Les eaux du Québec

Rivière de la Petite-Nation

Rivière de la Petite-Nation

Rivière de la Petite Nation

Dans la réserve faunique de Papineau-Labelle, la rivière de la Petite Nation, identifiée par R. de la petite nation » sur la carte de Gédéon de Catalogne (1723), prend sa source dans les lacs Saint-Denis et Ouananiche. Filant vers le sud, elle forme les lacs Gagnon et Simon, à quelques kilomètres au nord du hameau de La Nation. La rivière arrose ensuite les municipalités de Saint-André-Avellin et de Plaisance, et se déverse dans la rivière des Outaouais, après une course de 129 kilomètres à mi-chemin de Thurso et de Papineauville. À 9 km en amont de son embouchure, dévalent les chutes de la Petite Nation, hautes de 67 mètres. À 20 kilomètres avant la fin de son cours, elle arrose le hameau de Portage-de-la-Nation.

Vers 1865, hommes et chevaux qui effectuaient le transport des marchandises de Papineauville à Saint-André-Avellin faisaient escale à cet endroit avant de franchir la rivière.

Le spécifique Petite Nation, qui prend la forme de Nation River du côté sud de la rivière des Outaouais, en Ontario, a d’abord servi à qualifier les Ouescharint, nom parfois écrit Ouescarini ou Oueskarini, tribu de la nation algonquine qui habitait et chassait autrefois dans la région. Tous les membres de la tribu périrent dans des affrontements avec les Iroquois. En 1613, Samuel de Champlain évoque les Ouescharini et décrit, sans la nommer, la rivière de cette façon : « Ainsi nous nous séparâmes : et continuant notre route à mont ladite rivière, en trouvâmes une autre fort belle et spacieuse, qui vient d’une nation appelée Ouescharini, lesquels se tiennent au nord d’ici, et à 4 journées de l’entrée. »

Dans sa publication de 1632, intitulée « Le Grand Voyage du pays des Hurons », le frère Gabriel Sagard mentionne plusieurs éléments de son voyage de retour de 1624 vers Québec, alors que «  nous allâmes cabaner à la petite Nation que nos Hurons appellent Quieunontateronons… », texte qui constitue, avec les « Relations des Jésuites », le témoignage le plus ancien de Petite Nation. Le qualificatif Petite a pour sens, ici, « peu nombreuse ». La seigneurie de Joseph Papineau a également porté ce nom. Elle avait été concédée le 16 mai 1674 à monseigneur de Laval par la Compagnie des Indes occidentales. L’acte de concession mentionne que le territoire est « à prendre depuis le sault de la Chaudière, vulgairement appelé la Petite Nation ». Une réserve de chasse et de pêche, créée en 1967 et dénommée Réserve de la Petite-Nation, s’étend sur environ 5 km carrés à l’ouest de l’embouchure de la rivière.

Canton de Preston

À environ 50 km au nord de Papineauville, en Outaouais, on trouve ce canton qui est arrosé par la rivière de la Petite Nation. La municipalité de Duhamel s’étend sur son territoire, au nord du lac Simon. Frederick Arthur Stanley, baron de Preston et comte de Derby (1841-1908), a été gouverneur général du Canada (1888-1893). De retour en Angleterre, lord Stanley fut élu maire de Liverpool en 1895, puis de la ville de Preston, dans le Lancashire, en 1901. S’intéressant à la culture et aux sports, lord Stanley, pendant son séjour au Canada, remettait annuellement un trophée à l’équipe qui s’était le plus distinguée dans les sports d’hiver. La coupe Stanley (1893) est maintenant décernée à la fin de chaque saison aux champions de la Ligue nationale de Hockey, dont les équipes proviennent aussi bien des États-Unis que du Canada. Proclamé en 1892.

Canton de Ripon

Proclamé en 1855 et situé à 25 km environ au nord-ouest de Montebello, ce canton dont le contour au sud forme une ligne brisée est arrosé par plusieurs petits ruisseaux qui s’orientent presque tous vers la rivière de la Petite Nation, principal cours d’eau de ce territoire qui coule à environ 170 m d’altitude près du mont Vézeau. La population se distribue le long des routes, autour de certaines nappes d’eau comme les lacs Viceroy, Grosleau et Schryer et dans les hameaux de Valencay et de Lac-Grosleau. Orthographié Rippon, ce toponyme paraît sur la carte de Gale et Duberger en 1795. Ripon pourrait rappeler une ville du Yorkshire, en Angleterre.

La rivière peut être à sec, elle garde son nom (proverbe africain). Rivière de la Petite-Nation. Photo de Noëlla Lévesque.
La rivière peut être à sec, elle garde son nom (proverbe africain). Rivière de la Petite-Nation. Photo de Noëlla Lévesque.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *