Bestiaire du Québec

Le chat Trim

Le chat Trim

Trim, le chat affectueux

Alors que HMS Reliance vogue sur l’océan Indien, une chatte met bas en fond de cale. Matthew Flinders, jeune lieutenant prometteur de la marine anglaise, vient d’effectuer les premiers relevés cartographiques d’une partie des côtes de la Nouvelle-Hollande (future Australie) et d’établir que la Tasmanie est une île.

En cette belle soirée de 1799, sur le pont du bateau, il s’amuse avec les chatons. Le petit noir aux chaussettes blanches, celui qui porte sur le poitrail une tache en forme d’étoile se montre particulièrement téméraire. Dans son excitation, il s’accroche à un hauban, atterrit sur le bastingage et passe par-dessus bord ! Un cordage est son alut. Il s’y agrippe et remonte à bord, une leçon qu’il n’oubliera jamais.

Flinders adopte définitivement cette boulet de poils et la nomme Trim, en hommage à l’un de ses oncles. Aussi à l’aise à la table des officiers que dans les cales à chasser les rats, Trim fait du navire son domaine vital, grimpant dans les verges, chassant les poissons volants égarés sur le pont ou jouant les vigies.

En 1800, Flinders est de retour dans son pays natal, son chat à ses côtés. « Trim n’était pas seulement un étranger en Angleterre, il l’était aussi pour tout ce qui touchait à une maison et à la façon de s’y comporter. » Le chat est d’abord confié à une amie, mais il réduit son service à thé en pièces. Plus tard, dans les rues de Londres, il risque en permanence de se faire écraser et se montre prêt à suivre n’importe quel passant.

Heureusement pour lui, mais malheureusement pour Flinders qui vient de se marier, leur séjour à terre ne se prolonge pas. En 1870, le gouvernement britannique envoie l’explorateur établir une carte détaillée des côtes méridionales de la Nouvelle-Hollande. Flinders effectue les relevés demandés et, premier homme à faire le tour de cette nouvelle terre, il confirme son insularité.

Deux ans plus tard, il embarque à bord du HMS Porpoise pour rentrer en Angleterre, mais la coque est en mauvais était et le sloop fait naufrage sur la Grande Barrière de corail : « L’imagination peut à peine concevoir ce que Trim a vécu durant cette nuit terrible, mais son courage n’a jamais faibli. Il a réussi à rejoindre l’île de sable de Wreck-Reef avec l’équipage. » Les rescapés jouent les robinsons deux mois durant, le temps pour Flinders d’aller chercher du secours.

Le marin et son chat poursuivent ensuite leur route vers l’Angleterre. Mais leur navire, le Cumberland, n’a rien à envier au Porpoise. Le mauvais état de sa carène les oblige à faire escale sur l’île de France, actuelle île Maurice. Fatale erreur : face aux visées expansionnistes napoléoniennes, l’Angleterre a déclaré la guerre à la France. À peine pose-t-il le pied sur la terre ferme que Flinders, accusé d’espionnage, est jeté en prison. Mauvaise fortune, que partage le brave Trim. « Il était confiné dans une pièce avec son maître et quelques officiers, et comme il possédait une plus grande philosophie que nous, il contribue grâce à son humeur toujours gaie à adoucir notre stricte captivité. »

Le chat parvient parfois à déjouer la vigilance des gardiens pour s’octroyer quelques heures de liberté, mais Flinders craint qu’il ne fasse de mauvaises rencontres.

Comme une famille française de l’île se propose de l’adopter, il accepte. Quinze jours plus tard, parcourant la gazette locale, il découvre qu’une récompense est promise à qui rapportera le chat noir tanné de blanc. «  Mon chagrin sera plus aisé à concevoir que je ne saurais le décrire. J’aurais donné avec plaisir cinquante dollars pour avoir mon ami et compagnon de nouveau à mes côtés. Toutes les recherches et récompenses restèrent vaines. »

Durant ses six longues années de réclusion, Matthew Flinders travaille au compte rendu de ses voyages autour de cette île-continent qu’il est le premier à baptiser officiellement Australia et, surtout, il rédige un bel éloge à son chat.

En 1809, il est de retour auprès de sa femme après neuf années de séparation. À trente-six ans, il est considéré comme l’un des grands marins de son temps, mais, fatigué, son injuste détention ayant fragilisé sa santé, il s’éteint quatre ans plus tard.

Si Matthew Flinders a été un peu oublié dans son pays natal, en Australie, son nom est associé à de nombreux sites géographiques et la ville de Sydney fut la première, en 1996, à inaugurer une statue à l’effigie de Trim, « le meilleur et le plus illustre de sa race – le plus affectueux des amis et le plus loyal des serviteurs – la meilleure des créatures ».

(Tiré du livre Ces animaux qui font l’histoire. Par Jean-Philippe Noël. Éditions Delachaux et Niestlé, mai 2017).

Le chat ne nous caresse pas, il se caresse à nous. (Rivoli, écrivain français.)
Le chat ne nous caresse pas, il se caresse à nous. (Rivoli, écrivain français.). Photographie de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *