Emplois: un peu partout

La Tuque : marché du travail

La Tuque : marché du travail

Trouver un emploi dans la ville de La Tuque

Les activités économiques dans la ville de La Tuque

Dans le secteur primaire, on compte une vingtaine des entreprises agricoles, dont la production laitière et l’élevage de bovins sont les créneaux plus importants.

L’exploitation de la forêt est aussi très importante, puisque la forêt couvre plus de 90% des terres fermes de la municipalité, soit plus de 2,5 millions d’hectares. Au total, dans le secteur  forestier environ 1000 emplois sont générés.

On retrouve ici aussi presque cinq mille chalets, plus de soixante pourvoiries, neuve zones écologiques et deux réserves écologiques.

Dans le secteur manufacturier, tout naturellement, l’industrie du bois et du papier est fortement présente. Plus de 1100 emplois sont rattachés au bois.

Il existe dans la ville de La Tuque trois entreprises de l’exportation :

  • Smurfit-Stone (pâtes et papiers),
  • Industries John Lewis (le secteur du bois et la transformation du bois en produit à valeur ajoutée ) et
  • Scierie Parent.

La Smurfit-Stone est principal employeur, utilisant environ 700 employés – cette entreprise fabrique des produits à plus forte valeur ajoutée, soit le carton couverture white top. Cette compagnie est sur la conquête de nouveaux marchés d’exportation. Au total, annuellement,  plus de 4,5 millions de mètres cubes de bois sont coupés dans la municipalité.

Par contre, plusieurs petites entreprises sont nées au cours des dernières années et un nouvel arrivant au Québec peut chercher du boulot chez ces petits employeurs. apparues.

Comme un peu partout au Québec, le secteur tertiaire de l’économie représente plus de 80% des entreprises et plus de 65% de l’emplois. Des transports, des communications, des finances, des assurances, des entreprises et agences immobiliers et autres regroupent plus de cent vingt entreprises avec plus de sept cents emplois, tandis que les services à la consommation regroupent plus de 2000 emplois concentrés dans plus de 440 entreprises de commerce, hébergement, restauration, divertissement, loisirs, services personnels, services domestiques.

Finalement, plus de 2000 personnes travaillent dans les services gouvernementaux et quatre de chaque dix résidants travaillent dans la médecine ou les services de santé. L’administration publique provinciale fournit 200 emplois; le palier local procure plus de 350 emplois et environ autres 350 personnes sont occupées au secteur scolaire.

Canton de Tourouvre

Proclamé en 1906, de forme irrégulière, ce canton étroit est situé à 35 km au nord de La Tuque. Il est limité à l’ouest par la rivière Saint-Maurice, bien baigné par les lacs Kennedy, à Matte, Georges, de la Bouteille, et, notamment, par le lac Tourouvre dans lequel se jette la rivière Trenche venant du nord et qui constitue, en outre, une expansion du Saint-Maurice. Son relief formé de collines passe de 243 m d’altitude au hameau de Rapide-Blanc, à 457 m, à l’ouest du lac Kennedy. Ce nom est emprunté à un chef-lieu du canton de l’Orne, à 12 km au nord-est de Mortagne-au-Perche. Les immigrants venus de ce village français ont laissé au Canada et aux États-Unis une nombreuse descendance. Tourouvre et les Juchereau (1965) de Mme Pierre Montagne rend compte de l’émigration pionnière de ce village en Nouvelle-France. Tourouvre est un mot appartenant au règne végétal, il provient du latin tortum robur, chêhe tordu.

Armoiries de La Tuque

Armoiries de La Tuque. Image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *