Notre cuisine

Tarte Impossible

Tarte Impossible

Recette de la tarte impossible

Ingrédients :

  • Quatre oeufs
  • ½ tasse de margarine
  • Deux tasses de lait
  • Une tasse de sucre
  • Une tasse de coconut
  • ½ tasse de farine
  • Une pincée de muscade
  • Deux cuillèrées à thé de vanille

Préparation de tarte impossible :

  1. Mettre tous les ingrédients dans un bol à malaxeur. Bien mélanger le tout.
  2. Mettre dans une assiette à tarte de 10 po.
  3. Cuire au four à 350F, pendant 1 heure.
  4. La farine se sépare du mélange et forme un rond. Le centre devient une cossetarde d’œufs et la noix de coco forme un placage.

Tiré du livre de recettes de L’AFEAS de Woburn. Auteure de la recette : Jacqueline Busque.

Source : Site Web de la paroisse de Woburn : woburn.chez.com.

Notons qu’on peut utiliser le tempeh de soya au lieu de la farine pour cette recette :

Fabrication maison du tempeh

La fabrication du tempeh est à la fois simple et exigeante ; il est important de suivre attentivement toutes les étapes de la préparation sinon les résultats seron décevants. Veiller aussi à laver méticuleusement mains et ustensiles, ainsi qu’à toucher le moins possible aux légumineuses, sinon diverses bactéries risquent de se développer et le tempeh sera immangeable.

La température d’incubation est aussi un élément crucial car dans de mauvais conditions, des ferments indésirables croissent et le tempeh n’est pas comestibles. L’étendue des écarts possibles de température est peu élevée ; or, après une quinzaine d’heures de fermentation, la température interne de la préparation augmente ; il faut alors abaisser la température ambiante au risque d’obtenir du tempeh non comestible.

Le temps nécessaire à la préparation du tempeh s’étend sur plusierus heures si on utilise des haricots entiers ; une partie de ce temps sert à enlever la peau des légumineuses. Il est possible de le raccourcir si on se sert de haricots rôtis, ce qui abrège encore plus la préparation (et la valeur nutritive est identique) ; choisir des haricots non salés car le sel ralentit l’action des ferments.

  • Mettre à tremper les haricots de soya ;
  • casser les grains en deux et enlever la peau, en se servant d’un pilon ou en malaxant vigoureusement avec les mains;
    rincer avec soin et veiller à ce qu’il ne reste plus de peaux (ces deux opérations sont supprimées si on utiliser des haricots décortiqués) ;
  • covurir els haricots d’eau froide et cuire une heure à feu doux (avec des haricots rôtis, amener une eau à pleine ébullition puis y plonger les haricots et les remuer pour qu’ils ne collent pas, amener de nouveau au point d’ébullition, baisser le feu et laisser mijoter 10 minutes en brassant fréquemment) ;
  • égoutter les haricots puis les essorer soigneusement ; il convient de les étendre en une couche mince entre deux feuilles de papier ou de tissus absorbant jusqu’à ce qu’ils deviennent presque secs (environ 15 minutes) ; ils ne doivent être ni trop secs, ni trop humides ;
  • ensemencer les haricots quand leur température atteint 30 – 31 degrés C ; bien répartir la culture pour que le résultat soit unifrome (les ferments habituellement disponibles dans des magasins d’aliments naturels sont vendus sous deux formes : une culture vivante, qui vient dans une boîte de culture (rare), et une culture déshydratée, poudre blanche qui ressemble à de la fécule de maïs) ;
  • mettre la préparation dans une plat aux bords peu élevés et l’égaliser avec le dos d’une cuiller pour qu’elle ait de 2 à 3 cm d’épaisseur;
  • recouvrir le plat avec une feuille de papier d’aluminium ou de plastique ; veiller à ce qu’elle ne touche pas les haricots et la perforer avec les dents d’une fourchette à tous les 2 à 3 cm ;
  • faire incuber environ 24 heres à 31-33 degrés C. On peut construire un incubateur ou en improveser ; placer par exemple la préparation près d’un poêle à bois ou sur le dessus d’un réfrigérateur (si la température n’est pas trop élevée) ; une ampoule de 40 watts dans un four ou un placard fournit une chaleur suffisante (surveiller la température cependant puisqu’après une quinzaine d’heures de fermentation, le tempeh commence à produire sa propre chaleur ; il faut alors ventiler l’endroit pour abaisser la température si elle devient trop élevée ou mettre une ampoule moins forte) ;
  • le tempeh est prêt lorsqu’il forme une sorte de gâteau recouvert d’une micne couche blanchâtre et qu’il dégage une bonne odeur de champignons ; ne pas s’inquiéter s’il continet des taches noires ou grises, ce sont seulement des endroits qui ont davantage fermenté. S’il est orné de taches roses, c’est différent ; il a mal fermenté et n’est pas comestible ; le jeter et bien laver le contenant.

Comment utiliser le tempeh ?

Le tempeh doit toujours être mangé cuit ; il est très souvent sauté ou frit (environ 5 minutes), il devient alors doré et croustillant (l’égoutter sur du papier avant de servir). Il peut remplacer le tofu ou y être combiné dans beaucoup de recettes ; comme le tofu, il est plus savoureux s’il a mariné (au moins une vingtaine de minutes). Le tempeh peut être ajouté aux soupes, sauces, farces, trempettes, sandwichs, salades composées, ragoûts, lasagnes, pizzas, etc.

Graffiti

Graffiti sur un mur de la Vallée de la rivière Don, en Ontario. Photo de GrandQuebec.com.

Autres recettes de tartes :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *