Côte-Nord

Middle Bay

Middle Bay

Village de Middle Bay

Middle Bay constitue l’un des trois villages qui composent la municipalité de Bonne-Espérance, sur la Basse-Côte-Nord. Il s’agit d’une petite localité très pittoresque, située le long de la route 138, à l’ouest de Blanc-Sablon. Aujourd’hui, Middle Bay regroupe moins de 200 résidents.

De belles collines entourent Middle Bay, et une jolie plage à l’eau cristalline invite les visiteurs à la réflexion et à la cueillette des pétoncles.

On a trouvé sur les terres de Middle Bay des traces de la présence de pêcheurs venus du pays basque dans les années 1500. On considère que pas moins de vingt à trente équipages basques s’y trouvaient parfois en même temps. Ces marins chassaient des baleines et produisaient de l’huile à partir de ces mammifères dans le détroit de Belle-Isle.

Dans les récits des explorateurs d’autrefois, ces lieux sont cités à plusieurs reprises comme Grandbaya (Grande Baie).

Aujourd’hui, les habitants du village vivent de la pêche. D’ailleurs, le tourisme y est de plus en plus présent, alors, on y développe des services de logement et on y ouvre de petits restaurants.

Centre d'inteprétation de Middle Bay

Centre d’interprétation de Middle-Bay.

Historique du village de Vieux-Fort

Vieux-Fort est un village de 145 personnes, situé sur la Basse-Côte-Nord à 10 km en ligne droite au sud-ouest du village de Rivière-Saint-Paul et à une quarantaine de kilomètres de Brador. Ce toponyme qui apparaît sous la plume de l’abbé J.-B.-A. Ferland dans son étude intitulée Le Labrador, ne semble pas être beaucoup plus ancien que la date de cette publication dans la Littérature canadienne de 1850 à 1860, soit 1863-1864.

Il a servi d’élément spécifique au toponyme Baie du Vieux Fort comme l’indique la carte de la Côte-Nord de Gustave Rinfret en 1913, et à la forme anglaise du toponyme Old Fort Bay, relevé sur la carte du Québec en 1962, laquelle identifie le bureau de poste depuis 1906. Les mots « Ancien établissement » qu’on trouve sur la carte de Nicolas Belin de 1744, indiqueraient que Vieux-Fort est le site de Brest, fréquenté notamment par des pêcheur français au tournant du XVIe siècle, remarqué par Jacques Cartier en 1534 et indiqué sur les cartes de Desliens, Vallard et Mercator peu après.

Par la suite, c’est-à-dire durant la deuxième moitié du XVIe siècle, le toponyme Brest s’est appliqué au poste de pêche de la baie de Brador qui, en 1600, constituait un important lieu de rassemblement pour les flottilles de pêche. Ce déplacement vers l’est d’environ 45 km du toponyme Brest, explique que la Commission géologique du Canada l’ait situé à Brador, à peu près en même temps que le canton de Brest fut tracé au nord de la baie de Brador en 1907.

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *