Les eaux du Québec

Rivière L’Assomption

Rivière L’Assomption

Rivière L’Assomption

La rivière L’Assomption traverse Lanaudière, étant le plus important cours d’eau de la région. La rivière prend sa source au lac L’Assomption, au Mont-Tremblant et se jette dans le Saint-Laurent à la hauteur de Repentigny. Sa longueur est de plus de 200 kilomètres. Son bassin versant se trouve sur la rive nord du fleuve et comporte 4220 kilomètres carrés. On dénombre sept grandes rivières affluentes : la Boule, Versailles, Noire, la Chaloupe, Ouareau, Saint-Esprit et Achigan.

Les trois quarts de la superficie du bassin versant de L’Assomption s’étend sur les territoires forestiers et le reste traverse des terrains agricoles dans les basses terres du Saint-Laurent. La dénivellation s’opère sur près de 250 mètres.

Au total, environ 200 000 personnes résident dans la région drainée par L’Assomption qui traverse onze MRC, dont dix de la région de Lanaudière et une des Laurentides.

L’Assomption attire un grand nombre de vacanciers mordus de sports nautiques. On y pratique la baignade, la navigation de plaisance, le canot, , le kayak, la planche à voile et la pêche sportive.

Plusieurs parcs se trouvent sur ses rives ou aux environs, parmi lesquels on distingue le parc régional des Chutes Monte-à-Peine-et-des-Dalles, le parc des Chutes-Dorwin, le parc de récréation du Mont-Tremblant, ainsi que la réserve faunique de Mastigouche.

Depuis le milieu des années 1990, la Corporation de l’Aménagement de la Rivière L’Assomption ou CARA surveille l’état de la rivière et prend des mesures pour en protéger l’écosystème.

C’est d’ailleurs la CARA qui a aménagé une longue patinoire de 9 kilomètres de long sur la rivière L’Assomption qui est devenu l’orgueil de Lanaudière et une attraction touristique hivernale incontournable.

Comme un peu partout dans le monde, on constate que la pollution résiduelle n’est pas étrangère au bassin de la rivière L’Assomption. Cette pollution provient surtout des activités agricoles intensives. Heureusement, les eaux de L’Assomption ne sont pas trop contaminées, mais la CARA a observé des concentrations élevées d’azote ammoniacal qui affectent la qualité de l’eau dans les stations de filtration alimentant les villes de Repentigny, de L’Assomption et de L’Épiphanie durant la saison estivale et en moindre quantité durant l’hiver. Alors, des mesures de la protection de la rivière L’Assomption et de l’épuration de ses eaux ont été entreprises.

Ville de Repentigny

La paroisse fondée en 1669, Notre-Dame-de-L’Assomption-de-Repentigny, également connue plus tard sous le nom de La Purification-de-Repentigny et érigée civilement en 1722, entre les seigneuries de Saint-Sulpice et de Terrebonne, a probablement inspiré la dénomination Notre-Dame-de-L’Assomption-de-Repentigny attribuée à la municipalité de paroisse créée en 1855 dans l’actuelle région de Lanaudière, à l’est de La Gardeur et dont Saint-Paul-l’Ermite sera détachée en 1857 et deviendra par la suite Le Gardeur.

Celle-ci succédait à la municipalité de la paroisse de Repentigny créée en 1845 et abolie en 1847. cette dernière allait prendre, en 1956, le nom de Repentigny – qui figure sur une carte de Deshayes de 1695 sous la graphie « d’Arpentigny », alors que celle de Catalogne de 1723 indique bien Repentigny -, et recevoir le statut de ville en 1957. Pierre Legardeur de Repentigny, dont on ignore la date de naissance (1608?) et qui meurt en 1648, a été le premier concessionnaire, en 1647, de la seigneurie qui porte son nom et que Jean Talon lui a concédée, laquelle sera vendue, en partie, en 1670, à Charles Aubert de La Chesnaye qui lui attribuera son nom tandis que l’autre portion du territoire portera le nom de L’Assomption. Or, une part de la seigneurie sera réservée au fils de Pierre Legardeur, Jean-Baptiste (1632-1709) qui, en 1670, fonde l’endroit en construisant une grande habitation à l’embouchure de la rivière L’Assomption.

Implantée à 24 km au nord est de Montréal, à la frontière de la banlieue de la Métropole et au confluent du Saint-Laurent et de la rivière L’Assomption, la ville occupe un territoire qui ressemble à une presqu’île avec le chapelet d’îles que l’on retrouve à cette hauteur. Au début du XXe siècle, Repentigny porte le nom courant de Repentigny-les-Bains, en vertu de son importante vocation de lieu de villégiature. Ville plutôt cossue, Repentigny a reçu le surnom de Westmount de l’Est de Montréal. Les Repentignois les plus célèbres sont le pianiste André Laplante et Joseph Juneau, fondateur de la ville qui porte son nom en Alaska.

rivière l'Assomption à Joliette

Rivière de L’Assomption à Joliette, vers 1910. Source de l’image : Musée McCord.

3 Comments

  1. pierre hotte

    2011/07/01 at 1:04

    a l’assomption est ce que l’eau est polluer une réponse s v p

    ……………………………merci………………………………………………..

  2. m. Storat

    2012/10/11 at 10:41

    J aimerais avoir des informations sur la drave de la riviere l assomption.

    Merci

  3. steve leclerc

    2013/04/15 at 12:22

    a ce que je vois, aucune réponse a vos questions de la part d’un site qui se dit IMPLIQUÉ … ?

    BRAVO grandquebec.com
    j’avais des questions aussi…

    tant qu’a nous laisser dans le vide avec vos réponses, (qui en passant, sont importantes pour nous)
    laissez donc votre site a OFF.. GENRE INEXISTANT !!

    Comme ca, on ne perdra plus notre temps a vous poser nos questions et, vous, pourrez continuer a faire.. RIEN

    merci pour RIEN depuis le 1 juillet 2011 !!!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *