Les eaux du Québec

Régions hydrographiques

Régions hydrographiques

Régions hydrographiques du Québec

Au total, il y a treize régions hydrographiques au Québec. Chacune d’entre elles regroupe un certain nombre de bassins versants.

La division utilisée tient compte des réalités écologiques et hydrologiques du territoire compris dans les limites de la région plutôt que des limites des régions administratives.

Tout naturellement, le Saint-Laurent capte les eaux de sept de ces régions hydrographiques. Ces régions couvrent plus du tiers de l’ensemble du territoire du Québec.

  • 00 – Fleuve Saint-Laurent (l’ensemble du fleuve est considéré comme une région à part)
  • 01 – Baie des Chaleurs et Percé
  • 02 – Saint-Laurent sud-est
  • 03 – Saint-Laurent sud-ouest
  • 04 – Outaouais et Montréal
  • 05 – Saint-Laurent nord-ouest
  • 06 – Saguenay et lac Saint-Jean
  • 07 – Saint-Laurent nord-est
  • 08 – Baies de Hannah et de Rupert
  • 09 – Baies James et d’Hudson
  • 10 – Baie d’Ungava
  • 11 – Mer du Labrador
  • 12 – Îles du fleuve Saint-Laurent
  • 13 – Îles du golfe du Saint-Laurent

Rivière André-Grenier

La rivière André-Grenier est le principal affluent sur la rive droite de la rivière Koroc qui débouche dans la baie d’Ungava, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de l’embouchure de la rivière George, à l’embouchure de laquelle est situé le village inuit de Kangiqsualujjuaq (Administration régionale Kativik). Prenant sa source à la frontière du Québec et du Labrador terre-neuvien, la rivière André-Grenier dévale le plateau de la George entre des sommets que la dominent d’environ 500 m. On a attibué à cette rivière le nom du jeune géographe beauportois André Grénier (1935-1960), mort accidentellement sur la rivière Koroc au mois d’août 1960. Homme de terrain doué et versé d’assistant de recherche du géographe britannique Brian Haywood sous les auspices du McGill Subarctic Research Laboratory, pour ne plus jamais en revenir. C’est à la suite d’une suggestion de l’ancien directeur de ce centre de recherche que la Commission de géographie a rendu ce nom officiel en 1961. Pour leur part, les Innuis dénomment cette rivière Kuurujjuarusiq qui signifie l’autre grande gorge. Le mont Hawood est situé dans le bassin de cette rivière. Notons que Georges Larouche, confrère et ami d’André Grenier, mort sur les bords de la rivière Koroc en 1960, avait fait des croquis de son collègue queles mois avant sa disparition.

Régions hydographiques

Le fleuve St-Laurent en hiver. Photo – GrandQuebec.com

Source des données: Centre d’expertise hydrique du Québec

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *