Emplois: un peu partout

North Hatley: commerce ?

North Hatley: commerce ?

Situation économique du village de North Hatley

North Hatley, un charmant village situé en Estrie, offre peu d’opportunités dans le secteur de l’emploi, même si c’est une belle localité et un site patrimonial.

Autrefois, c’était l’agriculture, l’exploration forestière et la production de potasse, qui étaient les principales sources de revenus pour le village, mais aujourd’hui, c’est le tourisme.

Il est donc possible de dénicher un emploi dans un des nombreux petits hôtels, auberges et gîtes touristiques.

Il est encore plus probable, cependant, de trouver une galerie d’art ou une boutique qui sera d’accord de proposer votre œuvre d’art à ses clients, si vous êtes un artiste. Des galeries d’art sont parsemées un peu partout à North Haley et toute œuvre d’art originale et de bonne qualité sera acceptée avec plaisir par les galeristes.

Les nouveaux immigrants au Québec peuvent aussi faire appel à l’Association des Commerçants de la région de North Hatley qui sera heureuse de les aider à s’établir à North Hatley.

Village de North Hatley

L’implantation d’une modeste municipalité de village dans la partie nord du canton de Hatley (1803) en Estrie, au début du XIXe siècle, rend compte de sa dénomination, d’autant plus que le territoire, municipalisé en 1897, provenait de celui de la municipalité du canton de Hatley (1845).

Cette appellation fait allusion à la paroisse de Hatley, située dans le Cambridgeshire, au sud-est de l’Angleterre, où l’on trouve des Gogmagos, série de collines crayeuses et des noms comme Huntingdon, Hemingford, Broughton, Hinchingbrooke, etc. qui ont été transplantés avec des graphies parfois légèrement différentes en terre québécoise.

Le premier colon qui s’y établit en 1803 est un officier britannique retraité, le colonel Henry Cull (1753-1833), qui sera suivi d’un ensemble de pionniers préoccupés par les activités culturelles et sportives.

On y dénombre déjà 1 000 habitants, tous d’origine anglo-saxonne, en 1815, population doublée en 1851 et qui compte alors à peine 10 % de Canadiens français. Dès la fin du XIXe siècle, l’endroit comptait une Association bibliothécaire, sorte de club privé orienté vers la lecture, et un Club de divertissement.

En 1924, on fondait le Club de golf de Massawippi. Très tôt, la présence du trafic ferroviaire en provenance des États-Unis va contribuer à doter Northe Hatley d’une légère influence américaine. Centre prestigieux de villégiature qui occupe la rive nord du lac Massawippi, profitant de la proximité d’une grande ville, Sherbrooke, et du cadre enchanteur créé par le lac Magog, à l’ouest, North Hatley a attiré au fil des ans nombre d’artistes (poètes, sculpteurs, potiers, écrivains) qui y ont élu domicile, aspect qui lui a valu le titre d’Athens of the Northm probablement attribué par le journaliste montréalais John Richmond.

Hatley

Hatley North, image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *