Notre cuisine

Beignets à l’érable

Beignets à l’érable

Recette des beignets à l’érable

Ingrédients :

  • 1 ¼ tasse de farine
  • 2 cuillères à thé de poudre à pâte
  • Une pincée de sel
  • Un oeuf
  • 1½ tasse de sucre
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • Le jus et le zeste d’une orange
  • 1 tasse de maïs en grains cuit
  • Une pomme délicieuse, pelée et coupée en petits dés
  • ½ tasse de sirop d’érable
  • 1 tasse de yogourt à l’érable
  • Huile pour friture
  • Sucre à glacer au goût.

Méthode :

  • Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel ;
  • Battre l’oeuf avec le sucre et l’incorporer à la farine ;
  • Ajouter l’huile d’olive, le jus et le zeste d’orange la pomme et le maïs ;
  • Mouiller avec le sirop d’érable et le yogourt, bien mêler ;
  • Plonger une cuillerée à la fois dans la friture à 190 C ;
  • Lorsqu’ils sont dorés d’un côté, les retourner de l’autre ;
  • Retirer et déposer sur du papier absorbant ;
  • Servir très chaud ;
  • Saupoudrer de sucre à glacer.

Temps de préparation : 15 minutes

Temps de cuisson : 4 minutes

Rendement : 1 douzaine

Friture

Cuisson à haute température par immersion dans un bain de matières grasses, très souvent de l’huile. L’huile doit pouvoir supporter les hautes températures. L’utilisation d’un thermomètre à cuisson présente plusieurs avantages.

Bien essuyer les légumes ou les recouvrir d’une pâte à cuire, sinon l’eau s’évapore immédiatement au contact de l’huile et provoque des éclaboussures d’huile bouillante. La pâte à cuire permet aussi de réduire l’assèchement des légumes (la pomme de terre n’en a pas besoin). Les légumes seront meilleurs s’ils ont été marinés. Les plus longs à cuire (brocoli, chou-fleur) auront avantage à être préalablement blanchis.

Le temps de cuisson de chaque légume est très variable. Il dépend du légume, de sa qualité, de sa fraîcheur, de sa grosseur, de la casserole, de la source de chaleur (gaz, electricité) et de son intensité. Cuire le moins longtemps possible ; quand plusieurs légumes sont cuirs ensemble, commencer par ceux qui demandent plus de cuisson.

La friture rend les légumes très gras ; ainsi les pommes de terre frites contiennent 13 fois plus de matières grasses que les pommes de terre nature. De très mp,breises recherches démontrent le rôle nocif du gras dans l’alimentation quand il est consommé en grandes quantités ; il est donc préférable de limiter l’ingestion d’aliments frits.

Selon leurs caractéristiques, les légumes nécessiten des soins différents. Pour plus de facilité, les principaux légumes sont divisés en trois groups :

Groupe 1 : bette à carde, chou frisé, cresson, endive, escarole, épinard, laitue, mâche, oseille*, pissenlit, romaine.Laver d’abord s’ils sont

souillés car la terre, les insects et le surplus d’humidité peuvent les faire pourrir. Réfrigérer.

Groupe 2 : Artichaut, asperge, aubergine, betterave, brocoli, chou, chou-fleur, choux de Bruxelles, carotte, céleri, concombre, courge d’été, haricots verts, navet, panais, pois verts, poivron, radis, salsifis, tomate.

Réfrigérer sans les laver, l’eau risque plus de les endommager que la saleté.

Groupe 3 : ail, citrouille, courge d’hiver, orgnon, patate douce, pomme de terre.

Conserver entre 11 et 15 degrés C ; laisser l’air circuler entre les courges.

*Oseille – patience (Rumex spp. Polygonacées)

Plantes potagères vivaces, originaires d’Europe et d’Asie. L’oseille et la patience sont deux variétés d’une même espèce qui croît à l’état sauvage ou qui est cultivée un peu partout sous les climats tempérés. Il en existe une centaine de variétés, ce qui influence la hauteur de la plante, la taille des feuilles, la densité de leur coloration verte, la saveur et la valeur nutritive. L’oseille acétosa (R.acetosa) mesure 1 m de haut ; ses feuilles larges et tendres ont légèrement une forme de flèches. Ses tiges florales hébergent des grappes de fleurs rougeâtres en forme de clochettes. L’oseille ronde (R. scutatus) a des feuilles plus grandes et plus charnues. La patience (R.patientia) est plus grande que l’oseille est ses feuilles arrondies sont rugueuses ; ses grappes de fleurs sont vertes. Elle est souvent considérée comme une mauvaise herbe. Ses feuilles, moins savoureuses car plus amères, sont cependant moins acides.

Quelle est la valeur nutrtitive de l’oseille ?

Ces plantes contiennent environ 2,6 g de protéines, 0,5 g de matières grasses, 2,6 g d’hydrates de carbone et 26 calories/100 g. Elles sont riches en magnésium, en potassium et en vitamine C. On les dit diurétiques, revitalisantes et légèrement laxatives.

Comment utiliser l’oseille ?

L’oseille peut être mangée crue ou cuite. Sa saveur aigrelette ajoute un cachet rafraîchissant aux salades. Lorsqu’elle est cuite, la consommer le plus tôt possible pour restreindre le développemnt des sels oxaliques. Elle s’apprête de la même façon que l’épinard ; elle est particulièrement délicieuse dans les soupes, avec le poisson, le veau, les omelettes et les quiches. Pour en atténuer l’acidité, on peut l’apprêter accompagnée de feuilles de laitue.

Comment acheter et conserver l’oseille ?

On achète ces légumes lorsqu’ils sont fermes et brillants. Les réfrigérer le plus rapidement possbile afin d’éviter les pertes de valeur nutritive.

Pierre vieille

Bloc erratique laissé par le glacier du Quaternaire. Photo de GrandQuebec.com.

(La recette a été tirée des Recettes de sœur Angèle : st-damase.qc.ca , site du village de Saint-Damase)

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *