Les eaux du Québec

Rivière Nétagamiou

Rivière Nétagamiou

Rivière Nétagamiou et ses environs

Sise à environ 80 kilomètres en aval de la réserve indienne La Romaine, sur la Côte-Nord, la rivière du Petit Mécatina se divise en deux branches pour donner naissance à la rivière Nétagamiou. Après un court trajet de 23 kilomètres en direction sud, elle se déverse dans le golfe du Saint-Laurent directement sur la ligne séparant les cantons de Bellecourt et de Saint-Vincent. L’embouchure est barrée par un banc de sable à travers lequel se trace un étroit chenal de 1 mètre de profondeur, donnant accès à un abri naturel à 1 kilomètre de son entrée. Même si à certains moments les brisants en rendent l’accès difficile, les embarcations peuvent remonter jusqu’aux premières chutes, hautes de 15 mètres et situées à 2 kilomètres en amont.

L’hiver, malgré qu’une couche de glace recouvre la rivière et que son cours semble invisible, les eaux de cette rivière de pente sont parfaitement apparentes ; cette image aurait influencé des Montagnais sur le choix de l’appellation Nétagamiou, qui signifierait « rivière qui passe sous terre. » Toutefois, le montagnais « natuakamiu » a pour sens : « la rivière s’élargit pour former un grand bassin d’eau calme. »

Dans l’archipel du Petit Mécatina, à 3 kilomètres au sud-est de l’embouchure, un groupe d’îles porte également ce nom. Les îles offrent un excellent site de pêche. En outre, sur la plus grande, un monticule de 17 mètres de hauteur retient l’attention. Nommées Îlets du Rendez-vous par Franquelin sur une carte de 1699, on y cueille de nombreux fruits sauvages tels les chicoutés, petites baies rouges peu sucrées dont on fait une excellente gelée et une liqueur.

Au cours des siècles, ce toponyme a subi plusieurs transformations orthographiques, allant de Natoüacamiou au XVIIe en passant par Natagamiou au XIXe siècle ou encore Nokatamu au début au début du XXe siècle. On relève, en outre, pour ce cours d’eau le nom montagnais Atauakaniah Hipu, qui peut se traduire par « lac envahi par les eaux venant d’un autre lac ou d’une autre rivière » .

Village de Chevery

Chevery, construit sur une pointe de sable à l’embouchure de la rivière Nétagamiou, se trouve à l’extrémité ouest de l’archipel du Petit Mécatina, soit environ à mi-chemin entre les localités de Natashquan et de Saint-Augustin. L’accès à ce centre administratif de la municipalité de Côte-Nord-du-Golfe-Saint-Laurent et de la Commission scolaire du Littoral se fait principalement par bateau à partir du village de Harrington Harbour, , établi sur une île voisine. L’agglomération fut d’abord connue sous le nom de Netagamu River, nom du bureau de poste créé en 1970, modifié en Chevery l’année suivante. Le toponyme Chevery, officiel depuis 1971, évoque un nom historique. Le 6 juin 1747, l’intendant Hocquart permet à Jean-Baptiste Chevery, capitaine du Joseph-Marie, de se rendre sur la « Côte du Labrador (région de la Côte-Nord) afin de rapporter à Québec une cargaison de sel. » Ce voyage aura été ponctué d’escales dans de nombreux postes de la Côte. Variante : Bellecourt.

Si nous voulons être les acteurs responsables de notre propre avenir, nous avons d'abord un devoir d'histoire (Antoine Prost, un historien français contemporain, Douze leçons sur l'Histoire. Photographie :
Si nous voulons être les acteurs responsables de notre propre avenir, nous avons d’abord un devoir d’histoire (Antoine Prost, un historien français contemporain, Douze leçons sur l’Histoire. Source de la photographie : commons.wikimedia.org/wiki/File:Netagamiou_Falls_-_Chevery,_Quebec.jpg. Auteur : NorthToursNord.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *