Côte-Nord

Réservoir Manicouagan

Réservoir Manicouagan

Réservoir Manicouagan

Le réservoir Manicouagan est l’un des plus importants éléments de la région touristique du Manicouagan, située dans la Côte-Nord du Québec.

Le réservoir Manicouagan, ou lac Manicouagan, est formé par un énorme cratère météoritique d’une superficie totale de 1942 kilomètres, inondé suite à l’édification du barrage Daniel-Johnson sur la rivière Manicouagan.

Aujourd’hui, la profondeur moyenne du réservoir atteint 73 mètres. C’est un des plus gros réservoirs au monde. Il se trouve à une altitude de 360 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Le réservoir Manicouagan alimente les centrales hydroélectriques de Manic 5 (Daniel Johnson) et Manic 5-PA.

Au centre du réservoir Manicouagan, on peut voir l’île artificielle René-Levasseur, créée lors du remplissage du réservoir. Parfois, on nomme cet ensemble «l’œil du Québec», une appellation qui se justifie pleinement quand on regarde une carte aérienne de la zone.

Le cratère d’impact aurait été formé par un astéroïde d’environ 5 kilomètres de diamètre, tombé ici il y a 214 millions d’années. Le météorite aurait formé un cratère d’un diamètre de 100 kilomètres, puis, les millions d’années qui ont suivis, l’érosion et le dépôt de sédiments, ont ramené la taille apparente à 72 kilomètres. C’est un des plus importants cratères d’impact météoritique sur Terre. Comme dans le cas du cratère de Charlevoix, où le mont des Éboulements se trouve au centre du cratère ou astroblème, le mont Babel, d’une hauteur de 952 mètres, indique le centre du réservoir Manicouagan.

Certains scientifiques pensent que c’est l’impact de la météorite du Manicouagan qui est à l’origine d’une grande catastrophe écologique causant l’extinction de certaines espèces animales sur la Terre.

Sur le territoire du réservoir Manicouagan, se trouvent deux zones protégées, soit la Réserve écologique Louis-Babel et la Réserve de biodiversité Baie Memory.

Lac Bacouel

Situé sur la Côte-Nord, immédiatement au nord-est du lac Larocque dans lequel il se déverse et à environ 40 km au nord-ouest du réservoir Manicouagan, ce plan d’eau constitue l’une des sources de la rivière Matonipi, tributaire de la rivière aux Outardes. Commune du département de l’Oise, en France. Bacouel faisait partie, au XVIe siècle, des propriétés terriennes de Jean-François de La Rocque de Roberval (1500? – 1560), premier lieutenant général de la Nouvelle-France en 1541. La Commission de géographie a approuvé ce toponyme en 1945. Les Montagnais connaissent ce plan d’eau sous l’appellation Ishkuamitnats Shakikan, lac us les hauteurs. Variante : Petit lac aux Roches.

Réservoir Manicouagan

Réservoir de Manicouagan, l’oeil du Québec. Photo NASA, photographie libre de droits.

Voir aussi :

1 Comment

  1. Maya

    2011/02/23 at 6:25 pm

    Bonjour,

    Est-ce que vous avez un site avec des demandes d’emploi pour la Centrales Manic ?

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *