Les eaux du Québec

Lac Matapédia

Lac Matapédia

Lac Matapédia

Le grand lac Matapédia, le « Joyau de la Vallée de La Matapédia » est situé au pied des Appalaches. Sur la rive sud de cette mer d’azur, le joli village de Val-Brillant, une paroisse agricole de plus de mille âmes, se trouve.

Ce plan d’eau, d’une superficie de 38 kilomètres carrés, s’étend sur une longueur de 19 kilomètres et sur une largeur maximale de 3 kilomètres. Le lac Matapédia se trouve à une trentaine de kilomètres de Matane, dans l’ancienne seigneurie du Lac-Matapédia, concédée en 1694 à Charles-Nicolas-Joseph Damours de Louvières.

Alimenté par plusieurs cours d’eau dont la rivière Sayabec à l’embouchure de laquelle se trouve la municipalité de Sayabec, il se décharge dans la baie des Chaleurs par les rivières Matapédia et Ristigouche.

Le lac Matapédia est d’origine glaciaire et sa longueur est de plus de vingt kilomètres. La rivière Matapédia y est née qui se draine vers la Baie des Chaleurs.

Le lac est un vraie paradis du pêcheur de saumon et en tout temps des tas de petites barques des pêcheurs y pullulent.

Le paysage et l’écosystème de la région du Bas-Saint-Laurent sont influencés par la géologie et l’hydrographie des Appalaches à la suite de mouvements de plaques tectoniques qui ont mené au soulèvement des montagnes appalachiennes et à l’érosion des roches par eau et glace. Puis, des éléments de la matière organique ont été incorporés aux sédiments minéraux pour former le sol, la région donc est dominée par la présence de roches sédimentaires composées de roches désagrégées, formant des strates, dont le calcaire fait partie, formé par la sédimentation de particules riches en calcium dans le fond de l’eau.

En général, les roches sédimentaires de la région sont grès, mudrocks, calcaires, conglomérats et shales. On y retrouve également des roches volcaniques comme le basalte.

Origine du nom du lac Matapédia

Dans l’acte de concession de ce territoire figure la forme Matapeguia. La carte de Carey de 1807 inscrit « Lac Matapediuch » pour ce lac, tandis que Joseph Bouchette indique Lac Malapediach dans sa « Description topographique de 1815, mais mentionne Metapediach dans l’index de l’ouvrage. Stanislas Drapeau présente, en 1863, la forme graphique Matapediac pour le lac, le chemin et le canton sur une carte publiée dans « Études sur le développement de la colonisation du Bas-Canada. Cependant, dans le texte de cet ouvrage, Drapeau écrit Matapédia pour le lac, la rivière et le canton.

La carte du Québec de 1870 d’Eugène Taché porte la forme actuelle Matapédia. Selon le père Pacifique, le nom micmac Matapedia est tiré de « matapegiag » et signifie « la rivière se sépare en plusieurs branches, fait fouche ».

Joseph-Étienne Guinard prétend que Matapédia a plutôt le sens, en langue micmaque, de jonction de rivières, de mata, jonction et pegiag, rivière. Vartaintes : Mesgig Gôspem, Lac de Val-Brillant.

Lac Matapédia

Lac Matapédia. Photo : Jocelle Cauvier.

Pour en apprendre plus :

1 commentaire

  1. Renaud Jules Deschênes

    2010/11/20 at 11:08

    Souvenir de Donald Albert, fils de Léo Albert, noyé à l’âge de dix-huit ans un après-midi de juillet 1966, enterré au cimetière de la paroisse de Sainte-Florence de Matapédia. Un noyé jamais oublié qui sombra au pied du chalet familial. Grand sportif, nageur olympique, une force de la nature qui disparu subitement dans un cri de désespoir. Ce lac magnifique et sournois avala plusieurs baigneurs dans ces années oubliées des habitants du XXIe siècle. J’écris le nom Donald Albert parce que son patronyme appartient au monde des ombres. Il est parfois important de se souvenir de nos amis morts, ils emportent avec eux nos jours heureux dans la mort. J’offre ce message à ceux et celles qui ont connu Donald Albert, vif et rebelle. Une force de la nature arnachée par un lac si beau et si pur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *