Les eaux du Québec

Lac Meech

Lac Meech

Lac Meech (Outaouais)

Le célèbre lac Meech est situé à environ 10 kilomètres au nord de la ville de Gatineau, dans la municipalité régionale de comté des Collines-de-l’Outaouais. Cette nappe d’eau du parc de la Gatineau, territoire administré par la Commission de la capitale nationale atteint 5 kilomètres de longueur. Ses eaux se jettent dans la rivière Gatineau, à 5 kilomètres à l’est, en empruntant le ruisseau Meech. Le centre de villégiature de Lac-Meech s’étend au sud-est du lac. Ce nom rappelle le révérend Asa Meech (1775-1849).

Né en Nouvelle-Angleterre, le pasteur Meech a également exercé les professions de médecin et d’instituteur dans le canton de Hull.

Les archives de la Première Église Congrégationaliste de la ville de Brockton (Massachusetts) indiquent qu’il aussi exercé son ministère à cet endroit de 1800 jusqu’en 1811.

De 1812 à 1822, il a été pasteur à Canterbury, Connecticut. Diplômé en 1807 de l’Université Brown de Providence (Rhode Island), on ignore cependant dans quelle discipline Asa Meech s’est spécialisé. Bien que sa présence soit signalée dans la région de Wright’s Town (Hull ou Gatineau) dès 1815, Asa Meech ne s’établit qu’en 1822 avec sa famille à l’extrémité sud du lac que devait porter son nom. Par lettres patentes datées du 4 mars 1824 1824, il a acquis 81 hectares du lot 81 21, rang Dix, du canton de Hull. Sa maison en rondins qui s’élève à cet endroit est considérée comme étant la plus ancienne construction du parc de la Gatineau. Dans son testament rédigé devant le notaire A. Larue, d’Aylmer, en 1847, le révérend Meech, qui était également maître sténographe, a déclaré être cultivateur de profession. Il a été inhumé à Old Chelsea, village situé à 5 kilomètres au sud du lac Meech, dans le cimetière près de l’église où il a prêché et enseigné pendant près d’une trentaine d’années.

Une brochure publiée en 1968 par la Commission de la capitale nationale avait indiqué que le temps et une série de cartes ont perpétué l’orthographe fautive de lac Meach.

Dans son livre publié en 1927, le père Alexis de Barbezieux a écrit que les Anglais ont substitué au lac La Charité « celui de Meach en souvenir d’une famille qui se noya dans ses eaux profondes. Cette origine ne semble reposer sur aucun fondement historique.

Les documents attestent cependant que la deuxième épouse d’Asa Meech s’est noyée avec ses trois plus jeunes enfants lorsque leur voiture a plongé dans les eaux en crue du ruisseau de la Brasserie, à Gatineau, en 1822. L’endroit où a eu lieu cette tragédie, dans la croyance populaire, c’est donc déplacé du petit cours d’eau de Hull au lac Meech.

Lorsque l’Administration du parc de la Gatineau, territoire qui relève de cette Commission, a décidé d’introduire un nouveau système de signalisation, on a convenu d’inscrire officiellement Meech. Après une étude historique sur l’orthographe de ce patronyme associé aux entités géographiques précitées, la direction du Parc a demandé à la Commission de toponymie de modifier officiellement l’appellation de Meach à Meech, ce qui a été fait le 10 mai 1982 pour le lac, le ruisseau et le centre de villégiature.

Parmi les documents québécois consultés, la carte d’Eugène Taché de 1870, « Carte de la province de Québec, Canada » indique Lac Charité pour ce plan d’eau. Monseigneur Bruno Guigues avait noté à cet endroit, en 1848 : « Aujourd’hui nous sommes descendus dans la maison du bonhomme La Charité. »

Les plans du canton de Hull du tournant du siècle indique « Meech’s lake ». Le nom du lac Meech a été très cité vers la fin des années 1980 lorsque l’accord visant à réintégrer le Québec le Québec dans la Constitution canadienne, d’abord entériné par les onze premiers ministres réunis à la résidence du premier ministre canadien au lac Meech en avril 1987, n’a pu être ratifié par les législatures de toutes les provinces avant la date fatidique du 23 juin 1990. L’échec de l’accord du Lac-Meech a replongé le Canada dans une crise constitutionnelle encore non résolue à ce jour.

Lac Meech. Photographie de Wilder Menzed (Lezumbalabernejena). Image libre de droits.
Lac Meech. Photographie de Wilder Menzed (Lezumbalabernejena). Image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *