Notre cuisine

Soupe aux gourganes

Soupe aux gourganes

Recette de la soupe aux gourganes

Ingrédients :

  • 3/4 lb de lard salé
  • 1 1/2 lbs de boeuf dans le jarret
  • 1/3 tasse d’orge
  • 1 gros oignon haché
  • Sel et poivre
  • 1 sachet de gourganes écossées congelées (400g)
  • 3 c. à soupe d’herbes salées des Jardins du Centre

Cuisson :

  1. Déposer les 4 premiers ingrédients dans un grand chaudron, ajouter 3 pintes (3 litres) d’eau et amener à ébullition.
  2. Ajouter les gourganes, sel et poivre et les fines herbes puis laisser mijoter de 2 à 3 heures.
  3. La soupe est prête lorsque les gourganes sont brunes et bien tendres.

On peut utiliser la luzerne pour cette soupe :

Comment utiliser la luzerne ?

Contrairement aux germes de haricot mungo, les germes de luzerne peuvent être mangés crus car ils sont très fins et leur goût est délicat. On les met dans les salades, les soupes, les sandwiches, les hord-d’oeuvres. On les ajoute au moment de servir dans les plats cuisinés, tels les soupes, els ragoûts, les omelettes, les légéumes et les tacos.

Germination de la luzerne dans un bocal de verre ?

  • Mesurer 10 à 15 ml (environ 1 cuillerée à soupe) de graines de luzerne sèches ;
  • mettre les graines à tremper dans de l,eau toute une nuit ;
  • égoutter et bien rincer ;
  • placer els graines dans un bocal de verre d’environ 1 litre au large goulout ;
  • couvrir l’ouverture du bocal (coton à fromage, chiffon J, et.c) et serrer à l’aide d’un anneau de métal ou d’une bande élastique ;
  • renverser le bocal puis le placer dans un endroit sombre et chaud (une armoire de cuisine par exemple) ;
  • rincer à l’eau tiède et égoutter 2 fois par jour pendant 3 ou 4 jours (l’important est que les graines ne s’assèchent pas) ;
  • exposer les germers à la lumière du jour une journée pour les faire verdir lorsqu’ils atteignent 4 à 5 cm de long ;
  • servir ou réfrigérer.

Pour l’achat du boeuf, l’achat d’une carcasse entière ou d’une demi-carcasse pour le congélateur ne constitue pas automatiquement une bonne transaction ; plusieurs facteurs sont à prendre en considération :

  • Calculer le rendement en viande, qui dépend de la catégorie de la carcasse et de la qualité de la découpe. Le prix est presque toujours basé sur le poids de la carcasse au crochet, c’est-à-dire avant désossage et parage ; les pertes sont d’environ 25 % pour le boeuf, de 15 % pour le porc (en incluant les os du cou, les pieds et la queue) et un peu mois pour le veau et l’agneau.
  • composer le prix réel avec le prix des aubaines offertes par les supermarchés ;
  • s’informer si le prix comprend la découpe et un emballage imperméable ;
  • additionner le coût de l’énergie nécessaire pour faire fonctionner le congélateur ;
  • chercher un fournisseur qui livre la viande déjà congelée ; la congélation commerciale donne de meilleurs résultats que la congélation maison car elle est plus rapide et permet de conserver la viande plus longtemps ; cela permet aussi d’économiser sur les oûts de fonctionnement du congélateur.
  • se demander s’il sera possible de consommer la viande durant la période quand elle est à son meilleur (avant 3 mois pour le boeuf, 5 mois pour les rôtis de veau et les côtelettes, 10 mois pour le porc, les rôtis et les côtelettes d’aigneu et 12 mois pour les biftecks de boeuf) sinon il s’ensuit une perte de qualité et une perte d’argent si des morceaux deviennent inutilisables ;
  • tenter de trouver un fournisseur qui accepte les spécifications concernant l’épaisseur des rôtis et des biftecks et la réparation de viande à ragoût et de viande hachée. qui identifie clairement les morceaux et qui permet d’être sur place lors de la découpe de la viande.
Soupe

Soupe communautaire. Photographie libre de droits.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *