Emplois: un peu partout

Travailler à Drummondville

Travailler à Drummondville

Emploi à Drummondville

La ville de Drummondville compte près de soixante mille habitants, trouver un emploi dans cette ville ne s’avère donc pas trop difficile. En fait, Drummondville demeure une des villes industrielles les plus dynamiqiues du Québec.

À la base du développement de Drummondville se trouvaient les industries de la soie, de la poudrerie et du textile sur laquelle l’économie locale s’est axée durant plusieurs décennies. Au cours des trente dernières années, des parcs industriels ont été créés à Drummondville, grâce à la situation géographique stratégique de la ville.

De nouveaux secteurs d’activités ont vu le jour à Drummondville au cours des dernières années, assurant sa vitalité économique.

Parmi ces secteurs, on compte la machinerie, l’industrie du métal, la fabrication des composantes électriques et électroniques, des matériaux composites, des plastiques et des produits issus de la haute technologie tels que les disques numériques et les CD-ROM.

Tous ces secteurs témoignent de l’activité industrielle florissante de Drummondville et de la diversification de sa structure économique et offrent de nombreux emplois.

De plus, la Ville de Drummondville est une des rares villes du Québec qui consacre une attention spéciale aux nouveaux arrivants sur son site internet.

C’est le Regroupement interculturel de Drummond, un organisme créé par la Ville de Drummondville qui vous guidera dans la recherche d’un emploi et dans le processus d’établissement. Ce Regroupement est un organisme sans but lucratif parrainé par le ministère des Relations avec les citoyens et citoyennes du Québec.

C’est un organisme qui s’occupe directement des immigrants et qui vise à faciliter leur intégration.

Drummondville

Drummondville, photo libre de droits.

Historique de Drummondville

Bien située à la croisée des autoroutes Transquébécoise et Jean-Lesage, la ville de Drummondville, distante de 153 km de Québec et à 105 km au nord-est de Montréal, est baignée par la rivière Saint-François. Sa naissance s’inscrit dans un contexte militaire. En 1815, au printemps, sir Gordon Drummond (1772-1854), administrateur général du Bas-Canada, redoutant une nouvelle tentative d’invasion de la part des Américains, charge le major général Frederick George Heriot (1786-1843) d’implanter un établissement militaire agricole le long du Saint-François. Celui-ci installe son campement sur le côté sud de la rivière, où se situe la ville aujourd’hui et il nomme cet endroit Drummondville, nom attesté dès 1815, pour honorer celui qui lui a confié sa mission.

Cette même année, la paroisse de Saint-Frédéric est fondée. Drummond dont la carrière débute en 1789 fut promu gouverneur en chef du Canada de 1815 à 1816 en remplacement de George Prevost. Les débuts de la localité, marqués par la pauvreté des récoltes (1815-1816), les désertions des militaires à qui des terres avaient été concédées, la réduction de l’aide militaire, une épidémie (1820), un incendie (1826), furent passablement difficiles. Une première église anglicane est construite en 1820 alors que les catholiques disposent d’un temple en 1922. Lors de la fusion, en 1982, de Drummondville et de Drummondville-Sud, on a tenté d’éliminer le suffixe -ville, en ne conservant que Drummond, initiative louable que les impératifs de l’usage ont fait échouer.

Au fil des ans, cependant, la municipalité du village de Drummondville créée en 1875, qui obtient le statut de ville en 1888, a vu son territoire constitué peu à peu avec l’annexion de la ville de Saint-Joseph en 1955, de la municipalité de Saint-Jean-Baptiste la même année et de Drummondville-Ouest en 1966. Surnommée le Coeur des Cantons-de-l’Est, Drummondville est caractérisée par de grands espaces verts, de nombreux parcs et sites pittoresques dont le Village québécois d’antan, reconstitué dans un vaste espace vert, fournit une très bonne illustration. Les Drummondvillois n’ont rien épargné pour faire de leur municipalité la Capitale nord-américaine du folklore grâce au Festival mondial de folklore qui s’y déroule depuis 1982 et qui attire des milliers de touristes.

Secteur de Saint-Charles-de-Drummond

À la limite est de Drummondville, sur la rive est de la rivière Saint-François, à 8 km au sud0ouest de Saint-Cyrille-de-Wendover, on retrouve le secteur de Saint-Charles-de-Drummond (ancienne municipalité), dont le territoire de forme irrégulière est tout en longueur. En dépit du fait que la paroisse, érigée canoniquement en 1868, répond à la dénomination de Saint-Charles-Borromée et a inspiré l’actuelle appellation de la municipalité, celle-ci remonte seulement aux débuts de 1888.

De 1858, date de sa création officielle, à ce moment-là, l’endroit était identifié comme la municipalité des cantons unis de Wendover-et-Simpson. Respectivement proclamées en 1805 et 1802, ces deux entités cantonales portent des appellations qui évoquent des lieux d’Angleterre. Quant à Saint-Charles, il faut y voir une allusion à Saint-Charles Borromée (1538-1584), archevêque de Milan (1564), énergique réformateur de l’Église qui démontre un zèle admirable lors de l’épidémie de peste de 1576-1577. Les citoyens de l’endroit s’identifiant davantage à Saint-Charles et l’existence du bureau de poste de Saint-Charles-de-Drummond depuis 1950 ont entraîné la modification de la dénomination évoquée.

Pour ce qui est de Drummond, ce constituant marque l’appartenance municipale à une circonscription électorale et à une MRC dénommées Drummond, nom qui rappelle sir Gordon Drummond (1772-1854), gouverneur général du Haut-Canada de 1813 à 1816, qui confie à Frederic George Heriot (1786-1843), en 1815, la mission d’établir une base militaire sur le territoire occupé présentement par Drummondville qui avoisine Saint-Charles-de-Drummond.

3 Comments

  1. lallouche

    2010/11/08 at 2:23

    avant toute chose je me présente ,je suis un nouveau immigrant arrive il ya six mois d Algérie j étais un postier dans mon pays d origine pendant 20 ans et je voudrais avoir plus de renseignements sur la ville de DRUMMONDVILLE et s il ya possibilité d avoir un poste de travail dans mon domaine qui est la poste dans cette ville ,je suis actuellement résident permanent a montreal ,je peux vous dire que j aime du fond du cœur le métier de postier .j espère que j aurais une réponse positive de votre part et merci de votre compréhension.MR LALLOUCHE MAHMOUD

  2. Champagne

    2010/11/17 at 1:50

    bonjour,

    je suis résidente à Drummondville depuis 6 ans. je pense qu’il faudra que vous passiez un petit examen et un entretien au sein de la postepour prétendre à un emploi. Drummondville est une ville agréable et si vous avez des enfants c est vraiment l endrois idéal. Je vous souhaite bonne chance.
    M.Pierre Champagne

  3. alix sebastien

    2014/12/05 at 3:48

    bonjour je suis soudeur tuyauteur avec toutes mes licences a jour tig mig mag acier alu inox tous type d épaisseur j ai participer a la journée du Quebec en France malheureusement mon entretien n a pas abouti cela été une bonne expériences cependant j ai vue au forum que vous rechercher des soudeur dans votre ville serait t il possible d avoir plus de renseignement dans l attende de votre réponse je vous prit d agrées mes salutation

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *