Les eaux du Québec

Rivière Windigo

Rivière Windigo

Rivière Windigo

Traversant du nord au sud une partie des Laurentides, en Haute-Mauricie, sur une distance de près de 100 kilomètres, cette rivière, dont une branche porte le nom de Windigo Ouest, débouche dans le Saint-Maurice, plus précisément vis-à-vis du hameau de Windigo implanté sur la rive ouest du réservoir Blanc, un élargissement de cette rivière. La voie ferrée du Canadien National traverse ce hameau.

Quelques-uns des lacs situés à la source de la Windigo, se nomment Syroga, de la Grosse Île, du Droit et Lareau. Plusieurs autres petits plans d’eau s’y trouvent, notamment: le ac de la Hauteur et lac du Pigamon. Ces lacs sont entourés de montagnes dont les sommets atteignent jusqu’à 700 mètres. En descendant des montagnes, les eaux de la rivière traversent les lacs l’Abbé, de l’Adiante, Wilfried, Windigo, Wageguma et le lac du Compas.

La rivière coule du nord au sud en milieu forestier. En descendant, les eaux de la Windigo traversent le territoire non organisé du Lac-Ashuapmushuan, puis le territoire de La Tuque. À environ 2,5 kilomètres avant son embouchure, la Windigo bifurque vers l’ouest. La rivière se déverse dans le Réservoir Blanc en face du hameau Windigo, situé du côté ouest de la rivière Saint-Maurice. Le Réservoir Blanc constitue un élargissement artificiel de la rivière Saint-Maurice à cause du barrage de Rapide-Blanc.

L’embouchure de la rivière Windigo est à 6 kilomètres en amont du coude de la rivière Saint-Maurice, situé près du hameau McTavish.

Les principaux tributaires de la rivière Windigo sont (en partant de l’embouchure) : côté ouest: ruisseau Two and a Half Mile, ruisseau des Cinq milles, rivière Windigo Ouest, ruisseau Coulombe, ruisseau Spartan, rivière Windigo Nord-Ouest et ruisseau Kennedy. Côté est: ruisseau Veillette, ruisseau Doucet, ruisseau Arsenault, ruisseau Wapposening, ruisseau Bédard, ruisseau du Chasseur, ruisseau Nastapolk, ruisseau Hilda (provenant du lac Hilda), rivière Cabeloga et rivière du Genévrier.

L’arpenteur Gédéon Gagnon indique Rivière Windigo dans son rapport de 1874. Un bureau de poste fut ouvert à Windigo entre 1921 et 1964. Dans De Ker-Is à Québec (1990), Fernand Grenier écrit que « Chez les Algonquins et les Cris, le Windigo (ou Wendigo) est un monstre fabuleux, géant, puissant, quelquefois anthropophage, Possédé de mauvais esprit, fou détraqué, le Windigo doit être abbatu à la première occasion. On utilise le même terme lorsqu’on veut assagir les enfants : c’est alors une sorte de croque-mitaine ou de bonhomme Sept Heures! Dans la langue québécoise, « partir à la windigo » signifie généralement s’éloigner dans les bois, aller dans les chantiers ou courir l’aventure dans des lieux éloignés et souvent mal famés. » Une légende chère aux Amérindiens veut que le Windigo ait réservé cette rivière pour son usage personnel.

Au total, une vingtaine d’entités géographiques du Québec portent cette appellation dont, entre autres, les rapides Windigo qui animent les eaux de la rivière Saint-Maurice, dans le canton de Bourassa, à l’intérieur des limites de la Municipalié régionale de comté du Haut-Saint-Maurice, soit à environ 40 kilomètres au nord de Weymontache.

Les Abénaquis identifient la rivière Windigo sous le nom Kiwakwazibo, rivière du géant et les Attikameks connaissent ce cours d’eau womme Witiko Sipi, rivière du monstre. On l’appelait également autrefois La Main.

Canton d’Albani

De forme presque irrégulière, ce canton, proclamé en 1965, est irrigué par les rivières Windigo et Windigo Ouest, d’ailleurs, le Saint-Maurice lui sert partiellement de limite au-sud-ouest. Inhabité et couvert de forêts, bien que traversé par une route menant à Windigo, il contient une foule de lacs de moyennes dimensions distriubués sur un terrain monteux dépassant les 500 mètres d’altitude. Le nom d’Albani rappelle la mémoire d’une des plus célèbres cantattrices québécoises. Née à Chambly en 1847, Emma Lajeunesse reçut une solide formation musicale à Montréal, Milan et Paris. À la suggestion de son professeur d’italien, elle adopta Albani comme nom de théâtre, à cause de sa consonance italienne mais aussi pour rappeler qu’elle avait commencé sa carrière comme soliste à l’église Saint-Jospeh d’Albany, État de New York, de 1864 à 1868. Emma Albani se signala dans les plus grandes capitales du monde, principalement en Europe, de même qu’au Metropolitan Opera de New York et au Canada. Elle eut l’occasion de côtoyer plusierus souverains dont la reine Victoria, qui l’honorait de son amitié. Elle se produisit aux côtés d’aussi grands compositeurs que Brahms, Dvorak, Gounod, Liszt et Hans von Bulow. Elle mourut à Londres en 1930 où, en 1878, elle avait épousé Ernest Gye, fils du directeur de Covent Garden.

Lac Flamand

Le lac Flamand, d’une diamètre dizaine de kilomètres de longueur et aux rives inhabitées, s’écoule au nord par un étriut couloir dans la rivière de même nom qui va gonfler les eaux du réservoir Blanc en Haute Mauricie. Ce toponyme remonterait à 1829 et rappelerait le souvenir d’un chasseur québécois qui a passé une quarantaie d’années chez les Attikameks à chasser dans les environs du lac et de la rivière (territoire non organisé de Rivière-Windigo).

Rivière Windigo

Rivière Windigo, vue satellitale. Source de l’image : Google Maps.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *