Les eaux du Québec

Rivière La Romaine

Rivière La Romaine

Rivière La Romaine

La Romaine est une rivière de 265 kilomètres de long dans la région de la Moyenne et de la Basse-Côte-Nord, en Minganie (région touristique de Duplessis). Elle se jette dans le golfe du Saint-Laurent au nord de Havre-Saint-Pierre. Remarquez cependant que selon certaines sources, telles que la FQCK – guide des parcours canotables, la Romaine fait 496 kilomètres.

On compte sur la Romaine pas moins de 16 chutes et 119 rapides (il n’est pas exclu qu’on ait oublié quelques rapides). Au fait, c’est l’une des dernières rivières sauvages du Québec, où l’homme se fait plutôt rare.

À l’ouest de l’embouchure de la Romaine se trouve la communauté innue de Mingan et à l’est de la rivière se situe la communauté innue de Natashquan. Le parc national de l’Archipel-de-Mingan fait face à l’embouchure de la Romaine.

Quant à la faune, c’est le saumon de l’Atlantique qui constitue la ressource la plus prisée de la rivière Romaine, mais le saumon ne peut monter au-delà de la Grande-Chute, évidemment, un obstacle infranchissable pour les saumons.

Remarquons que la rivière Puyjalon, une des tributaires les plus importantes de la rivière Romaine qui s’y jette au kilomètre 13,5, est l’un des habitats les plus importants pour le saumon au Québec. Par ailleurs, on rencontre l’omble de fontaine un peu partout dans la Romaine. On dit qu’il y a aussi le touladi, l’escolier noir et la ouananiche.

Parmi les mammifères, on dénombre des castors, des lièvres, des martres, des orignaux, des caribous et, à l’occasion, des loups et des lynx.

À un peu plus de cent kilomètres au nord de la municipalité de Baie-Johan-Beetz, sur la côte nord du golfe St-Laurent, le lac d l’Abbé-Huard est la source de la rivière de l’Abbé-Huard, un affluent de la Romaine. Ce nom honre la mémoire de l’abbé Victor-Alphonse Huard (1853-1929), naturaliste et professeur au Séminaire de Chicoutimi, qui visita, en 1895, la région située entre Betsiamites et Natashquan. Ce voyage est décrit dans Labrador et Anticosti, ouvrage que l’abbé Huard publia en 1897. Dans son Dictionnaire des rivières et lacs de la province de Québec, paru en 1914, Eugène Rouillard signale déjà ce toponyme, antérieur, selon toute vraisemblance, à celui attribué à la rivière du même nom. Les Montagnais et les Naskapis ont respectivement batisé la rivière Uauiekamau Hipu, la rivière du lac rond et Umuauk Shipu, la rivière aux huards. Mais dans ce dernier cas, il s’agit d’une simple adaptation, par traduction, du nom français – Huard.

La principale voie d’accès au bassin versant de la Romaine est la route 138, mais il existe une ligne de chemin de fer d’une quarantaine de kilomètres qui relie Havre-Sainte-Pierre et les mines de Titane et QIT-Fer, en opérations dans cette zone. En tout cas, en raison de l’isolement de ces lieux de la civilisation, la pêche récréative y est assez rare. Toutefois, pour les autochtones, c’est une source importante de nourriture, aussi y pratiquent-ils la pêche au filet.

Aujourd’hui, Hydro-Québec projette de construire quatre centrales de plus de 1500 mégawatts de puissance totale sur la Romaine, entre les kilomètres 52 et 192. On prévoit également l’ouverture d’une route d’accès qui reliera la route 138 au chantier de la Romaine-1 pour continuer jusqu’au chantier de la Romaine-4. Ce projet est conforme au Plan stratégique d’HydroQuébec 2004-2008. Pour l’instant, les travaux doivent commencer vers le milieu 2009.

Rivière Aisley : Longue de 3 kilomètres, la rivière Aisley constitue un bras de la Romaine, à l’est du delta formé à son embouchure dans le golfe du Saint-Laurent. Un peu au sud, en face de la Grosse Romaine, une des îles de l’archipel de Mingan, un accident littoral porte officiellement depuis 1975 le nom Pointe à Aisley, que l’historien René Bélanger identifie plutôt comme Pointe à Leslie, d’après le capitaine John Leslie, de la Nouvelle-Écosse, dont une partie de l’équipage hiverna en ces lieux en 1862-1863 et en 1863-1864. Les Montagnais désignent ce cours d’eau sous les appellations de Pakuhipahtuku, rivière séchée pendant l’été et de Paki Hipahtuk, passes entre deux terres à sec.

Rapides Les Murailles

Sur le parcours de la rivière Romaine, des rapides s’étendent sur une longueur de 6 km s’appellent Les Murailles. Ceux-ci sont situés à environ 50 km au nord du golfe du Saint-Laurent, dans la municipalité de Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord. De hautes parois rocheuses, s’élevant par endroit jusqu’à 150 m de chaque côté de la rivière, justifient la dénomination attribuée à ces rapides.

Rivière La Petite Romaine

Cette dénomination identifie un petit cours d’eau de la Haute-Côte-Nord, à Saint-Paul-du-Nord, dans le canton d’Iberville. Cette rivière de 20 km de long est torrentueuse dans sa partie amont alors qu’elle coule en milieu montagneux. Elle épouse ensuite un tracé sinueux et serpente dans la savane des Romaines avant de se jeter dans le Saint-Laurent.

Son nom lui vient du fait qu’elle coule sur un dépôt d’argile rouge localisé à environ 1 km de son embouchure. Les Montagnais l’appelaient Ouromane, comme l’indiquait déjà le père Laure sur sa carte de 1731 ; il utilisait le terme Louramane pour identifier une mine d’ocre rouge.

À force de chercher à transposer le nom en français, la multiplication des formes orthographiques et des sonorités a finalement produit La Romaine, appellation qui n’a rien à voir avec la ville de Rome.

Deux autres rivières de la Côte-Nord sont aussi liées à des dépôts d’ocre. La peinture tirée de l’ocre était utilisée par les Amérindiens pour se peindre le corps. Une première tentative d’exploitation industrielle des dépôts est effectuée en 1882, alors que la famille Argall, venue de l’Angleterre, a construit une usine où on lavait, séchait et calcinait l’ocre naturelle. La production a dû cesser en 1889 ; relancées en 1916 et soutenues par l’implantation d’un laboratoire, d’un entrepôt et d’un quai, les opération ont été définitivement abandonnées en 1923.

L’endroit où étaient établies ces installations porte le nom de Les Romaines. En 1831, un poste de la Compagnie de la Baie d’Hudson y était en activité sous le nom de Little Romaine. On utilise encore l’expression Petite-Romaine pour désigner ce lieu-dit. Variantes : Rivière Loramine ; Rivière Roucramans ; Rivière Louramen ; Rivière Olimine ; Rivière Olumon ; Rivière Oroumen ; Rivière de la Pointe Romaine ; Petite rivière Romaine ; Rivière aux Romaines ; Rivière aux Romains ; Rivière Ulimine.

La Romaine

Rivière la Romaine, source de l’image : Guillaume Cattiaux de Paris, France
commons.wikimedia.org/wiki/File:Rivi%C3%A8re_Romaine.jpg.

Voir aussi :

3 Comments

  1. Michelle

    2011/02/16 at 11:52

    La région de la Basse-Côte-Nord ne fait toutefois pas partie de la région de la Minganie. La Minganie, pour sa part, fait partie de la Moyenne-Côte-Nord.

    Merci 🙂

  2. Michelle

    2011/02/17 at 12:04

    De plus, je tiens à préciser que la mine de Titane se nomme QIT-fer et non QUI-fer !

  3. admin

    2011/02/19 at 2:26

    Merci, Michelle, pour vos corrections, mais quant à Minganie, selon plusieurs sources, la région fait partie de la Basse-Côte-Nord, selon d’autres, en effet, c’est la Moyenne-Côte-Nord.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *