Côte-Nord

Rivière-Pentecôte

Rivière-Pentecôte

Municipalité de Rivière-Pentecôte

L’ancienne municipalité de Rivière-Pentecôte, devenue aujourd’hui un secteur de la ville de Port-Cartier, dont Rivière-Pentecôte a été fusionnée en février 2003, se déploie sur une vaste superficie de plus de 773 kilomètres carrés dans la région de la Côte-Nord du Québec, près de l’embouchure de la rivière Pentecôte. Il est situé à 10 kilomètres de la Pointe-aux-Anglais. La population du village (parce que c’est en fait un village) est d’environ 700 Pentecôtoises et Pentecôtois.

L’ancienne municipalité de Rivière-Pentecôte comprenait ce village, en plus des villages de Pointe-aux-Anglais et de Baie-des-Homards. La population se localise presque exclusivement entre la route 138 et le golfe et est concentrée dans quatre secteurs : le secteur de Pointe-aux-Anglais, le secteur du Grand-Ruisseau, le secteur de Rivière-Pentecôte et le secteur de Baie-des-Homards.

Rivière-Pentecôte prend ses racines en 1661, avec la concession de la seigneurie de l’Île-aux-Oeufs à François Bissot de La Rivière. Son nom provient de la rivière Pentecôte baptisé ainsi par Jacques Cartier qui a passé devant cette rivière le jour de la Pentecôte de 1535.

Les Amérindiens montagnais connaissaient l’endroit sous le nom de Mistecapiu, qui signifie « rocher abrupt », ce qui a mené à une confusion curieuse, parce que l’on a longtemps pensé que le terme montagnais était dans ce cas une traduction du français du terme « pentecôte ».

En 1685, l’exploreur Louis Jolliet désigne la rivière dans un rapport comme « Rivière nommée la pannecoste ». En 1695, une carte géographique de ces lieux indique « Rivière de la Pentecoste ». La célèbre carte du cartographe Jacques-Nicolas Bellin, dressé en 1744, signale la rivière comme «R. Michigabiou ou R. de la Pentecôte on l’appelle aussi R. Se. Marguerite».

En tout cas, le premier bureau de poste, crée en 1884, porta le nom de Penticost River, soit la variante anglaise du nom, et ne fut renommé pour Rivière-Pentecôte qu’en 1933.

C’est en face de cet endroit qu’en 1711 une flotte de vaisseaux de guerre anglais, ayant pour mission de prendre Québec (neuf vaisseau de guerre, deux galiotes à bombe et environ soixante navires de transport de troupes, contenant 12 000 hommes), dirigée par l’amiral Hovenden Walker, s’échoue sur les récifs entourant l’île aux Œufs. Sept transports de troupes et un navire de ravitaillement sont perdus et 740 soldats dont 35 femmes attachées de régiment périssent.

En 1871, sur l’île aux Œufs, en face du village, on érige un phare dont l’entretien est confié à M. Paul Côté.

En 1885, une église paroissiale fut construite à l’embouchure de la rivière Pentecôte. Son premier curé était le père A.-B. Côté.

La première scierie fut ouverte par les frères Gagnon de Québec sur les rives la rivière Pentecôte en 1883 et à la fin du XIXe siècle, le Rivière-Pentecôte était l’un des plus importants centres industriels de la Côte-Nord (la Canadian International Paper qui hérita la scierie, l’a fermé en 1975). À partir de 1903, on y publiait le premier journal de la région, L’Écho du Labrador. Cependant, le village n’a été érigé en municipalité que le 30 septembre 1972 (et fusionné à Port-Cartier le 13 février 2003).

En avril 1952, la Caisse populaire de Rivière-Pentecôte a été fondée.

La falaise, où se trouve le village de Rivière-Pentecôte, offre une vue imprenable sur l’embouchure de la rivière, particulièrement à partir des belvédères situés à l’entrée du village et près de l’église paroissiale.

Dans le village, on peut visiter le Site historique de Rivière-Pentecôte qui témoigne de la richesse du patrimoine de la Côte-Nord (on y accède en suivant la route 138 et les indications pour le Site historique). Le site historique de Rivière-Pentecôte a été magnifiquement restauré et l’ancien site de la scierie, le moulin, les quais et quelques autres vestiges du passé vous y attendent.

Les touristes peuvent pique-niquer sur le site, et même y séjourner, puisque des aires de camping sont spécialement aménagées.  Une randonnée sur le Sentier patrimonial permettra de parcourir la pointe jusqu’à la rivière Riverin, où faune et flore, terre et mer se côtoient.

À Rivière-Pentecôte, à vélo ou en automobile vous pouvez suivre la route panoramique en direction de la Baie-des-Homards et découvrez des fenêtres qui s’ouvrent sur le fleuve Saint-Laurent.

Il est également possible de faire de la randonnée pédestre sur le Sentier de Pointe-aux-Anglais.

Le secteur de Rivière-Pentecôte présente un grand intérêt au niveau des mines. La Carrière Nordique, une carrière de granit noir, est présente au nord-ouest de la localité. La roche dominante est une anorthosite noire du complexe anorthositique de Rivière-Pentecôte, qui contient un réseau de veines de cisaillement de couleur blanche et des concentrations de minéraux mafiques qui lui donnent l’apparence d’un marbre. Le complexe renferme plusieurs sites propices à l’exploitation de granite architectural ainsi que des indices de minéraux industriels tels que l’apatite, le plagioclase, la silice et wollastonite. Des indices de cuivre, de nickel, de fer et de titane ont été identifiés dans les unités lithologiques du site (selon Nantel et Martignole, 1991).

La rivière et le lac Pentecôte, la rivière Riverin et et le lac Dupont sont des endroits de la pêche par excellence. On peut y pêcher au quai ou sur le bord des rivières, le saumon, la truite moucheté, la truite de mer et d’autres poissons. Des embarcations sont nécessaires au Lac Pentecôte et au Lac Dupont.

site historique pentecote

Site historique de Rivière-Pentecôte. Source de la photo : villeport-cartier.com.

Les plages sont aussi la richesse inestimable de la région. Du sable fin, de l’eau à perte de vue, de l’air pur, tous des synonymes pour les décrire. Elles débutent dans le secteur de Pointe-aux-Anglais pour aboutir jusqu’à l’embouchure du secteur de Rivière-Pentecôte, sur une distance de plus de 11 kilomètres.  On retrouve aussi un magnifique site naturel à l’abord de la rivière Pentecôte, réputée pour sa pêche aux saumons.

La rivière Riverin, arrivant du Nord, longe le village et se jette dans le Golfe du Saint-Laurent près de la pointe de la Rivière Est.

Les îles Cayes Rouges, ainsi nommées en raison de la couleur de leurs rochers, sont localisées à environ trois kilomètres à l’Est de Rivière-Pentecôte, face à l’anse-aux-Français aussi appelée anse à Raymond. Celles-ci sont appelées Îles Crooked sur les cartes marines, traduites pas îles Croches.

Il y a deux campings à Rivière Pentecôte. Le premier est situé le long de la route 138 et est pratiquement collé sur la route. C’est un endroit où la route longe la plage, et le camping est installé entre la route et la plage, ainsi les campeurs sont collés sur la route et sont cordés les uns à côté des autres. L’autre est situé au coeur du village, près du quai, sur l’ancien site de la Canadien International Paper, cette ancienne compagnie forestière qui a fait naître le village. On a une belle vue sur la baie.

Baie des Homards

La baie des Homards dont il s’agit ici – car il y en a trois dans le « Répertoire toponymique du Québec » – est située à 7 km au nord-est de l’embouchure de la rivière Pentecôte sur la Côte-Nord. C’est dans cette baie d’une ouverture d’au moins 3 km et fort bien dessinée par la ligne de côte, qu’on essaya, en 1895, du côte est, la pêche des homards et leur mise en conserve, selon les dires de l’abbé Victor-Alphonse Huard qui publia un rapport de voyage sur la Côte-Nord en 1897. Ce toponyme, relevé également sous la forme Lac Lobster, existe au moins depuis cette époque. Il a été repris en 1968 pour désigner un hameau du côté ouest de la baie.

Hameau Pointe-aux-Anglais

Le hameau de Pointe-aux-Anglais, où un bureau de poste fut ouvert de 1893 à 1970, prolonge la pointe du même nom situé à 4 km au nord de l’île aux Oeufs. Il rappelle un fait historique important pour la Nouvelle-France. En 1711, l’amiral britannique Hovenden Walker (1656 ou 1666 – 1725 ou 1728), qui avait reçu l’ordre de s’emparer de la colonie, était parti de Boston à la fin de juillet, à la tête de 12 000 hommes, et avançait vers Québec avec sa puissante flotte.

Une violente tempête s’éleva sur le Saint-Laurent dans la nuit du 22 au 23 août et une partie de la flotte alla s’écraser sur les récifs de la pointe et à l’île aux Oeufs, ce qui mit fin à l’expédition, car près de 900 hommes, soldats et marins, périrent noyés.

Le nom de la pointe qui apparaît sous la forme anglaise English P. sur la carte de Henry Woolsey Bayfield en 1832 se retrouve en français sur celle d’Eugène Taché en 1870, soit Pointe aux Anglais. Cette pointe aux Anglais doit être distinguée d’un toponyme semblable paru sur la carte du père Laure en 1731, Havre aux Anglais, situé immédiatement au nord de Baie-Comeau et connu de nos jours sous le nom de Baie des Anglais.

riviere pentecote

Église de Rivière-Pentecôte. Source de la photo : Harfang fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Rivi%C3%A8re-Pentec%C3%B4te.jpg.

Voir aussi :

3 Comments

  1. Maurice Lemay dit :

    la côté nord ,c,est la les plus beaux paysages en circulant sur la route 138 ,ou sur les beaux lacs sur ces territoires. Très beau pays

  2. Maurice Lemay dit :

    Très beaux beaux paysages très beaux lacs c,est la vraie nature

  3. Real Bezeau dit :

    Faudrais parler aussi de la,anse de la Chop.ou il a une une usine de Homards des frères Gagnon,

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *