Emplois: un peu partout

Emplois à Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier

Emplois à Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier

Trouver emploi à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier

Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier est le pôle de services de la zone ouest de la MRC de La-Jacques-Cartier, dans la région de la Capitale nationale.

Tout naturellement, Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier tire profit de sa situation géographique. En effet, de la ville de Québec, on accède à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, en moins de 30 minutes, via l’autoroute 40 et l’autoroute Henri-IV. Au fait, plusieurs employés du gouvernement du Québec ont choisi de résider dans ce milieu enchanteur.

Sainte-Catherine fait partie intégrante de la zone d’influence économique de la région métropolitaine de Québec. La municipalité dispose d’un parc industriel dont l’avantage considérable est d’être localisé à proximité de tous les services et des ressources de la région métropolitaine de Québec. Ce parc industriel a vu de nombreuses entreprises s’y installer, mais il dispose toujours de toute la superficie voulue pour accueillir les investisseurs désireux de profiter de prix encore bien en deçà du marché actuel.

L’économie de la ville et ses environs se distingue par un secteur forestier fort et bien développé. En effet, l’École de foresterie et de technologie du bois à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier intègre sous un même toit les fonctions de formation professionnelle et de recherche (R&D). D’ailleurs, l’accessibilité directe aux équipements et infrastructures reliés à l’industrie forestière est l’un des attraits importants pour les entreprises.

Le potentiel très élevé du secteur récréo-touristique assure de bons emplois pour plusieurs nouveaux arrivants, ce qui explique la forte croissance démographique et économique, plus rapide que la moyenne de la région de Québec. La présence de la Station touristique Duchesnay constitue un pôle d’activité majeur.

Ici, le taux de chômage est parmi les plus bas de la région. Bref, les indicateurs économiques montrent une région en pleine croissance.

Notons finalement que le Conseil Local De Développement de la Jacques-Cartier (CLD) et la Société Locale d’Investissement dans le Développement de l’Emploi de la MRC de la Jacques-Cartier (SOLIDE) mettent à la disposition des intéressés leurs services pour les aider à démarrer, à consolider et à développer des projets d’entreprise. La SOLIDE peut contribuer à un projet de démarrage d’entreprise par le biais de prêts.

Historique de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier

Longtemps identifiée sous le nom de Sainte-Catherine-de-Fossambault, tiré de celui de la paroisse qui lui a donné naissance, Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier prend place dans la région de Portneuf, entre Fossambault-sur-le-Lac, au nord, et Sainte-Jeanne-de-Pont-Rouge, au sud.

D’ailleurs, l’inclusion passée de la municipalité dans la division de recensement de Portneuf lui a valu le nom anciennement répandu de Saint-Catherine-de-Portneuf. Au début du XIXe siècle, une paroisse répondant à la dénomination de Saint-Patice en raison de la présence de plusieurs pionniers d’origine irlandaise avait été fondée sur ce territoire. Dès 1824, celle-ci était érigée civilement sous l’appellation de Sainte-Catherine-de-Fossambault.

Puis, une municipalité de paroisse répondant à la dénomination de Sainte-Catherine était érigée en 1855, alors qu’un bureau de poste existait depuis 1848 sous la dénomination anglaise de St. Catherines. Afin d’éviter toute confusion résultant de l’existence de quelques autres municipalités dénommées Sainte-Catherine, on procédait, en 1984, à l’adjonction de la précision dénominative de-la-Jacques-Cartier.

Alors que Fossambault rappelle la concession en 1693 à Alexandre Peuvret de Gaudarville (1664-1702) du fief dans les limites duquel se situera plus tard la paroisse, Sainte-Catherine évoque la mère de ce seigneur, Catherine Nau de La Boissière et de Fossambault, fille de Jacques Nau de La Boissière et de Fossambault, conseiller du roi. En outre, il faut tenir compte du fait que, vers, 1824, la mère du seigneur de l’époque, Michel-Louis Juchereau Duchesnay, héros de la bataille de Châteauguay, se dénommait Catherine Le Comte Dupré.

La présence de la rivière Jacques-Cartier, qui arrose le territoire, justifie pleinement le second volet de la dénomination. Incidemment, l’épouse de Jacques Cartier s’appelait Catherine Des Granches.

Vers 1950, Sainte-Catherine a acquis une certaine importance avec le développement de la fonction touristique du lac Saint-Joseph voisin (poste, marché pour les estivants, etc.) et la création de deux municipalités : Fossambault-sur-le-Lac et Lac-Saint-Joseph. Le poète Hector de Saint-Denys Garneau (1912-1943) a habité en ces lieux et y est décédé ; sa cousine, la poétesse et romancière de renom Anne Hébert, y est née en 1916. La culture de la pomme de terre occupe une place significative dans l’économie catherinoise.

Sainte-Catherine de la Jacques Cartier

Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier en hiver. Source de la photo : Vanou

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *