Les eaux du Québec

Lac Mousseau

Lac Mousseau

Lac Mousseau et ses environs

Long de 5 kilomètres et large d’environ 500 mètres, ce lac étroit du canton d’Eardley est située dans la région administrative de l’Outaouais, dans le parc de la Gatineau, à un peu plus de 20 kilomètres de la ville de Gatineau. Du nord-ouest par un mince fil d’eau, il reçoit les eaux du lac Philippe et, par le ruisseau Mousseau ayant un kilomètre de longueur, il communique avec le lac Meech au sud-est.

Orienté du nord-ouest au sud-est, ce lac se loge dans une cassure du socle cristallin des Laurentides entre l’escarpement d’Eardley et la rivière Gatineau. Son versant abrupt du côté sud s’élève à 414 mètres d’altitude, soit deux fois plus que le versant opposé.

Le nom Mousseau attribué à ce lac a été adopté officiellement par la Commission de géographique du Québec en décembre 1962. Louis Mousseau, agriculteur, était le second fils de Thomas Mousseau, un pionnier de Hull qui fut à l’emploi de Philemon Wright de 1820 à 1830. Il était cousin au second degré de Joseph-Alfred Mousseau, premier ministre du Québec de 1882 à 1884. Les lettres patentes indiquent que le premier lot (Lot 8, rang XII), situé à la tête du lac, fut concédé à James et David McLaren en 1860. Il fut subséquemment acquis par Louis Mousseau en 1867, qui devint le premier propriétaire installé sur les rives du lac, y ayant construit sa maison et élevé une famille de quinze enfants et il appert que la famille Mousseau la conserva jusqu’en 1905.

Depuis lors, l’usage local identifie ce lac sous l’appellation de Mousseau, même si, parallèlement, il est aussi connu sous le nom de Harrington. Les documents cartographiques révèlent que le nom de Harrington a été initialement donné à ce lac en 1850 par l’arpenteur Alfred Driscoll. On est autorisé à croire que ce nom fait allusion à Joseph Harrington, propriétaire du premier lot (Lot 19, rang VI) du canton de Hull, concédé en 1827 et situé à 12 km au sud-est du lac et à 2 km au sud du lac Kingsmere.

On a prétendu que le nom initial donné à ce lac évoquait un certain John Harrington, supposément fils de Joseph et gendre d’Asa Meech, pasteur congrégationnaliste dont le nom a été attribué au lac voisin. Il s’agit d’une hypothèse vraisemblable mais non encore démontrée. Le nom de Harrington a paru sur une carte dès 1850 et se retrouve encore sur la dernière édition de la carte topographique (1:50 000) Wakefield en 1977 sous la forme Lac Mousseau (Harrington), ce qui lui a permis de se maintenir en usage au cours de cette longue période.

En 1951, le gouvernement fédéral s’est porté acquéreur de la propriété et d’un terrain de 1942 situés sur le bord du lac Mousseau. Vingt-deux ans plus tard, soit en 1973, une entente est intervenue entre les gouvernements fédéral et du Québec pour échanger 1000 ha de terrain à Hull (Gatineau), où se trouve le cégep de l’Outaouais, contre 5 060 ha autour Mousseau ainsi que le fond du lac. Depuis 1959, la maison construite dans les années 1920 par le colonel Cameron Edwards sert de résidence d’été au premier ministre du Canada. En 1992, elle fut utilisée pour les importantes négociations fédérales-provinciales portant sur l’avenir constitutionnel du Canada. En 1987, de pareilles rencontres avaient eu lieu au lac Meech, voisin.

Canton de Mousseau

Située le long de la rivière Rogue, dans la région des Laurentides, à une trentaine de kilomètres à l’est de Mont-Laurier, cette entité cadastrale comprend une grande partie de la municipalité de la paroisse de L’Ascension. Le canton est baigné par quelques dizaines de nappes d’eau dont les lacs Mousseau, McCaskill, Lanthier et aux Poissons. Cette appellation rappelle Joseph-Alfred Mousseau (1838-1886), originaire de Berthier-en-Haut (Berthierville), premier ministre du Québec de 1882 à 1884. Avocat, il devint propriétaire avec Joseph-Adolphe Chapleau, Laurent-Olivier David notamment du journal « Le Colonisateur » (1862-1863) ; 1870, il fondera « L’Opinion publique ». Élu député conservateur de Bagot à la Chambre des communes en 1874, Mousseau y siégera jusqu’en 1882, année où le premier ministre J.A. Macdonald le força plus ou moins s’orienter vers la politique provinciale. Il terminera sa carrière dans la magistrature. Proclamé en 1917.

Berges du lac Mousseau. Photo libre de droits de l’auteur inconnu.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *