Bestiaire du Québec

Adopter un animal

Adopter un animal

L’adoption d’un animal de compagnie

Il existe de nombreux bénéfices à la présence d’un animal de compagnie, mais en accueillir un chez soi est un geste majeur.

Avant d’acquérir un animal, le propriétaire doit :

  • Évaluer sa disponibilité à en prendre soin et choisir l’espèce et la race selon ses habitudes de vie et son lieu de résidence ;
  • Préparer une provision financière pour faire face aux coûts reliés à ses soins : nourriture, accessoires, soins vétérinaires, toilettage, garderie, etc. ;
  • S’informer de l’espérance de vie de l’animal ;
  • Tenir compte d’éventuelles allergies pour déterminer son choix ;
  • S’assurer qu’il a le droit d’en accueillir un en fonction de son bail s’il est locataire ou de sa convention de copropriétaire.

Plusieurs grandes villes doivent faire face à un problème de surpopulation d’animaux non désirés essentiellement provoqué par de trop nombreuses naissances et un grand nombre d’abandons.

De nombreux refuges hébergent des animaux de tous âges et de toutes tailles qui n’attendent que de trouver un foyer chaleureux.

Adopter dans un refuge, c’est :

  • aider un animal dans le besoin tout en obtenant un compagnon dévoué ;
  • acquérir un animal examiné, soigné et vacciné, parfois stérilisé et porteur d’une micropuce ;
  • offrir une seconde chance à un animal qui, sans cela, pourrait être euthanasié.

Dans plusieurs arrondissements de Montréal et d’autres villes du Québec, le Règlement sur le contrôle des animaux prévoit que le premier permis est gratuit pour les chiens et les chats adoptés en refuge.

Accueillir un animal de compagnie est un engagement qui doit être bien réfléchi en fonction de sa situation familiale, de son style de vie, de son lieu d’habitation, de ses disponibilités ainsi que de sa capacité financière. La décision d’en adopter un devrait inclure tous les membres de la famille.

La plupart des refuges ont un processus de présélection des futurs propriétaires qui comprend des documents à remplir et des références personnelles.

L’enregistrement

Tous les arrondissements de la Ville de Montréal exigent l’enregistrement annuel des chiens et plusieurs d’entre eux exigent également celui des chats.

Au moment de l’enregistrement, il est important d’avoir avec soi la preuve de la stérilisation de son animal et, le cas échéant, l’’information relative à sa micropuce. Ces renseignements sont utiles et permettent, dans certains arrondissements, de bénéficier de coûts réduits. L’animal est alors inscrit dans les registres des animaux de compagnie de la ville et une médaille d’identité est délivrée.

La médaille s’ajoute au collier de l’animal. Son numéro permet de contacter rapidement son propriétaire en cas de perte. Il importe au propriétaire d’informer son arrondissement de tout changement de ses coordonnées personnelles. Il doit également vérifier régulièrement que les inscriptions de la médaille demeurent lisibles et, au besoin, la remplacer.

Le port de la médaille est obligatoire pour tous les chiens ainsi que pour la plupart des chats. Les propriétaires qui ne respectent pas cette exigence feront face à une amende en cas de contrôle.

Dans certains arrondissements, les chats porteurs d’une micropuce sont soustraits de l’obligation de porter leur médaille, mais ils doivent tout de même être enregistrés.

L’avantage de la médaille est de pouvoir être lue par tous, ce qui permet au citoyen qui trouve un animal de communiquer avec l’arrondissement qui pourra retrouver le propriétaire et lui retourner son compagnon.

La micropuce

Une micropuce est une capsule de la taille d’un grain de riz contenant une puce informatique dotée d’un code numérique identifiant de façon unique l’animal. L’implantation de la micropuce, pratiquée dans les établissements vétérinaires, se compare à l’administration d’un vaccin.

On qualifie la micropuce de « méthode permanente d’identification » parce qu’elle demeure en place toute la vie de l’animal, ne s’efface pas au cours des années et ne peut être perdue.

Lorsqu’un animal errant est recueilli dans un refuge pour animaux, on utilise un lecteur pour déceler la présence d’une micropuce.

Si l’animal est doté d’une telle identification, on retrouve dans la base de données le nom et les coordonnées de son propriétaire.

L’avantage de la micropuce est sa permanence.

L’enregistrement annuel est une obligation, de même que le port de la médaille délivrée par l’arrondissement.

On recommande également l’implantation d’une micropuce qui permet de retrouver le propriétaire d’un animal trouvé lorsque ce dernier a perdu sa médaille.

La stérilisation

La stérilisation des chiens et des chats est fortement recommandée par l’ensemble des intervenants des secteurs de la santé animale et de la protection des animaux.

Il s’agit d’un acte chirurgical pratiqué sous anesthésie générale par un médecin vétérinaire. Chez le mâle, la stérilisation, aussi appelée castration, consiste à enlever les testicules. Pour la chienne et la chatte, quelques méthodes de stérilisation existent. À la suite de leur stérilisation, les animaux ne peuvent plus se reproduire.

La stérilisation présente de nombreux avantages, notamment :

  1. Elle augmente l’espérance de vie de l’animal en prévenant plusieurs problèmes de santé (tumeurs, infections).
  2. Elle évite les comportements indésirables pour le propriétaire et le voisinage : Elle diminue la tendance aux fugues et au vagabondage en
    période de reproduction ; Elle réduit de beaucoup le marquage urinaire chez le chat ; Elle supprime les périodes de chaleurs chez les femelles à savoir les saignements chez les chiennes et l’agitation et les miaulements constants chez la chatte ; Elle permet de contrôler la population en limitant les portées indésirables. Il faut savoir qu’une chatte donne naissance à cinq ou six chatons et qu’une portée de chiots peut compter entre quatre et douze petits. La stérilisation réduit donc le nombre d’orphelins ne trouvant pas de foyers d’adoption et leur évite l’euthanasie.

Dans plusieurs arrondissements de Montréal, le coût de l’enregistrement est réduit pour les chiens et les chats stérilisés.

La stérilisation des chiens et des chats est fortement conseillée parce qu’elle présente de nombreux avantages tant pour les animaux que pour les propriétaires et la collectivité.

Se départir d’un animal

Se départir d’un animal n’est pas un acte anodin. Un propriétaire peut être amené à envisager cette solution soit pour des raisons personnelles (problèmes de santé ou de changement de conditions de vie), soit pour des motifs liés au comportement de l’animal.

Certains comportements peuvent provoquer des désagréments, voire des accidents graves, qu’il est possible de prévenir.

Connaître le comportement « normal » d’un animal permet de déceler les manifestations anormales qui peuvent être révélatrices d’un mal-être ou d’un problème médical.

Se départir d’un animal parce que son comportement nous déplaît n’est pas une solution. La majorité des problèmes comportementaux peuvent être résolus. Le propriétaire d’un chien ne doit pas hésiter à consulter un médecin vétérinaire qui pourra lui donner les conseils appropriés et, au besoin, l’orienter vers un éducateur canin.

Le rôle de l’éducateur canin est de fournir au propriétaire du chien des solutions appropriées et de lui suggérer les outils pour l’aider à rétablir une saine relation avec son compagnon.

Le bien-être physique, mental ou émotionnel de l’animal doit toujours demeurer une priorité.

Bien que l’on parle plus souvent d’éducation canine, les chats peuvent également présenter des problèmes de comportement que les conseils éclairés de spécialistes permettent de résoudre.

Avant de prendre toute décision définitive, qui pourrait être regrettée, le propriétaire de l’animal doit d’abord envisager de résoudre le problème. Et si aucune autre option ne s’offre à lui, il peut chercher un nouveau foyer ou amener son animal dans un refuge local.

Afin de préserver l’équilibre fragile des écosystèmes et pour assurer le bien-être de l’animal de compagnie, il ne faut jamais abandonner ce dernier dans la nature.

Se départir d’un animal doit se faire de manière réfléchie et plusieurs solutions responsables existent. En cas de problèmes comportementaux de son animal, ne pas hésiter à consulter des spécialistes.

Le chat le plus beau au monde. Photo de Megan Jorgensen.
Le chat le plus beau au monde. Photo de Megan Jorgensen.

1 commentaire

  1. Nicole

    2021/02/14 at 6:54

    L’animal de compagnie fait partie de la famille, quand il part, la douleur reste. Et le sentiment de culpabilité aussi. Aurait-on fait le nécessaire pour prolonger son existence?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *