Notre cuisine

Riz aux pêches

Riz aux pêches

Recette du riz aux pêches

On raconte que la recette de ce magnifique dessert Riz aux pêches a été apporté au Québec par les Chinois qui sont venus construire le chemin de fer qui liait Montréal à Vancouver. C’est une recette simple et économique, quoique nous ne sommes pas sûrs si au milieu du XIXe siècle c’était le cas pour les pêches qui étaient transportés ici à dures peines des régions sud des États-Unis ou de l’Espagne.

Riz aux pêches

Cuisiniez le riz et le sécher très soigneusement pour que les grains ne s’accolent pas les uns aux autres.

  • Prenez des pêches – les pêches en conserve feront l’affaire à merveille.
  • Placez des moitiés de pêches sur un plat à four peu profond, remplissant ce plat des moitiés de pêches.
  • Remplissez le centre de chaque tranche de pêches avec une culière de riz.
  • Puis, placez une autre couche au dessus de la première. Vous pouvez même verser un peu de sirop sur le plat.
  • Aspergez d’un peu de sucre et faites dorer le plat dans un four modéré pendant quelques minutes : 2 ou 3 minutes dans une four préchauffée, pas plus de ce temps pour éviter que les pêches se transforment en gelée.

Bon Appetit !

Pêche

Prunus persica, famille des Rosacées

Fruit du pêcher, arbre à feuilles caduques de la même famille que le poirier, le prunier et le pommier. Il semble que le pêcher sont originaire de Chine, mais les Occidentaux, que le découvrirent en Perse lors de la conquête d’Alexandre le Grand, crurent longtemps qu’il venait de Perse où il était très abondant. Le pêcher préfère les climats chauds mais des hybrided supportent des conditions plus fraîches ; en Amérique du Nord, on peut en cultiver jusqu’au Québec, seulement dans la région métropolitaine cependant, et encore avec difficulté. Les Chinois furent longtemps fascinés par la douceur et la saveur exquise de la pêche ; ils lui attribuaient le pouvoir de rendre immortel.

La pêche est une drupe ronde ou légèrement ovale. Sa peau comestible est plus ou moins mince, duveteuse et jaunâtre. Chez certaines variétés, elle est teintée de cramoisi et ce, même si la pêche n’est pas mûre ; c’est une caractéristique génétique. Sa chair juteuse, sucrée et parfumée est plus ou moins ferme et entoure un noyau ovale et ligneux d’environ 3 cm de long. Il peut être adhérent, semi-adhérent ou libre. La chair est jaune ou blanc verdâtre. Cette dernière variété, plus fragile mais très savoureuse, occupe environ 30% du marché en France; elle est peu commercialisée en Amérique du Nord. Certaines variétés de pêches sont hâtives alors que d’autres sont tardives.

Quelle est la valeur nutritive de la pêche ?

La pêche contient 0.7 g de protéines, des matières grasses à l’état de trace, 11 g d’hydrates de carbone et 43 calories/100 g ; elle est riche en vitamine A, en niacine et en potassium. C’est un des rares fruits à posséder du sélénium (0,4 mg/100 g). Elle est très souvent enduite d’une très mince pellicule de cire par les producteurs, ce qui prolonge sa durée de conservation. Elle se digère facilement sauf si elle est immature. La pêche se déshydrate et devient comme tous les fruits séchés un aliment calorifique.

La Petite Géante

La Petite Géante à Montréal. Photo : GrandQuebec.com.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *