Notre cuisine

Macaroni au fromage

Macaroni au fromage

Recette des macaroni au fromage nourrissant

Ingrédients :

  • ¼ tasse (50 ml) de margarine molle non hydrogénée
  • ¼ tasse (50 ml) de farine tout usage
  • 2 ¼ tasses (550 ml) de lait
  • 1 lb de patates douces (environ deux patates – 500g), pelées, coupées en cubes de 1 po (2,5 cm), bouillies dans l’eau salée jusqu’à ce qu’elles soient tendres, en purée.
  • Deux tasses de cheddar vieilli râpé (500g)
  • ¼ tasse de parmesan râpé
  • Trois tasses (750 ml) de macaroni de blé entier en coudes, cuit al dente, égoutté et rincé à l’eau froide
  • Sel et poivre

Cuisson :

  1. Dans un grand chaudron à feu moyen, faire fondre la margarine;
  2. Incorporer la farine en fouettant et faire cuire pendant trois minutes, en remuant constamment;
  3. Ajouter le lait en fouettant et faire cuire jusqu’à ce que le mélange soit porté à ébullition et épaississe légèrement;
  4. Fermer le feu sous le chaudron et ajouter en remuant les patates en purée et le cheddar;
  5. Assaisonner de sel et poivre;
  6. Incorporer les pâtes et placer le mélange dans une cocotte de deux litres;
  7. Saupoudrer de parmesan et griller jusqu’à ce que le mélange bouillone.

Donne sept tasses (1,75 l) de macaroni au fromage nourrissant

Truc : Faites cuire plus de patates douces en purée et congelez-les. Elles seront pratiques la prochaine fois que vous préparez ce plat.

Fromage : Produit qui apparaît après la coagulation et l’égouttage du lait, de la crème ou d’un mélange des deux. La découverte du fromage fut probablement le fait du hazard, on n’en connaît pas l’origine précise, mais ou sait, grâce à des découvertes archéologiques, qu’il se fabrique du fromage depuis plus de 5 mille ans.Une légende raconte qu’un nomade arabe, transportant do lait dans une poche faite d’estomac d’animal, aurait découvet en cours de route que son lait avait caillé. Le caillage devint et est demeuré une façon de conserver les surplus de lait. La fabrication du fromage s’est souvent effectuée dans des monastères et plusieurs fromages ont hérité de noms évoquant une telle origine (saint-paulin, tête-des-moins, trappistes, munster).

Il existe plus de 500 variétés de fromages, que l’on peut regrouper dans une vingtaine de catégories. Les caractéristiques, la qualité et la valeur nutritive du fromage dépendent de multiples facteurs, dont la race, les habitudes de vie et l’alimentation des animaux ; les saisons, les conditions climatiques, la sorte de lait utilisé (de vache, de chèvre, de brebis, de jument, de renne, de buflonne, etc.), du coagulant, de l’affinage et des conditons de stockage. L’apparition d’usines hautement mécanisées, qui peuvent traiter plus de 400 kg de lait à la fois, et l’uniformisation des méthodes de production, incluant la pasteurisation presque systèmatique du lait, ont souvent banalisé la saveur des fromages.

La fabrication du fromage comporte trois étapes principales, soit la coagulation, l’égouttage et l’affinage.

La plupart des fromages se congèlent mais leur saveur est souvent diminuée et presque tous deviennent plus friables, ce qui complique la tâche pour les couper. Bien les emballer et les congeler de préférence en segments ne dépassant pas 2 cm d’épaisseur. Les fromages secs supportent mieux la congélation que les fromages humides, les consommer en dedans de six mois. Décongeler les fromages au réfrigérateur.

Centre d'histoire de Montréal

Centre d’histoire de Montréal. Photographie de GrandQuebec.com.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *