Les eaux du Québec

GROBEC

GROBEC

GROBEC

Il existe une organisme – le Groupe de concertation du bassin de la rivière Bécancour (GROBEC), dont les principaux objectifs sont les suivants:

  • améliorer l’état des connaissances du bassin versant de la rivière Bécancour;
  • protéger, améliorer et mettre en valeur le milieu hydrique et les ressources du bassin dans une perspective de développement durable;
  • promouvoir la gestion intégrée des ressources du bassin;
  • assurer la représentativité des différents secteurs d’activités et parties du bassin au sein de l’organisme;
  • assurer la concertation sur l’ensemble du bassin versant en ce qui a trait aux ressources du bassin;
  • informer et sensibiliser la population du bassin versant en ce qui concerne les ressources du bassin;
  • faire connaître, auprès de la population et des différents intervenants, la notion de gestion de l’eau par bassin versant et consulter la population à propos des différentes étapes du projet de gestion de l’eau par bassin versant.

Le site Internet de GORBEC : grobec.org/grobec.php et il est possible que des experts en hydrographie, en finances, des écologistes et des gens d’autres métiers et professions pourront trouver l’emploi dans le sein de cet organisme.

St-Laurent

St-Laurent à la hauteur de Trois-Rivières. Photo : GrandQuebec.com.

Ruisseau du Lavoir

De 3 km de longueur, ce petit cours d’eau, qui décrit un arc tourné vers le nord en coulant vers l’est, forme aussi un étang de nord en coulant vers l’est, forme aussi un étang de 700 m de longueur avant de se jeter dans le Saint-Maurice, précisément à l’endroit où furent construits les premiers bâtiments des Forges du Saint-Maurice à partir de 1733. Adopté officiellement en 1980, ce toponyme se rapporte la présence d’un lavoir à minerai près du barrage de l’étang, l’une des nombreuses constructions du véritable complexe industriel que constituait cette sidérurgie durant la première moitié du XVIIIe siècle.

Ruisseau du Lavoir est attesté sur un plan de l’arpenteur J.-P. Bureau en 1845. Cependant ce toponyme a dû être détrôné ensuite par le toponyme Ruisseau des Forges qu’on repère jusqu’à l’époque contemporaine, notamment sur une carte du comté de Saint-Maurice en 1937. Ce dernier toponyme avait d’ailleurs précédé Ruisseau du Lavoir sous la graphie Ruisseau de la Forge attestée sur un plan de 1735. Alors que la rivière Saint-Maurice était connue sous le nom de Rivière des Trois-Rivières au moins jusqu’au premier tiers du XVIIIe siècle, le ruisseau du Lavoir, quant à lui, portait, parallèlement à Ruisseau de la Forge, le nom de Ruisseau à Saint-Maurice, emprunt à la seigneurie de Saint-Maurice, sinon à la rivière du même nom qui commençait à s’imposer.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *