Notre cuisine

Pour la santé du coeur

Pour la santé du coeur

Astuces pour la santé du cœur

Ce sont quelques trucs très simples de cuisson favorables à santé de votre cœur :

  • Pour permettre au gras s’égoutter, il est préférable de faire griller au four ou au barbecue les viandes.
  • Remplacez les gras saturés, tels que le beurre par des gras non saturés, tels que la margarine molle non hydrogénée qui est faible en gras saturé ou l’huile végétale.
  • Changez du dessert. Un dessert simple et très santé, ce sont des fruits. Faites les griller !
  • Jusqu’au tiers de la quantité d’huile présente dans les recettes de vinaigrettes et marinades peut être changée par une quantité égale de bouillon ou de purée de légumes.
  • Utilisez toujours des poêlons antiadhésifs. Dans ce cas vous n’utilisez que de toutes petites quantités de matières grasses.
  • N’oubliez pas que les gras ont tendance à intensifier la saveur des aliments, de sorte que si vous réduis le gras d’une recette, compensez par des fines herbes et des épices.

Archives de GrandQuébec: De la barbe à la queue : Saviez-vous que l’origine du mot barbecue serait créole? En effet, c’est ainsi que l’on appelait aux Caraïbes la façon de griller viandes et poissons « de la barbe à la queue », c’est-à-dire, en entier.

Comment diminuer la consommation de sucre ?

Di on désire diminuer sa consommation de sucre, on peut :

  • Diminuer progressivement le sucre jusqu’à l’éliminer complètement dans les aliments si le sucre n’est pas essentiel dans ce produit. Dans le café, par exemple, sur les pamplemousses, dans la vinaigrette, les jus, le yogourt, etc. ;
  • Couper le sucre jusqu’à la moitié ou parfois plus dans la plupart des recettes de gâteaux, de pâtisseries et de desserts varies ;
  • Camoufler la diminution du sucre à l’aide d’épices, ajoutant par exemple cannelle, gingembre ou muscade aux aliments ;
  • Éviter ou se méfier des aliments usinés ; quand c’est possible, lire les étiquettes, en général les mots finissant en « ose » indiquent la présence de sucre ;
  • Attendre une quinzaine de minutes avant de manger un dessert sucré, sovuent la faim disparaît et le dessert est superflu ;
  • Ne pas se décourager ; le goût est un sens qu’on peut éduquer et après un certains temps les préférences changent ; on croyait ne pas pouvoir se passer de tels aliments et voilà qu’on les trouve trop sucrés ;
  • Ne pas s’étonner si des rages de sucre on certains symptômes telles l’irritabilité et la fatigue apparaissent ; la consommation du sucre crée une dépendance semblable à celle du café et du sel ; le corps vit donc une période de sevrage qui dure habituellement une semaine ;
  • Ne pas craindre de manquer de sucre, il y en a suffisamment dans les aliments naturels sans qu’il soit nécessaire d’aller en chercher ailleurs.

Notons finalement que l’usage d’édulcorants chimiques soulève plusieurs questions troublantes dont certaines reçoivent très peu d’attention. Le pancréas est-il mis en alerte quand la langue détecte l’ingestion de sucre ? Si oui, que se passe-t-il quand il ne reçoit pas ce qui lui était promis et qu’il n’a pas besoin d’utiliser le mécanisme mis en marche ? Se pourrait-il qu’il s’ensuive une baisse du sucre dans le sang, créant à nouveau le désir de manger ? La consommation d’aliments sucrés artificiellement a-t-ell une réelle influence sur l’obésité ou ne donne-t-elle pas bonne conscience, entraînant l’ingestion d’aliments peu valables nutritivement (je peux tricher, vu qu’il n’y a pas de sucre) ? Les substitus de sucre ne font pas maigrir, ils n’entretiennent que le goût du sucre.

Poissons du lac

Poissons du lac. Photo – GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *