Notre cuisine

Carrés L’hiver au Québec

Carrés L’hiver au Québec

Recette des carrés au chocolat à consommer au cours d’une longue soirée d’hiver

  • 3/4 tasse de margarine fondue ;
  • 1/2 tasse de poudre de cacao ;
  • Deux tasses de sucre granulé ;
  • Quatre œufs ;
  • Une cuillère à à thé d’extrait de vanille ;
  • 1/2 de cuillère à thé d’extrait d’amande ;
  • 1/2 de cuillère à thé de sel ;
  • Une tasse de farine tout usage, divisée ;
  • Une tasse de brisures de chocolat mi-sucré ;
  • Une tasse d’amandes effilées grillées ;
  • Une tasse de mini-guimauves.

Préchauffez le four à 350 °F ou 180 °C.

Mélangez la margarine et la poudre de cacao dans un grand bol et remuez jusqu’à consistance crémeuse. Incorporez le sucre, puis ajouter en battant les œufs, la vanille, l’amande et le sel.

Ajoutez 175 mL de farine au mélange de cacao en remuant rapidement (le tout ne sera pas encore bien mélangé). Saupoudrez les brisures de chocolat, les amandes et les guimauves sur la pâte, puis le 1/4 tasse restant de farine.

Continuez à remuer jusqu’à ce que la pâte soit bien mélangée. Versez la pâte dans un plat de cuisson graissé de 30 sur 20 cm. Cuisez au four pendant 35 minutes.

Cacao : Theobroma cacao, Malfacées – c’est le produit extrait de la fève du cacaoyer (ou cacaotier), arbre originaire d’Amérique tropicale. Le cacao entre dans la confection du chocolat; le mot désigne aussi une boisson faite à partir de poudre de cacao. Le terme « cacao » serait dérivé de cacahuatl (ou cacahuaquichtl), mot d’un dialecte maya (le nahuatl) qui dsésignait le cacoyer. Le terme « chocolat » serait d’origine aztèque et viendrait de xocoatl, mot qui désignait un breuvage chocolaté très apprécié, dans lequel les Aztèques mettaient piments, poivre, vanille, roucou (pour la couleur rouge), miel et parfois du maïs.

Le cacao occupait une place importante dans plusieurs sociétés indiennes; ainsi les Aztèques et les Mayas lui attribuaient diverses vertus médicinales et s’en servaient comme aliment et comme tribut. Chrisophe Colomb fut le premier à l’introduire en Europe, en 1502, mais à titre de curiosité seulement. Les fèves n’étant pas grillées, ce fut plutôt un désastre car la saveur était désagréable. C’est Cortexz qui commença l’exploitation commerciale du cacao en 1519. Elle se répandit en Europe à partir de l’Espagne d’abord puis de l’Italie; beaucoup plus tard, elle gagna l’Afrique (vers 1822). De nos jours, les plus grands pays producteurs sont africains (Ghana, Côte-d’Ivoire, Cameroun, Nigeria) et sud-américain (Brésil); les plus grands consommateurs sont les Américains, qui consomment environ 25% de la production mondiale du cacao. La Suisse, pays où fut inventé le chocolat au lait, est reconnue pour sa vocation chocolatière.

Le cacao est difficilement soluble ; un Hollandais, C.J. Van Houten, inventa en 1828 un procédé facilitant sa solubilisation par l’ajout d’un élément alcalin (potasse avec parfois de l’ammoniaque) qu’on nomma « procédé hollandais ». Le chocolat hollandais est plus foncé, moins acide et moins amer.

Le cacao et le chocolat servent à parfumer une grande variété d’aliments (tartes, biscuits, sauces, crèmes glacées, mousses, pains, puddings, bonbons, boissons, digestifs et beaucoup plus). De Suisse, nous vient la fondue au chocolat, chocolat auquel on incorpore de la crème et un soupçon d’alcool et dans lequel on trempe fruits frais et biscuits secs.

Gare Windsor

La gare de Windsor à Montréal, hiver. Photo : GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *