’édifice de la Banque Royale, mais sans succès. On lui confia toutefois trois jeunes élèves en captivité qui se sont envolés en santé quelques semaines plus tard.

C’est l’utilisation du DDT qui a entraîné la quasi-disparition du faucon pèlerin dans l’est du continent américain. L’insecticide, accumulé tout au long de la chaîne alimentaire, empêchait la formation normale de la coquille de l’œuf du rapace qui se brisait alors au moindre choc.

(Cette nouvelle a été publiée le 25 juin 1991).

pelerin

Faucon pèlerin. Source de la photographie : Marie-Christine

Faucon pèlerin dans les années 1980

Le Faucon pèlerin a déserté notre territoire au cours des années 1960 notamment à cause de l’utilisation de l’insecticide D.D.T. en Amérique du Nord. Suite à une demande des provinces, le Service canadien de la Faune (S.C.F.) mettait de l’avant, en 1970, un programme national de réintroduction de l’espèce.

La même année, pour évaluer l’abondance des populations, un programme d’inventaire quinquennal était amorcé. Pour l’inventaire du Sud du Québec en 1970, Richard Fyfe du S.C.F. en fut le coordonnateur.

Aucun inventaire n’eut lieu en 1975. Ceux de 1980 et 1985 furent coordonnés par le Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche (M.L.C.P.). En 1985, 1 seul nid fut trouvé au Sud du Québec.

Au Québec, le S.C.F. et le Collège Macdonald ont entrepris des efforts de repeuplement en 1976, les ont intensifiés en 1984 avec la participation du M.L.C.P. Cet organisme gère maintenant le programme québécois de repeuplement de cette espèce en collaboration bien sûr avec de nombreux autres intervenants dont:

  • Le Service canadien de La faune;
  • Le Centre de recherche sur Les rapaces du Collège Macdonald;
  • Le Comité des citoyens de Saint-André-de-Kamouraska;
  • Le Département des techniques de sciences naturelles du Cégep de la Pocatière;
  • La Fondation pour la sauvegarde des espèces menacées et autres…

Depuis le début du programme au Québec, en 1976, 184 fauconneaux furent lâchés en 5 points situés à Gatineau, Montréal, Québec, Kamouraska et cette année, La Pocatière. En 1987, dans la région de Québec, 13 fauconneaux furent lâchés en trois sites différents.

Le S.C.F. a lâché 6 fauconneaux à Québec, fauconneaux qui avaient été produits par sa ferme d’élevage de Wainwright en Alberta. Le M.L.C.P. a, quant à lui, défrayé et supervisé les lâchers de 7 fauconneaux produits par le Centre de recherche sur les rapaces du Collège Macdonald et réalisés dans le cas de 3 d’entre eux par le Comité des citoyens de St-André-de-Kamouraska, et pour les 4 autres, par le Cégep de la Pocatière.

Il est très encourageant de constater que le programme des lâchers en cours depuis 1976 commence à donner des résultats intéressants, puisque 7 nidifications ou tentatives de nidification ont pu être documentées pour le Sud du Québec en 1987, dont 3 dans notre région ornithologique. Le M.L.C.P. considère qu’il a atteint au moins à 50% son objectif de 10 paires reproductrices d’ici 1992.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *