Notre cuisine

Utiliser l’huile d’olive

Utiliser l’huile d’olive

Utiliser l’huile d’olive

L’utilisation de l’huile d’olive au lieu du beurre est une excellente façon d’éliminer une partie des gras saturés et du cholestérol qu’on trouve dans vos collations préférées.

  • Environ 25% moins de gras est requis lorsque l’huile d’olive remplace le beurre.
  • 1 c.à thé de beurre = 3/4 c. à thé d’huile d’olive.
  • 1.c. à table de beuree = 2 1/4 c. à thé d’huile d’olive.
  • 2 c. à table de beurre = 1 1/2 c. à table d’huile d’olive.
  • 1/4 tasse de beurre = 3 c. à table d’huile d’olive.
  • 1/2 tasse de beurre = 1/4 tasse + 2 c à table d’huile d’olive

Quelques mots au sujet de l’huile

Huile est une matière grasse onctueuse, insoluble à l’eau et, la plupart du temps, liquide à la température de la pièce. L’huile est utilisée depuis les temps anciens ; on croit que les premières à être pressées furent l’huile de sésame et l’huile d’olive. Les huiles n’avaient pas que des fins alimentaires, on s’en servait aussi notamment pour l’éclairer.

En alimentation, on se sert surtout d’huile végétale obtenue des légumineuses (soya, arachides), des graines (tournesol, citrouille), des céréales (maïs), des noix, des amandes, des pépins de raisins, des olives, du coton, etc. Il existe aussi des huiles animales (de baleine, de flétan, de morue, de phoque, etc.) surtout considérées comme des suppléments alimentaires et des huiles minérales (des hydrocarbures) dont seule l’huile de paraffine est comestible (elle ne doit jamais être chauffée).

L’extraction de l’huile végétale fut longtemps effectuée de façon artisanale ; elle est maintenant réalisée par une industrie puissante, complexe et diversifiée. Cette indusrtrie a imposé de nouvelles méthodes d’extraction, a popularisé des huiles presque inconnues au siècle dernier en Occident, dont l’huile de soya, et a eu une incidence jusque sur l’élevage des animaux, fréquemment nourris maintenant avec les résidus de pressage (tourteaux de pression).

Les huiles non raffinées sont plus foncées que les huiles raffinées et leur saveur est plus prononcée ; même que les personnes non averties croient souvent qu’elles sont rances, car elles sont déroutées par ce goût inhabituel, pourtant parfaitement naturel. Les huiles vierges sont souvent appelées huiles vivantes et les huiles raffinées huiles mortes, car le raffinage poussé que subissent ses huiles détruit une grande partie de leur valeur nutritive. Le raffinage agit sur la nature et sur la quantité des acides gras, sur la teneur en vitamines et en sels minéraux ainsi que sur la couleur, la saveur et les qualités de cuisson de l’huile. Une huile hydrogénée par exemple peut perdre la moitié de ses acides gras polyinsaturés, ce qui diminue son acide gras lionoléique, acide essentiel que le corps ne peut fabriquer.

On emploie l’huile végétale telle quelle ou transformée (on s’en sert entre autres pour fabriquer de la margarine, des succédanés de lait, de la crème à café et de la crème fouettée). Elle peut souvent remplacer le beurre, aussi bien pour faire revenir les aliments que pour confectionner gâteaux, sauces, muffins, etc. ; la saveur et parfois la texture changent cependant. Pour cuisiner en diminuant l’apport des matières grasses, cuire à la vapeur au lieu de sauter, de rissoler ou de frire ; on peut aussi remplacer le corps gras par du bouillon, de la sauce tamari, du jus de tomates, etc.

Huiles essentielles. Photographie de GrandQuebec.com.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *