Les eaux du Québec

Grande rivière de la Baleine

Grande rivière de la Baleine

Grande rivière de la Baleine du Nord du Québec

La Grande rivière de la Baleine prend sa source à proximité du réservoir de Caniapiscau, traverse le lac Bienville suivant une orientation est-ouest et atteint la baie d’Hudson, à la hauteur du village cri de Whapmagoostui et du village inuit de Kuujjuarapik. Sa longueur est de 726 km tandis que son bassin couvre 44 735 km2. D’importantes chutes pouvant atteindre 15 à 20 m de hauteur perturbent son cours ; affluent principal est la rivière Coats. Parallèlement à la Grande rivière de la Baleine, coule sur une distance de 380 km la Petite rivière de la Baleine dont l’embouchure se trouve à environ 100 km au nord-est de la première. Hydro-Québec projette de construire un complexe hydroélectrique majeur sur le parcours de la Grande rivière de la Baleine.

Le nom de ce cours d’eau est consigné dès 1744 dans le journal de Thomas Mitchell et dans celui de John Longland, alors que ces employés de la Compagnie de la Baie d’Hudson, partis du poste d’Eastmain, exploraient la côte est de la baie vers le nord. Pour la journée du 25 juillet, le premier mentionne une rivière que les Anglais appellent Great White Whail (sic) River ; le second note de son côté le nom Great Whale River. Le 29 juillet, pour la Petite rivière de la Baleine, Mitchell écrit Little White Whale River, alors que Longland la désigne sous le nom de Little Whale River.

Dans le journal de 1740 du poste d’Eastmain tenu par Joseph Isbister, il est question d’une rivière appelée Wapameg-Us-Sosh, nom qui signifie White Whale River, d’après la multitude de bélugas qu’on y trouve, selon le journal. On mentionne que la rivière se situe à peu de distance au sud du Gulph, c’est-à-dire le lac Guillaume-Delisle. Il est donc vraisemblable qu’il s’agit là de la Petite rivière de la Baleine.

On retrouve les noms français des rivières en 1914, sous la forme de « R. de la Grande Baleine » et de Rivière Petite Baleine, sur le feuillet nord de la carte du Québec publiée par le ministère des Terres et forêts, de même que sous la forme de Rivière « Grande » Baleine et Petite rivière « à la » Baleine dans le Dictionnaire des rivières et lacs de la province de Québec publié la même année.

La carte signale en outre que la Grande rivière de la Baleine porte le nom de Rivière Abchigamich entre l’embouchure de la rivière Coats et le lac Bienville ; ce dernier porte le nom Apiskigamish Lake sur la carte du district d’Ungava accompagnant le neuvième rapport de la Commission de géographie du Canada (1911) préparé par James White.

C’est en 1946 que la Commission de géographie du Québec a étendu le nom de Rivière de la Grande Baleine jusqu’au lac Bienville, faisant disparaître celui de Rivière Abchigamich. En 1962, la Commission décide de modifier les traductions erronées qu’on avait ainsi faites de Great Whale River et de Little Whale River et d’adopter plutôt les formes actuelles, Grande rivière de la Baleine et Petite rivière de la Baleine, considérant que les nouvelles dénominations reflètent le rapport de la taille des bassins hydrographiques respectifs et qu’elles sont ainsi plus adéquates.

L’homonymie partielle de ces noms de cours d’eau, en français et en anglais, provient de l’origine autochtone même des toponymes. Les Cris appellent Whapmagoostui la Grande Rivière de la Baleine ; cela signifie rivière à la Baleine. Ce nom fait allusion à la chasse à la baleine blanche ou béluga que leurs ancêtres capturaient dans ladite rivière. Les Cris désignent par ailleurs, sous le nom de Wapimakustus, qu’on doit rapprocher de celui qu’Isbister a noté en 1740, – un terme qui se rapporte aussi à la baleine – un segment de la Petite rivière de la Baleine non loin de son embouchure.

De leur côté, les Inuits appellent celle-ci Qilalugarsiuviup Kuunga, qui signifie la rivière du lieu où l’on chasse le béluga. L’idée de la baleine ou de béluga est toutefois absente de la dénomination inuite de la Grande rivière de la Baleine, Kuujjuaraapiup Kuunga, soit la rivière de la petite grande rivière.

Attention ! Il ne faut pas confondre la Grande rivière de la Baleine qui coule dans la région du Nord du Québec avec le lac à la Baleine, un petit lac situé tout près du réservoir Manic Deux :

Lac à Baleine

Cette nappe d’eau de la Côte-Nord se trouve à l’extrémité nord du canton de Morency, à un peu plus de 3 km à l’est du réservoir Manic Deux et de la rivière Toulnustouc, dans laquelle elle se déverse par le ruisseau à la Baleine. Une route en direction de Baie-Comeau passe près du lac. Le nom paraît sur certains plans de compagnies forestières oeuvrant sur le territoire au début du XXe siècle. Bien qu’évidemment ce lac ne puisse être un habitat propice pour la baleine, le toponyme n’en rappelle pas moins l’importance ancienne de ce mammifère marin dans toute cette partie du Québec.

Grande rivière de la baleine

Grande rivière de la Baleine, un camp de prospecteurs en 1922. Photographie libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *