Bestiaire du Québec

Le chat et les oiseaux

Le chat et les oiseaux

Le chat n’est pas aussi méchant qu’on le dit envers les oiseaux

De toutes les moindres créatures de Dieu, par des raisonnements faux, des contes de vieilles femmes, des informations erronées, le chat se classe premier comme victime des abus irréfléchis de l’homme, ses dénigrements et mauvais traitements. C’est toujours populaire de croire que les oiseaux si hautement estimés pour nature insectivore et et leurs attributs musicaux sont détruits par les chats. Cette accusation souvent répétée est fausse.

Les preuves telles que recueillies par différentes organisations, des techniciens et biologistes de la Voirie et aussi des recherches individuelles, prouvent le contraire.

Par exemple, voici un rapport sur la dissection de 193 chats tués dans les accidents de la route et décrivant le contenu de leurs estomacs (il s’agit des chats errants et vivant dans la nature dans les zones rurales, c’est pourquoi la nourriture en conserves pour chats est si rare dans leurs estomacs) :

Viande de souris – 38,1%.
Jeune lapin : 25,6%.
Rat : 11,4%.
Déchets de table (incluant les légumes!) 6,9%.
Tortue et poisson : 2,7%.
Porc : 2,4 %.
Sauterelles : 2,4%.
Poulet : 1,5%.
Matières en gros (incluant les nourritures en conserves pour chats) : 1,8%.
Herbes, cheveux, liquide: 7,2%.
Total: 100%.

On note la complète absence de viande d’oiseau ou même de plumes.

On note la complète absence de viande d’oiseau ou même de plumes.

D’autre part, il est extrêmement impopulaire de mentionner que les sportifs du pays massacrent des milliers d’oiseaux pour exercer leur adresse de tireurs d’élite, se préoccupant rarement d’identifier ces petites créatures ailées. Plus tard, quand l’évidence d’une telle destruction sans motif est découverte, le chat est blâmé et, s’il arrive qu’il est en vue, il est au sujet à une immédiate exécution ou horrible mutilation, selon le degré d’habilité du fusilleur.

Les chats sont également décimés en grand nombre par les jeunes garçons qui ont développé une incroyable habilité avec les frondes.

Encore un facteur rarement considéré, c’est l’empiétement général de la civilisation, la diminution graduelle des arbres fruitiers, la rareté des endroits sûrs pour les nids et le manque d’intérêt dans la nature et ses merveilles par une génération adonnée à la télévision et enthousiasmée pour la voiture de sport. Tout a contribué énormément à réduire le nombre des oiseaux de toutes espèces.

Durant les dernières années, de nombreuses mesures anti-chats ont été prises par les législateurs gouvernementaux en vue de la protection des oiseaux. La dernière faisait appel aux fonctionnaires des finances toujours en chasse pour trouver de nouvelles sources de revenus. Il est dit que quel que soit le sujet en cause et même quelque obscure que soit le mouvement, chacun est sûr de trouver une organisation pour défendre sa cause. En est-il ainsi pour le chat? Alors que tous les groupements de bien-être humain et animal protègent les animaux, et que tous les clubs félins (incidemment, les Chambres de Commerce pour l’industrie féline) ajoutent à leur prestige et les popularise, aucun ne souligne de façon spéciale l’effort énorme et étendu de l’American Feline Society.

Ce groupement est en vérité la plus importante organisation au monde en faveur des chats. Il est composé exclusivement de personnes désintéressées, venant de tous les milieux. L’organisation compte 143 membres et 43 inspecteurs. Elle s’étend du Massachusetts à Hawaï et de la Colombie-Britannique à Costa-Rica, et même en Europe. Elle sert et protège 30 millions de chats.

Dans ses années d’existence, la Société a fait passer le chat du 12e rang qu’il occupait au second. Il est entré au théâtre, au cinéma, à la télévision, à l’Internet, à la radio. Nous le voyons nous regarder des rangs de nos revues et journaux.

Même si le chat n’est pas destiné à revivre la gloire dont il jouissait comme divinité dans l’ancienne Égypte, chacun espère qu’il ne sombrera plus dans les cruautés qu’il a connues au Moyen Âge. Il a définitivement gagné sa place au soleil dans l’organisation de la civilisation moderne, si l’homme cesse de se dresser son ennemi.

Un chat très gros! :-). Gravure d’Albrecht Dürer (né en 1471 et décédé en 1528). Image libre des droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *