Bestiaire du Québec

À la rescousse du chevalier cuivré

À la rescousse du chevalier cuivré

À la rescousse du chevalier cuivré

Si l’on en croit les rapports, le chevlaier cuivré (Maxostoma hubbsi) serait le seul vertébré endémique au Québec, la seule espèce de vertébré vivant excluvisement chez nous et n’ayant jamais vécu ailleurs sur notre globe. Voilà un poisson fort rare, d’autant plus que son aire de répartition a été constamment rétécie au cours des dernières décennies. Autrefois familier de plusieurs cours d’eau de la province, le chevalier cuivré ne compte plus que deux populations recensables, la première dans le Saint-Laurent entre Montréeal et le lac Saint-Pierre, la seconde dans la rivière Richelieu, entre Chambly et sorel. Les seules frayères identifiées à ce jour se dissimulent dans les eaux vives du Richelieu des secteurs de Chambly et Saint-Ours.

Le chevalier cuivré, autrefois appelé suceur cuivré, doit son nom aux écailles de couleur brun métallique qui le recouvrent d’une « armure » à la mode médiévale. Avec une espérance de vie d’une trentaine d’années, il attendra possiblement 75 centimètres de longueur et pèsera plus de 6 kilogrames. Son régime alimentaire est presque entièrement composé de mollusques. Même défendu par un tempérament combatif, l’avenir du chevalier cuivré n’est des plus reluisants. On l’a placé sur la liste des espèces menacées ou vulnérables depuis 1988 au Canada, depuis 1999 au Québec.

Parmi les facteurs qui expliquent le déclin de l’espèce figure la contamination chimique générée, entre autres, par les pesticides agricoles. On suspecte la qualité inférieure des eaux des rivières Richelieu et Yamaska de nuire au processus final de maturation des gonades, empêchant le chevalier cuivré de frayer avec succès. On ne nie pas davantage que l’érosion des berges et la sédimentation en milieu aquatique génèrent des pertes d’habitats et meancent de ce fait la croissance des mollusques qui servent de nourriture à l’espèce.

Les experts se font une priorité de la conservation de chevalier cuivré dans le tronçon inférieur du Richelieu et de l’urgence de mettre en oeuvre tous les moyens possibles pour en optimiser la reproduction en rivière, soutenir les populations existantes, réduire l’impact de la pollution, signaler et respecter l’habitat, en bref, reconnaître les droits et les besoins de l’espèce. L’abandon, en 1994, d’un projet de centrale hydroélectrique au niveau des rapides de Chambly, en vue de l’attribution subséquente du statut de refuge faunique au secteur concerné, illustre la validité de souhait de sauver l’espèce coûte que coûte et la volonté ferme d’y parvenir.

D’autres mesures existent déjà pour tenter de défendre le chevalier cuivré et son habitat : on a promulgué l’interdiction de le capturere et sumonté l’obstacle formé par le barrage de Saint-Ours. Rappelons que l’ancien ouvrage de 1849 offrait une passe migratoire dont le barrage moderne de 1967 était dépourvu, scindant le domaine vital du chevalier cuivré en deux tronçons. D’une manière générale, cette coupure restreignait les déplacements et limitai les échanges génétiques entre les populations. Les géniteurs emprisonnés en aval de Saint-Ours n’avaient pas accès aux rapides de Chambly, mieux adaptés à la reproduction de l’espèce. Rouvrir le passage de Saint-Ours au chevalier cuivré s’imposait avec une telle évidence qu’une passe migratoire multispécifique y fut aménagée en 2001. Baptisée Passe migratoire Vianney-Legendre, du nom dy premier ichtyologiste à publier l’identification officielle de Maxostoms hubbsi dans le Naturaliste canadien, en 1942, cette structure pourrait aussi bien améliorer la situation de plusieurs autres espèces de statut précaire : parmi elles le chevalier de rivière, l’alose savoureuse et l’esturgeon jaune. On souhaite par la même initiative ramener l’angquille dans le lac Champlain. Pourquoi pas?

Une bière à la santé du chevalier cuivré : La réalisation de la passe migratoire doit en partie son succès au Projet Rescousse. Disponible à la Société des alcools du Québec (SAQ), la Rescousse est une bière de dégustation brassée et vendue dans le but de sensibiliser et d’impliuquer l’entreprise privée dans la protection de la biodiversité. Les profits des ventes sont versés, sous forme de redevances, à la Fondation de la faune du Québec pour le financement des recherches et des interventions n.cessaires au rétablissemnt de la faune menacée du Québec.

En 2005 le COSEPAC (Comité sur la situation des espèces en péril au Canada) a modifié le statut d’espèce menacée chevlaier cuivré, donné en 1987, à espèce en voie de disparition. Ce statut d’espèce en voie de disparition a été confirmé par la loi canadienne sur les espèces en péril en décembre 2007.

Aujourd’hui, le refuge faunique Pierre-Étienne-Fortin protège la principale frayère du chevalier cuivré, soit les rapides de Chambly.

Chevalier cuivré

Chevalier cuivré. Source de l’image : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9d/Moxostoma_anisurum.jpg.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *