Les eaux du Québec

Îles des Lacs

Îles des Lacs

Îles des Lacs au Québec

Parmi les nombreux lacs que l’on trouve dans la municipalité d’Entrelacs, dans la région de Lanaudière, le plus grand est le lac des Îles avec une superficie de 4,8 kilomètres carrés. Situé à une heure de route de Montréal, ce lac constitue une destination privilégiée pour les villégiateurs qui occupent d’ailleurs entièrement son pourtour.

L’appellation du lac remonte à très longtemps puisque déjà en 1870, Eugène Taché l’indique sur sa carte sous la forme « L des Îles ». En 1881, sur un plan de la paroisse de Sainte-Marguerite, on relève Lac des Îles ou Lac à l’Orignal. De 1930 à 1940, les cartes produites diffusent à nouveau la forme Lac des Îles. À partir de cette date, le ministère des Terres et Forêts utilise le nom du canton pour le désigner soit « Lac Wexford » et ce jusqu’à la première édition de la carte topographique au 1 : 50 000 de 1957 où l’on diffuse la forme Wexford Lake.

Le 30 décembre 1963, le lac retrouve son nom d’origine qui le caractérise fort bien d’ailleurs puisqu’il comprend quinze îles dont deux seulement sont nommées officiellement, soit la Grande Île et l’île Acapulco.

Dès le XVIe siècle, des découvreurs et explorateurs attribuent le spécifique Île à des lieux. En 1534, Jacques Cartier nomme Toutes Isles l’archipel du Vieux Fort sur la Côte-Nord et Les Islettes le havre et le passage que forme la baie de Brador, dans la même région.

Le coup d’envoi à la dénomination de nombreux lieux sous ce vocable était ainsi donné puisque parmi tous les descriptifs communs de la toponymie québécoise, c’est celui qui se répète le plus souvent. On a recensé jusqu’à maintenant pas moins de 546 lieux géographiques nommés officiellement dont le spécifique a rapport au mot île et ce, sans compter les toponymes dont le déterminant comprend le nom d’une île déjà nommée.

Les formes rencontrées tournent autour des spécifiques Île, Îles, Îlets, Îlot, Îlots, Isle, Islet, Islette et Island. Dans les langues autochtones, on rencontre, entre autres, les formes Minictikw, Ministik, Qukirtaq et Salliq. On relève également plus de 350 toponymes comprenant cet élément dans leur spécifique, mais qui sont des toponymes qui ont été remplacés. C’est ainsi que, parmi les plus connus, deux lacs et rivières des îles sont devenus Lac Iberville (Côte-Nord), Petit Lac Nominingue (Laurentides), Rivière Franquelin (Côte-Nord) et Rivière Cascapédia (Gaspésie). Quant aux 250 autres toponymes non officiels identifiant des lieux sous cette désignation, ils n’ont pas été considérés car ils dérogeaient à l’un ou l’autre critère de la Commission de toponymie, notamment en ce qui a trait à la confusion créée par des noms de lieux homonymes dans un territoire restreint.

Au nombre de 266, les lacs constituent le type d’entité géographique ayant le plus d’occurrences dont le spécifique comprend le mot Île. Aussi, on retrouve, présents dans toutes les régions, 89 Lac des Îles, 33 Lac de l’Île et 26 Lac à l’Île. Pour les distinguer, on précise parfois le nombre d’îles : Lac des Deux Îles, Lac des Trois Îles., Quatre, Six, Sept, Seize Îles, voire Lac des Mille Îles ou on ajoute un élément descriptif : Lac de la Grande Île, lac de la Grosse Île, lac de la Petite Île, lac de l’ïle Blanche, lac des Îles Brûlées, lac des Îles Flottantes, lac des Îles Rocheuses, etc.

Enfin, parmi les 25 entités municipales ayant le mot Île (Les Îles-de-la-Madeleine), Sept-Îles (Côte-Nord), Notre-Dame-de-l’Île-Perrot (Vaudreuil-Soulanges) et L’Isle-aux-Allumettes (Outaouais).

Source :

Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d’un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d’un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

île lacs
Lac Ernest à l’aurore. Source de l’image : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lac_Ernest_%C3%A0_l%27aurore.jpg

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *