Les eaux du Québec

Lac Mistassini

Lac Mistassini

Lac Mistassini

Le Lac Mistassini est situé à l’intérieur de la réserve des Lacs-Albanel-Mistassini-et-Waconichi.

Vu du ciel, il fait penser à des marques de griffes géantes. Cette forme particulière lui a été donnée par les anciens glaciers. C’est la plus grande nappe naturelle d’eau douce du Québec. Il a une longueur de 176 kilomètres et sa largeur atteint par endroits 40 kilomètres. Le lac se situe à une altitude de 374 mètres.

La profondeur du Lac Mistassini est de près de 180 mètres. Il couvre une superficie de 2335 kilomètres carrés.

Le nom du lac vient du mot cri mista-assini, qui signifie : le grand rocher. Il fait référence à un rocher de 3 mètres que l’on peut voir à l’endroit où le lac Mistassini se déverse dans la rivière Rupert.

La baie Abatagouche, une étroite nappe d’eau s’étire sur 25 kilomètres et rejoint la baie du Poste dans la partie méridionale du lac Mistassini. Bordée par des terrains marécageux, la baie présente des contours très irréguliers. En 1900, l’arpenteur Henri O’Sullivan note Abatagush sur la carte d’une route devant relier le lac Saint-Jean à la Baie-James. Dans un rapport d’exploration daté de 1906, il précise: “Nous nous rendimos à la tête d’une longue pointe qui sépare la baie Abatagush de la partie centrale du lac Mistassini.” Ce terme amérindien signifie simplement “milieu”.

La région du lac Mistassini est couverte de forêts d’épinettes, de pins, de sapins et de bouleaux. On y trouve également de vastes espaces de bleuets.

Malheureusement, en raison de la chasse et du piégeage intensifs, le monde animal s’est raréfié. Cependant, les populations de castors, de loutres, de visons, de martres, de lynx, de renards et de caribous commencent peu à peu à réapparaître.

À l’époque de la colonisation, le lac Mistassini fut découvert par Guillaume Couture en 1663, lors d’une expédition d’exploration envoyée par Pierre du Bois d’Avaugour, gouverneur de la Nouvelle-France, afin de chercher un éventuel accès à la mer du Nord. En 1672, le père Charles Albanel se rend au Lac Mistassini pour y ouvrir une mission. Par la suite, un poste de traite des fourrures y est installé.

Le village cri de Mistissini est situé au sud-est du lac Mistassini, sur la péninsule Watson (remarquez que le nom du village s’écrit avec un «i» après la lettre «t», tandis que le nom du lac s’écrit avec un «a»).

Canton de Lizée

Proclamé en 1965 et officiellement désigné en 1964, ce canton se retrouve à l’est du lac Mistassini et à 90 km au nord-est de Chibougamau. Il est arrosé dans sa patrie est par la rivière Nestaocano et est baigné notamment par les lacs Kaanapiteskaakamau et Kaawiipuhskaakamau. Son nom souligne l’oeuvre missionnaire accomplie chez les Amérindiens de l’Ouest canadien par le père oblat Zéphirin Lisée (1856-1928). Après ses études au collège et au Grand Séminaire de Montréal, il est affecté au diocèse de Saint-Albert en Alberta où, après 1885, on le retrouve successivement à Saint-Albert, à Lac-Sainte-Anne, à l’école amérindienne de Hobbema, à Stony Plain et à Winterburn, de nouveau à Lac-Sainte-Anne puis à Rivière-qui-Barre (1912-1928). Pendant sa mission à Lac-Saint-Anne (1900) qui fusionne, en 1905, à celui du père Léon Balter, Kitciwa miteh Atchimomasinakigamissa.

lac mistassini

Lac Mistassini, une vue de l’espace, photo libre de droits.

Lac Bueil

Long de plus de 21 kilomètres, caractérisé par un contour irrégulier créant autant de presqu’îles que de baies, le lac Bueil s’étend à près de 25 kilomètres à l’ouest du lac Mistassini, longtemps la plus grande nappe d’eau douce du Québec, et à une vingtaine de kilomètres à l’est du lac Troilus, dont l’appellation évoque la mémoire de Troiulus de La Roche de Mesgouez.

Ce lac porte le nom de la commune de Bueil-en-Tourraine en France, ancienne seigneurie de la famille des Bueil, qui se situe dans la partie septentrionale du département de l’Indre-et-Loire, à 35 kilomètres environ au nord de la ville de Tours et à 50 kilomètres au sud-ouest de Vendôme ; son nom vient de deux mots gaulois dont la composition a désigné une clairière de buissons.

Honorat de Bueil, vice-amiral de Bretagne en 1577, et quelques amateurs intéressés par les profits à tirer des pêcheries et de la traite des fourrures pratiquées en Amérique, aidèrent Troilus de La Roche de Mesgouex à équiper deux navire afin de s’emparer, selon les termes d’une commission obtenue en mars 1577, de tous les territoires “dont il se pourra rendre maître” sur le continent américain. Le projet échoua, l’un des deux bâtiments de Troilus ayant été capturé par les Anglais en 1578. Ce ne qu’à la troisième tentative, en 1598, que le marquis de La Roche implantera une colonie à l’île de Sable, au large de l’actuelle Nouvelle-Écosse. Lieutenant du roi en Touraine, puis gouverneur de Saint-Malo, Bueil périt à son poste en 1590, lors de l’attaque de son château par les partisans de la Ligue, mouvement catholique hostile à Henri IV, considéré comme chef du parti protestant jusqu’à son abjuration, en 1593.

Le toponyme québécois assura la survie du nom de Bueil en l’associant à ce plan d’eau du Nord québécois, au moins depuis le début des années 1950.

Canton de Guyon

Proclamé en 1965 et situé à environ 25 km au nord du village cri de Mistissini sur la rive méridionale du lac portant le nom de Mistassini, le canton de Guyon est baigné par la baie Abatagouche au nord-ouest et le lac Deleuze au nord-est. D’innombrables étendues d’eau où se distingue à peine la rivière Chalifour couvrent sa surface dont l’altitude varie entre 380 et 470 m. L’identification en 1950 de cette division géographique inhabitée par le nom de Denis Guyon (1632-1685) est pertinente car, en 1661, il accompagnait, avec quelques autres explorateurs, les pères Claude Dablon et Gabriel Druillettes, dans un voyage qui les conduisit jusqu’au lac Nicabau, situé entre le lac Saint-Jean et le lac Mistassini. Quatre années auparavant, Guyon se serait rendu assez près de la baie d’Ungava avec l’ingénieur Jean Bourdon et un équipage d’une quinzaine de personnes. Un lac du canton de Décarie (Labelle) a évoqué l’explorateur Guyon au début du XXe siècle.

Pour en apprendre plus :

2 Comments

  1. jean tremblay

    2014/04/23 at 10:16 pm

    La longueur est juste de 161 km et la largeur de 19.
    Il fut découvert par le monde qui vivent là depuis des millénaires.

  2. MARTIN Alain

    2018/03/15 at 11:02 pm

    prendre 5 brochets de plus d’un mètre lors de ses 5 premiers lancers, voilà bien
    un exploit qui fait rêver beaucoup de pêcheurs ….

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *