Économie en vrac

Production de pétrole

Production de pétrole

Notre production de pétrole plus élevée en 1940

97 pour cent provenait des puits de la Vallée Turner

Ottawa, Canada, juin 1941 – Le Canada a produit 8, 717,345 barils de pétrole brut en 1940, comparativement à 7,826, 301 barils en 1939, annonce le ministère fédéral des Mines et des Ressources.

Environ 97 pour cent de toute la production canadienne provient du champ pétrolifère de la vallée Turner, situé au sud-ouest de Calgary ; on y exploitait à la fin de l’année 131 puits pour l’extraction, du pétrole brut sans compter les 24 qu’on forait.

Trente-cinq nouveaux puits avaient commencé à produire dans le même champ au cours de 1940. D’autres régions de l’Alberta est aussi fourni de petites quantités de pétrole brut, entre autres, celles de Red Coulée, de Wainwright, de Vermillion, de Del Bonita, de Dina, de Lloydminster, et de Moose Dome. La production globale de l’Alberta a atteint en 1940 le total de 8,493,000 barils, alors qu’elle avait été de 7,376, 932 barils, l’année précédente.

L’Ontario, le Nouveau Brunswick et les Territoires du Nord-Ouest ont aussi produit du pétrole brut en 1940. La production ontarienne, qui a été de 186,000 barils, provenait de Petrolia, d’Oil Springs, de Bothwell, des cantons de Dawn, de Warwick, de West Dover et de Mosa. Le champ pétrolifère de Stony Creek, situé au sud-ouest de Moncton (Nouveau-Brunswick), a produit 21,161 barils, tandis que les puits qu’on exploite aux environs de Norman, à quelque cinquante milles à l’ouest du lac du Grand Ours, dans les Territoires du Nord-Ouest, ont fourni une production de 17,184 barils.

On a fait des recherches expérimentales à plusieurs autres endroits prometteurs de l’Alberta, entre autres dans la réserve indienne Blood, à Brazeau, à Lloydminster, à Steveville et à Vermillion ; on effectuait certains travaux préliminaires dans plusieurs autres régions : Black Diamond, Clearwater, Grease Creek, Mill Creek, Moose Dome. Pincher Creek, Pouce Coupé, Sheppard Creek, Spring Coulée, Taber, Twin River, Willow Creek. On a aussi fait des recherches expérimentales à Bishopric, à Kamsack, à Lloydminster et à Little Pines, en Saskatchewan ; à Commotion Creek, en Colombie-Britannique ; près de Collingwood et sur l’île Manitoulin, en Ontario ; et près de la rivière York, dans la péninsule de Gaspé (Québec).

Dernières nouvelles sur les mines et les huiles

Kirkland Gold Rand

La Kirkland Gold Rand Limited, de Montréal, a fait connaître à la Sécurities & Exchange Commission son intention de vendre aux États-Unis 500,000 actions de $1 au pair. Le produit de la vente servira à mettre en valeur la propriété, à installer une usine de traitement et à fournir du capital d’exploitation.

Wood Cadillac Mines

Les administrateurs de la Wood Cadillac Gold Mines ont décidé de percer une aile au niveau de 500 pieds, dans le but de s’assurer la découverte de minerai de plus riche valeur. Cette opération représentera une dépense de $25,000 suivant ce qui ressort d’une lettre transmise aux actionnaires par son président M. J. E. Grant, Mill Builders Ltd exécuteraient les travaux.

Maralgo Mines

Toronto, 23 – Le bilan de Maralgo Mines Ltd au 30 avril 1941 montrait $5,519 en espèces et pour $335,088 d’actions minières.

Bénéfice de Pacific Petroliums Ltd. Intéressant

Toronto. Pacific Petroliums Ltd. Rapporte pour l’exercice terminé le 28 février 1941 un bénéfice net de $136, 875, soit l’équivalent de 14 cts par actions. De ce chiffre, on n’a pas déduit la réserve contre épuisement.

Du bénéfice, $88,797 sont consacrés aux frais de développement, $36,314 à l’amortissement de contrat de forage du puits #3 et $11, 764 sont portés au compte de surplus, augmentant le solde de ce compte à $25,137.

Le bilan révèle un actif disponible de $49,570, comprenant une encaisse de $7,701 et $29,817 de comptes à recevoir. Le passif exigible se monte à $102,521, dont un découvert du compte de banque de $25,668 et $50,242 de comptes à payer.

(23 juin 1941, lundi).

Illusions. Illustration de Megan Jorgensen.
Illusions. Illustration de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *