Bestiaire du Québec

Musaraigne cendrée

Musaraigne cendrée

Musaraigne cendrée – Sorex cinereus

(Famille des soriecidés. En anglais – Cinereous Shrew, Masked Shrew)

Répartition géographique : La musaraigne cendrée est le mammifère le plus répandu en Amérique du Nord, et l’un des plus communs dans la forêt boréale. On la trouve presque partout au Canada à l’exception de la toundra, de l’île d’Anticosti et des Îles-de-la-Madeleine. Elle habite également tout le nord des États-Unis.

Mensurations : Longueur totale : 80 à 115 mm ; queue : 33 à 49 mm ; pied : 10 à 13 mm ; oreille : 5 mm.

Poids : Les mâles et les femelles adultes sont de taille identique et pèsent de 2,9 à 6,6 g. Le poids des nouveaux-nés est de 0,32 à 0,36 g.

Caractères distinctifs : Cette espèce se distingue par son museau pointu, sa longue queue, son ventre gris et son dos brunâtre. Sa queue est brune et le dessus, plus pâle en dessous et son extrémité noire. Elle a cinq petites dents unicuspidées derrière ses incisives supérieures, ce qui la distingue de la musaraigne pygmée qui n’en a que trois.

Habitat : La musaraigne cendrée fréquente les habitats les habitats les plus divers : forêts naturels de conifères et de feuillus, terrains broussailleux, pâturages, bordures de marécages. Elle a une prédilection pour les endroits humides et son domaine vital couvre en moyenne 0,55 ha.

Gîte : Son nid à la forme d’une petite sphère d’herbes et de feuilles entrelacées de 4 à 6 cm de diamètre. Il est habituellement construite sous une souche, une bûche ou une pierre et comprend deux tunnels d’accès. Elle ne creuse pas de terriers, sauf dans le son très meuble et dans la mousse, et utilise volontiers les galeries creusées par les campagnols, les souris et les grandes musaraignes.

Reproduction : Les femelles pourraient avoir jusqu’à 5 portées entre mars et septembre, mais en général, elles en ont seulement 1 ou 2. Chaque portée comprend de 2 à 11 petits (moyenne 6 à 8). L’ovulation est provoquée par l’accouplement et la gestation dure environ 18 jours. Nus et aveugles à la naissance, les petits ouvrent les yeux à 17 ou 18 jours et sont sevrés à 3 ou 4 semaines. Ils atteignent la maturité sexuelle à 2 mois, mais la plupart ne se reproduisent qu’au printemps suivant. Les femelles élèvent seules leurs petits et défendent âprement leur nid. S’ils sont dérangés ou qu’ils doivent quitter le nid, les jeunes d’une même portée circulent parfois à la file indienne, chacun enfouissant son museau dans la fourrure du bas du dos de celui qui le précède.

Régime alimentaire : La musaraigne cendrée se nourrit d’insectes, pupes, larves et adultes, de centipèdes, de limaces et d’escargots, d’araignées et de lombrics. Elle consomme parfois des salamandres et de jeunes souris. Diverses graines figurent parfois à son menu, surtout en hiver. La musaraigne cendrée est un important prédateurs des cocons de la mouche-à-scie. Certaines femelles gravides consomment chaque jours plus de trois fois l’équivalent de leur poids en nourriture.

Comportement social : La musaraigne cendrée vit généralement seule et défend son nid contre ses congénères. La femelle tolère toutefois la présence du mâle au moment de la reproduction. Il est possible que les sécrétions nauséabondes des ses glandes latérales odoriférantes servent à marquer le territoire occupé par l’animal. Plutôt bruyante, elle émet une sorte de gazouillement lorsqu’elle se déplace et des cris stridents lorsqu’elle se sent menacée. Cette espèce produit aussi des ultrasons qui pourraient, par écholocation, faciliter l’orientation de l’animal et la localisation de ses proies. Mais ceci reste à démontrer.

Longévité : En milieu naturel, la musaraigne cendrée vit rarement au-delà de 14 ou 16 mois. En captivité,c certaines ont atteint l’âge de 23 mois.

Prédateurs : Ses principaux prédateurs sont les buses et les hiboux, les belettes, la grandes musaraigne, le renard roux et le lynx roux. Elle est parfois victime d’une couleuvre, d’une pie-grièche, d,un grand héron ou d’un chat.

Notes : Bien qu’on l’observe parfois le jour, elle est surtout nocturne. Durant l’été, elle préfère les nuits pluvieuses et ralentit son activité lorsqu’il fait froid. À l’automne, à mesure que les nuits refroidissent, elle s’active davantage durant le jour, devenant plus facile à observer. Elle reste active tout l’hiver, circulant parfois sur la neige, d’un arbre à l’autre, par temps doux, en y laissant l’empreinte de sa longue queue. Elle se déplace rapidement, peut faire des bonds de 10 à 15 cm de long et grimper sur la végétation basse.

La musaraigne cendrée s’avère des plus utiles en consommant de grandes quantités d’insectes qui affectent les cultures et la production forestière. Elle fut introduite à Terre-Neuve en 1958 pour combattre les infestations de tenthrède du mélèze. Depuis elle s’y est établie et on la retrouve maintenant dans presque toute l’île.

(Mammifères du Québec et de l’est du Canada. Éditions Michel Quintin. 2004. Imprimé en Chine).

Musaraigne cendrée et sa progéniture. Photo de libre des droits.
Musaraigne cendrée et sa progéniture. Photo de libre des droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *