Emplois: un peu partout

Investissements à Matapédia

Investissements à Matapédia

Investir à Matapédia

La municipalité de Matapédia compte une population de plus de 700 Matapédiennes et Matapédiens. Ce village est situé au sud de la péninsule gaspésienne, c’est une porte d’entrée dans la Baie des Chaleurs, la province du Nouveau-Brunswick et la Vallée de la Matapédia. Elle se trouve au centre d’une activité économique diversifiée, à proximité des marchés du Nouveau-Brunswick, du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des États-Unis.

Une association a été créée à Matapédia pour favoriser le développement économique, social et culturel de la municipalité. C’est la Corporation Développement Économique Matapédia CODEM Inc.

Pour ceux qui veulent investir à Matapédia, soulignons d’abord que le domaine du tourisme a un grand potentiel. En effet, Matapédia est bordée par cinq rivières canotables et la chaîne de montagnes des Appalaches se trouve tout près de la municipalité, ce qui fait de Matapédia une localité de choix pour les sports de plein air.

Dans le domaine de l’exploration forestière, l’acériculture est un secteur en expansion grâce à l’abondance des érables à sucre. Un peu partout dans le monde, les dérivés de l’érable à sucre sont à la mode, aussi ce secteur a-t-il un bel avenir.

Deux rivières à saumons se trouvent à Matapédia, soit la Matapédia et la Restigouche. La présence de ces cours de l’eau est un atout important et la pêche sportive à Matapédia a elle aussi un grand potentiel économique pour les investisseurs.

On peut réfléchir aussi à la cueillette de fruits et légumes, dont l’exploitation se fait localement. Les têtes de violon, les fraises des champs, les framboises et les pommes pourraient être exploitées de façon commerciale et exportées.

Matapédia est située sur l’autoroute 132, à dix kilomètres de l’autoroute trans-canadienne. Le chemin de fer du Canadien-National reliant Halifax à Vancouver traverse le village, ce qui facilite l’accès aux marchés avoisinants.

Circonscription électorale de Matapédia

Reprenant les noms très anciens du lac et de la rivière Matapédia, cette circonscription électorale apparaît pour la première fois en 1922.Elle comprend alors essentiellement les localités situées dans la vallée de la Matapédia, cet important couloir qui relie le Bas-Saint-Laurent à la tête de la baie des Chaleurs. À ce territoire, qui englobait déjà notamment Amqui, Causapscal et Sayabec, la réforme de la carte électorale donnera, en 1972, une fenêtre sur le Saint-Laurent avec l’ajout, en particulier, de Mont-Joli et de Sainte-Flavie, laquelle s’élargira encore en 1992 avec l’addition des municipalités de Saint-Luce et de Pointe-au-Père.

Totalisant 7 321 kilomètres carrés, la circonscription de Matapédia, qui compte plus de 30 municipalités et neuf territoires non organisés, s’est en outre considérablement agrandie en 1992, à même celle de Matane qui lui laisse les deux grands territoires non organisés de Ruisseau-des-Mineurs et de Lac-Casault, ainsi qu’aux dépenses de celle de Rimouski, avec l’ajout d’une partie du territoire non organisé de Lac-des-Eaux-Mortes.

Pays de montagnes et de forêts, cette circonscription, encore majoritairement rurale, possède une économie dominée par l’exploration forestière et les industries du bois. La pêche, l’agriculture orientée vers l’élevage et la production laitière ainsi que le tourisme complètent le tableau de l’activité économique de base. 

Matapédia

La vallée de la Matapédia. Source de l’image : Matapédia touristique.

Hameau de Runnymede

Établi sur une pointe de terre découpée par la rivière Ristigouche à la frontière du Québec et du Nouveau-Brunswick, ce hameau est compris dans la municipalité de la paroisse de Matapédia, dans la partie sud-ouest de la péninsule gaspésienne. Cette petite enclave anglophone constitue l’un des premiers établissements du canton de Matapédia. Er 1807, un Écossais venu directement de son pays natal, Nathaniel Moors, s’installe à cet endroit. Il sera suivi en 1825 de James Gillis de Miramichi, de David Wheeler et, plus tard, d’Alias Falle, de Henry Lodge et d’Alan Mann. L’établissement a été désigné à l’origine sous le nom de Flatlands, sans doute d’après le caractère uniforme du paysage dans cette boucle de la Ristigouche, par opposition au milieu montagneux environnant. En 1857, le bureau de poste desservant le hameau porte le nom de Flatlands. Dès l’année suivante, il prend celui de Runnymede qu’il conservera jusqu’en 1965, d’après un pré de ce nom situé à Egham, dans le Surrey, sur la rive droite de la Tamise, où le roi Jean sans Terre a, en 215 signé la Grande Charte, premier texte constitutionnel de l’Angleterre. Runnymede signifie « rivière qui coule  à travers les près », d’après les mots anglais « run » et « mede » (pour « meadow »).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *