Emplois: un peu partout

Travailler à Nicolet

Travailler à Nicolet

Trouver emploi dans la ville de Nicolet

La ville de Nicolet possède de grandes richesses agricoles et l’agriculture représente un des leviers économiques les plus importants de la région caractérisée par la production laitière et l’élevage des animaux domestiques, ainsi que par la culture des céréales fourragères et la culture maraîchère.

C’est l’Union des producteurs agricoles du Centre-du-Québec regroupe des producteurs et qui peut être contactée pour les gens qui aimeraient s’installer dans la région et travailler dans l’agriculture.

Le parc industriel de Nicolet est situé au sud-est de la ville. Tous les services municipaux y sont disponibles. Vous pouvez contacter également la Chambre de Commerce de Nicolet pour toutes les renseignements relatifs à la vie économique de la ville.

De plus, la Corporation de développement économique (CDÉ) de Nicolet vise à stimuler le développement économique de la ville en facilitant l’expansion des industries existantes et l’implantation de nouvelles industries. Tous ces organismes peuvent aider de nouveaux résidants de Nicolet dans le processus de l’adaptation et intégration.

Historique de la Ville de Nicolet

Sur la rive sud du Saint-Laurent, à l’extrémité est du lac Saint-Pierre, à 140 km de Montréal, on retrouve la petite ville de Nicolet. Modeste territoire de forme quadrangulaire enclavé presque en entier dans Saint-Jean-Baptiste-de-Nicolet, la ville est baignée dans sa partie sud-ouest par la rivière Nicolet dont elle tire son nom. Jean Nicolet ou Nicollet de Belleborne (vers 1598-1642), découvreur, interprète, commis de la Compagnie des Cent-Associés ou Compagnie de la Nouvelle-France, venu de Normandie au Canada avec Samuel de Champlain, n’a jamais habité le territoire qui porte son nom. Il a toutefois procédé à son exploration à l’occasion de son séjour de sept ans à Trois-Rivières.

Explorateur des Grands Lacs jusqu’au Wisconsin, il mourra tragiquement dans le Saint-Laurent près de Sillery. Après des débuts modestes sous forme d’une mission installée en cet endroit en 1701, bien que des gens y aient vécu depuis 1668, c’est à compter de 1756 qu’un groupe d’Acadiens assurent son évolution en s’y installant, de telle sorte que Joseph Bouchette y découvre, en 1815, un village de plus de 50 maisons.

Au XVIIe siècle l’endroit a porté les noms de Rivière-Laubia, en hommage au premier seigneur Arnoult ou Arnault de Loubias ou Laubia (1672), et de Cressé, rappelant Michel Cressé, seigneur de Nicolet en 1673. En abénaquis, l’endroit est connu comme Pithingan ou Pithiganek, « l’entrée ».

L’histoire de Nicolet est marquée par l’important glissement de terrain de terrain survenu en 1955. Ce cataclysme a entraîné dans la Nicolet la quasi-totalité du cœur de la ville et a nécessité d’importants travaux de reconstruction.

Les Nicolétains ont vu leur ville, érigée en 1872, devenir rapidement au cours du XXe siècle un centre administratif, culturel et religieux d’importance, tout en conservant une vocation partiellement agricole harmonieusement complétée par d’importantes activités industrielles et commerciales.

L’Institut de police du Québec loge aujourd’hui dans les locaux du Séminaire de Nicolet. Cette dernière institution, fondée en 1809, a joué un rôle culturel de premier plan au XIXe siècle. À Nicolet, on retrouve encore la maison natale du peintre-graveur Rodolphe Duguay (1891-1973), laquelle remonte au début du XIXe siècle.

Saint-Baptiste

Cathédrale Saint-Baptiste-de-Nicolet, photo libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *