Notre cuisine

Salade de fruits – dinde

Salade de fruits – dinde

Salade de fruits en forme de dinde

Moitiés de poires en conserve, miettes de macarons ou amandes, fromage-crème, pomme, tranches d’ananas, mayonnaise, cerises.

Étendez du fromage-crème mou sur une moitié de poire. Recouvrez avec une autre moitié et passez le fruit entier dans les macarons émiettés ou dans des amandes hachées. Ceci forme le corps de la dinde.

Pour faire la queue, coupez des tranches d’ananas en deux et fixez chaque moitié à l’aide de cure-dent à la partie effilée de la poire.

Pour faire le cou, coupez des morceaux de ponne en rond d’une pouce de longueur et d’un demi-pouce de largeur.

Passez un cure-dent dans ces morceaux de pomme. À une extrémité du cure-dent, plasez une cerise entière et une bandelette de cerise pour représenter la tête de la dinde. Piquez la tête sur le corps et placez la dinde sur un lit de laitue. Servez avec une mayonnaise.

Poire : Quelle est la valeur nutritive de la poire ?

Sa valeur nutritive n’est pas uniforme en raison du grand nombre de variétés. En général, la poire contient 83 % d’eau, 0,4 g de protéines, 0,4 g de matières grasses, 15 g d’hydrates de carbone (constitués en partie de levulose) et 60 calories/100 g. Elle est passablement riche en potassium, en sélénium et en vitamines du complexe B. Déshydraté, la poire ne contient plus que 27 % d’eau et ses éléments nutritifs sont beaucoup plus concentrés (1,9 g de protéines, 70 g d’hydrates de carbone, 0,6 g de matières grasses et 262 calories/100 g); elle devient alors plus nourrissante. Immature, la poire peut être indigeste et laxative ; lorsqu’elle est à point, on la dit diurétique et sédative.

Pour acheter la poire, rechercher une poire lisse, ni trop molle ni trop dure, exempte de meurtrissures et de moisissures.

Utilisation de la poire : La poire peut s’apprêter presque aussi diversement que la pomme ; on la consomme aussi bien crue, séchée que cuite. On la sert en hors-d’oeuvre (elle est délicieuse accompagnée de fromage), avec les plats principaux (elle accompagne volaille et gibier), elle entre dans une multitude de desserts (compote, tartes, soufflés, glaces, mousses, sorbets, muffins, etc.) et on la cuit au vinaigre. On la transforme en jus, en confiture, en gelée, en confiserie ou en liqueurs (Poire William, eau-de-vie faite avec la variété William ; Poiré, etc.). Crue et coupée, la poire s’oxyde rapidement ce qu’on évite en l’arrosant de jus d’agrume.

On peut arroser cette salade du thé noir (la préparation du thé noir nécessite cinq étapes, soit le flétrissage, le roulage, la fermentation, la dessication et le triage. Le flétrissage vise à enlever de l’humidité aux feuilles par évaporation, afin qu’elles perdent leur fermeté et leur rigidité. Le roulage sert surtout à détruire les membranes intérieures des feuilles, ce qui agit sur la composition du thé en permettant la libération des huiles essentielles. La fermentation joue sur la saveur ; sa durée dépend des résultats recherchés. La dessication a pour but principal de mettre un terme à la fermentation et le triage permet de séparer les feuilles selon leur grosseur).

Fierté

Défilé de la fierté. Photographie de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *