Économie en vrac

Entrepreneuriat au Québec

Entrepreneuriat au Québec

Entrepreneuriat et ses particularités au Québec

Pour des personnes qui souhaitent se lancer en affaires, sachez qu’il y aura toujours des opportunités pour celles qui les reconnaissent et savent les saisir. Pour y arriver, il faut identifier un besoin et les différentes façons (forces et faiblesses) et de déterminer vos motivations. Une étude de marché s’impose également, pour s’assurer qu’on a de la clientèle pour les produits et/ou services à vendre.

Plusieurs dispositions législatives et réglementaires à l’échelle du fédéral, des provinces et des municipalités sont prévues pour encadrer l’environnement des affaires. Aussi, plusieurs ressources et renseignements pratiques peuvent vous être utiles dans le cadre des réflexions/actions autour de votre projet. À cet effet, veuillez noter qu’au Québec, il existe les différentes formes juridiques d’entreprises suivantes :

L’entreprise individuelle : Elle ne comprend aucune formalité d’immatriculation sauf si l’entreprise n’utilise pas les noms et prénoms du propriétaire. C’est la forme d’entreprise la plus simple qui convient bien à une certaine catégorie de professionnels.

La société de personnes ou société contractuelle : Cette forme juridique résulte d’un contrat écrit ou verbal avec des associés, et la déclaration d’immatriculation de l’entreprise doit être produite au plus tard 60 jours après sa constitution. Avec cette forme juridique, les associés partagent les coûts et les risques reliés aux activités de l’entreprise.

La compagnie ou société par actions : La procédure de constitution d’une compagnie prévue par la Loi constitutive choisie par les fondateurs. Elle comporte la rédaction d’un acte constitutif de base (les statuts) ainsi que le dépôt des documents constitutifs, l’immatriculation et le paiement des droits. Compte tenu du fait que créer une société par actions est assez compliquée, il est recommandé de solliciter les services d’un professionnel (avocat, comptable ou fiscalité), pour remplir adéquatement les documents.

En tout cas, qu’il s’agisse de telle ou de telle autre forme juridique, nous vous rendons attentifs au fait que chacune a ses avantages et ses inconvénients. Nous vous encourageons donc à vous rapprocher des services et des professionnels qualifiés pour faire le choix qui correspond le mieux à vos attentes.

Pour des entrepreneurs qui ont besoin d’accompagnement et de soutiens financiers, les ministères chargées des questions reliées à l’entrepreneuriat, les firmes de professionnels, les Centres locaux de développement (au Québec) et plusieurs autres organismes peuvent les accompagner dans leurs démarches d’élaboration de plans d’affaires, de recherche de financements, d’orientation, de coaching en affaires, de recherche de partenaires locaux et internationaux, etc.

De plus, dans le cadre des affaires, accordez une place importante au réseautage, démarche qui prendrait par exemple la forme de « laisser ses cartes d’affaires partout où l’on passe, d’aller sur le terrain rencontrer ses concurrents et de faire du bouche à oreille.

Un peu plus sur l’entrepreneurship

Nous pouvons classifier les facteurs de production en cinq catégories, notamment, les ressources naturelles, le travail, le capital, l’entrepreneurship, la science.

C’est quoi, l’entrepreneurship? Il s’agit de ce que l’on appelle l’esprit de l’entreprise. Ce facteur de production peut être le fait de la collectivité, d’un individu ou d’une institution ou entreprise. Dans chacun des cas, l’entrepreneur sera l’agent économique qui prend la décision de combiner les autres facteurs de production, tels les ressources, le travail et le capital.

D’ailleurs, il décide de l’orientation de l’activité de production et innove tant sur le plan des méthodes de production que sur le plan de la nature des produits.

L’entrepreneurship, comme un des facteurs de production, se retrouve en quantité limitée dans toute société. Plusieurs économistes sont d’avis que ce facteur fut longtemps l’une des principales lacunes de l’économie du Québec, et ce manque d’entrepreneurship national peut expliquer en partie le fort taux de mainmise étrangère sur l’économie de la province (cependant, plusieurs autres considèrent que le problème ne tient pas à ce fait, sinon naît principalement de l’absence d’une politique efficace).

En tout cas, pour conserver et développer l’esprit de l’entreprise ou l’entrepreneurship, il faut savoir agir et prendre les risques inhérents à la décision de produire.

Appareils électroniques

En affaires, mentir n’est jamais nécessaire, rarement utile et toujours dangereux. (Auguste Detoeuf, 1883-1947, essayiste et industriel français). Image : © de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *