Bestiaire du Québec

Écureuils, lapins et couleuvres canadiens

Écureuils, lapins et couleuvres canadiens

Écureuils, lapins et couleuvres canadiens d’après Gabriel de Sagard

(La description a été tirée du livre Le Grand Voyage au Pays des Hurons situé en Amérique vers la Mer douce, aux derniers confins de la Nouvelle-France, dite Canada par P. Gabriel Sagard Théodat, récollet de Saint-François de la Province de Saint-Denys en France. M. DC. XXXII).

Ils ont aussi trois sortes et espèces d’écureuils différents, et tous trois plus beaux et plus petits que les nôtres. Les plus estimés sont les écureuils volants, nommés Sahoûesquanta, qui ont la couleur cendrée, la tête un peu grosse, et sont munis d’une panne qui leur prend des deux côtés d’une patte de derrière à celle de devant, lesquelles ils étendent quand ils veulent voler; car ils volent aisément sur les arbres, et de lieu en lieu assez loin, c’est pourquoi ils sont appeliez écureuils volants.

Les Hurons nous en firent présent d’une nichée de trois qui étaient très beaux et dignes d’être présentez à quelque personne de mérite, si nous eussions été en lieu : mais nous en étions trop éloignés.

La seconde espèce qu’ils appellent Ohihoin, et nous Suisses, à cause de la beauté et diversité de leur poil, sont ceux qui sont rayez et barrez depuis le devant jusques au derrière, d’une barre ou raye blanche, puis d’une rousse, grise et noirâtre tout à l’entour du corps, ce qui les rend très-beaux: mais ils mordent comme perdus, s’ils ne sont apprivoisés, ou que l’on ne s’en donne de garde.

La troisième espèce, sont ceux qui sont presque du poil et de la couleur des nôtres, qu’ils appellent Aroussen, et n’y a presque autre différence, sinon qu’ils sont plus petits (Des deux sortes d’écureuil volant, ou polatouche, le plus fréquent en Ontario est le petit (Glaucomys volans) ; ce nocturne plane avec la possibilité, selon certains observateurs, de descendre et remonter.

Le suisse (Tamias striatus) facilement reconnaissable dans la description de Sagard, ressemble superficiellement à un écureuil. L’écureuil roux (Tamia sciurus hudsonicus) ressemble à l’écureuil européen (Sciurus vulgaris) et peut se trouver dans le sud de l’Ontario.

Sagard ne semble pas avoir remarqué les écureuils gris ou noirs (Sciurus carolinensis) qui sont aujourd’hui les plus nombreux dans la région).

Lors que j’étais dans la cabane avec mes Sauvages dans une Isle de la mer douce pour la pêche, j’y vis grand nombre de ces méchants animaux guerroyer la nuit, et le jour le séchasse du poisson: j’en eus plusieurs de ceux que mes Sauvages tuèrent avec la flèche, et en pris un Suisse dans un tronc d’arbre tombé, qui s’y estoit caché. Ils ont en plusieurs endroits des lapins et levreaux, qu’ils appellent Queutonmalisia, ils en prennent aucunes-fois avec des collets, mais rarement, pour ce que les cordelettes n’étant ni bonnes ni assez fortes, ils les rompent et coupent aisément quand ils s’y trouvent attrapez.

Couleuvres

Ils ont de fort grandes couleuvres (la couleuvre rayée (Thnmnophis sirlalis xirtalis), la plus commune de la région, s’adapte à une grande variété d’habitats; les Hurons pouvaient chasser plusieurs espèces rares pour leurs ornements corporels., et de diverses sortes, qu’ils appellent Tioointsiq, desquelles ils prennent les plus longues peaux, et en font des fronteaux de parade qui leur pendent par derrière une bonne aulne de longueur, & plus, de chacun côté.

Un lapin québécois. Photo de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *