Côte-Nord

Cantons de la Côte-Nord

Cantons de la Côte-Nord

Cantons de la Côte-Nord

Le Nord-du-Québec constitue une vaste région administrative qui s’étend depuis le milieu de la péninsule du Labrador, où la forêt est encore omniprésente, jusqu’au-delà de la limite des arbres. Les glaciers y ont creusé des vallées en auge, autant près des littoraux que loin à l’intérieur. L’ingéniosité des Inuits a vite fait d’adapter leur habitat à des conditions climatiques difficiles et, aujourd’hui, les formes symboliques de cet habitat traditionnel voisinent avec les bungalows importés du sud. Essentiellement littoral, le peuple inuit avait aussi conçu, pour se déplacer sur l’eau, un bateau léger, le kayak, et, pour le transport sur terre, le cométique tiré par des chiens. De nos jours, la motoneige est devenue le véhicule du nord par excellence, relayé par l’avion pour les contacts avec le sud.

Canton d’Assini

À environ 90 kilomètres au sud-est de la ville de Fermont et un peu plus haut en latitude que le réservoir Manicouagan, ce canton inhabité (proclamé en 1965) est traversé du nord au sud par la rivière Moisie, qui, à une altitude d’environ 300 mètres, s’encaisse au travers des reliefs montagneux qui la surpassent de plus de 400 mètres. L’appellation résulte de la prononciation du mot assini, traduction en langue montagnaise du substantif roche. Un Français venu d’Angloulême, Émard Tinon (1675-1751), a d’abord pris le surnom de Desroches parce qu’il s’était installé à la rivière des Roches en Charlevoix. Parmi sa nombreuse descendance, Basile est l’initiateur de la lignée amérindienne de la famille Assini par son mariage avec une Montagnaise (1757), mais il n’a jamais cessé de porter le nom de Desroches. Son fils, Jean-Baptiste, né en 1766, devenu par la suite serviteur des Jésuites, canotier et interprète, est l’auteur de la traduction du nom de Desrochers en Assini. C’est pour rendre hommage à Georges-Lazare Assini, né en 1856, qui a cependant francisé son patronyme en Roc, que le nom de cette célèbre famille a été attaché au canton en 1962. Ashini est le titre d’un roman d’Yves Thériault, publié en 1960 et dont l’action se déroule sur la Côte-Nord, précisément dans la région où s’est illustrée cette famille, entre Tadoussac et Sept-Îles.

Сanton de Menneval

Outre une rue de Longueuil et un lac des Laurentides, le toponyme Menneval désigne un canton inhabité de la Côte-Nord, situé à quelque 45 km au sud-ouest de la ville de Fermont et à environ 90 km au nord-est du réservoir de Caniapiscau, dans la MRC de Caniapiscau (proclamé en 1965). Baigné par plusieurs plans d’eau, dont les lacs Harvey, Kendrick, Price et de la Corne, son territoire contient la source de la rivière Lillishen, affluent de la Petite rivière Manicouagan. Son nom, adopté le 27 juin 1956 par la Commission de géographie du Québec, se veut un hommage à Louis-Alexandre Des Friches, seigneur de Menneval ou Meneval (vers 1650 – vers 1703). Gouverneur de l’Acadie dès le 1er mars 1687, Manneval avait notamment le mandat de favoriser le peuplement et le développement de l’agriculture de la colonie, mais aussi d’empêcher les Anglais d’y pratiquer la pêche et le commerce. Après être passé par Québec, il arriva à Port-Royal en octobre 1687. Il n’eut guère le temps de travailler à améliorer la situation de l’Acadie, l’Angleterre ayant déclaré la guerre à la France dès 1689.

Les difficultés devinrent telles dans la colonie, victime des attaques anglaises et de dissensions entre partisans et opposants du gouverneur, que Menneval demanda son rappel.

Les autorités du Massachusetts changèrent toutefois les plans de Menneval lorsqu’elles lancèrent, sous la direction de William Phips, une expédition militaire contre les établissements acadiens.

Lorsque Port-Royal tomba, en mai 1690, Menneval fut fait prisonnier, transféré et emprisonné à Boston après l’expédition du commandant anglais William Phips en 1690.Libéré après plusieurs mois de détention, et de retour en France au printemps de 1691, il s’évertua pendant plusieurs années à réclamer de Phips des dédommagements pour ce préjudice, d’obtenir des réparations pour la perte de ses biens, confisqués par Phips à Massachusetts, sans y réussir. Tous ses efforts furent vains.

Une commune de la Haute-Normandie porte le nom de Menneval ; elle se trouve dans le département de l’Eure, à quelques kilomètres à l’est de Bernay et à environ 40 km au nord-ouest d’Évreux, chef-lieu du département. Son nom est une formation romane, autour de l’an mil, pour désigner une grande vallée. Les touristes peuvent y découvrir plusieurs châteaux ainsi qu’une église du XIIIe siècle.

Canton de Lislois

Dénommé en 1965, ce canton de la Côte-Nord est situé à la ligne de partage des eaux des bassins de l’Atlantique et du Saint-Laurent. La ville de Fermont est comprise à l’intérieur de ses limites. Il perpétue la mémoire de Paul Dupuy de Lisloye, aussi orthographié Lislois (vers 1637-1713), originaire de Beaucaire, dans le Languedoc. À son arrivée à Québec, en 1665, il était enseigne dans la compagnie Maximy du régiment de Carignan. Par son marriage avec Jeanne Couilalrd, en 1668, il reçut la moitié de la seigneurie de l’Île-aux-Oies et la moitié de celle de l’Île-aux-Grues. Il demeura seigneur de ces territoires jusqu’en 1695, alors qu’il vendra ses propriétés aux religieuses de l’Hôtel-Dieu de Québec. Désigné procureur du roi en la prévôté de Québec (1686). Lisloye sera nommé lieutenant particulier en 1695, fonction qu’il exercera jusqu’à son décès. Ce canton est baigné par plusieurs nappes d’eau importantes, notamment les lacs Moiré, Duviault et Witch.

Canton de Montesson

Ce canton (proclamé en 1908) inhabité, aux contours irréguliers, s’étend entre la rivière du Gros Mécatina, au sud, et le lac Robertson, au nord. Son territoire est marqué par la présence de quelques dizaines de nappes d’eau pour la grande majorité innommées. Il se retrouve plus précisément sur la Côte-Nord non loin de Mutton Bay, à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest du village de Saint-Augustin. Son nom évoque la mémoire de Joseph-Michel Legardeur de Croisille et de Montesson (1716-1776). Né à Bécancour, ce militaire fut interprète et commandant de nombreuses troupes d’Indiens au cours de plusieurs campagnes. Par suite de son mariage avec Claire-Françoise Boucher de Boucherville, veuve de Jean-Baptiste Pommereau, Montesson s’occupe de la chasse aux phoques à Gros-Mécatina, sur la Côte-Nord, jusqu’en 1754. Devenu seigneur de Bécancour en 1755, il poursuit néanmoins sa carrière militaire avec le grade de capitaine (1757). Cet officier, que le gouverneur Duquesne trouve souvent insubordonné et dissipé, se distingue pendant la guerre de Sept Ans et obtiendra la croix de Saint-Louis en France, en 1761. Revenu au Canada, il présente ses vœux au gouverneur Murray le jour de L’An 1764. il sera capturé par les Américains en 1775, lors de la prise du fort Saint-Jean, dans la vallée du Richelieu, il meurt en captivité, en Pennsylvanie.

Canton de Normanville

Désigné en 1956 et proclamé en 1965, ce canton est situé à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Fermont, dans la MRC de Caniapiscau. La colline Catilan et les monts Severson soulignent sa topographie montueuse où les lacs Hesse, Mogridge et Carotte côtoient quelques zones déprimées et marécageuses. Le toponyme évoque Thomas Godefroy de Normanville (vers 1610-1652), arrivé en Nouvelle-France vers 1626. Avec son frère, Jean Godefroy de Linctot (vers 1607-1681), il fut l’un des rares Français à demeurer au pays pendant l’occupation anglaise de 1629-1632. Réfugiés chez les Montagnais, les Algonquins et les Hurons, ils en apprirent les langues et devinrent des interprètes très recherchés par la suite. Collaborant avec les missionnaires de Trois-Rivières, Normanville fut plusieurs fois prisonnier des Iroquois. En août 1652, il fut cependant capturé et massacré, non loin du Cap-de-la-Madeleine.

Canton de Quertier

La partie centrale du canton de Quertier, proclamé en 1965, situé dans la région administrative de la Côte-Nord, est occupée par le réservoir Manicouagan. Le secteur nord-ouest de ce territoire est noyé par les eaux rehaussées de la rivière de la Racine de Bouleau. Édouard Quertier (1796-1872), né à Saint-Denis-sur-Richelieu, a été ordonné prêtre en 1829. Alors qu’il était curé à l’île aux Grues, il a assuré la mission chez les autochtones de Sainte-Anne-de-Portneuf, sur la Côte-Nord, et de la seigneurie de Mingan.

Canton de Rocamadour

Désespérant de ne jamais revoir la France, Jacques Cartier, au cours du terrible hiver de 1535-1536 passé à Stadaconé, qui allait devenir plus tard Québec, implora Notre-Dame de Rocamadour de protéger son équipage que le scorbut menaçait de détruire jusqu’au dernier homme. Il est noté dans la Relation de 1535-1536 : « de prier à Rocquemado, promettant d’y aller, si Dieu luy donnait grâce de retourner en France ». Rocamadour, ancienne étape sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, est, et ce depuis le Moyen Âge, un lieu de pèlerinage très célèbre, consacré à la Vierge dont une statue noire y est vénérée. Cette commune du Lot, qui doit son nom à saint Amateur ou Amator ou encore Amadour, sa forme occitane, évêque d’Auxerre, dans le corps, caché lors des invasions sarrasines, aurait été retrouvé en 1166, est aujourd’hui un des principaux centres touristiques du Quercy, à l’ouest du Massif Central. Construit à même une falaise à pic dans la gorge de l’Alzou, ce bourg d’allure médiévale avec ses portes et ses murs fortifiés, dominé par un château du XIVe siècle, constitue un des sites les plus spectaculaires de France. Ce nom de Rocamadour, tiré des écrits du fondateur du Canada, n’est apparu dans la toponymie québécoise qu’en 1949 pour désigner un nouveau canton de la Basse-Côte-Nrod. Limité par le golfe du Saint-Laurent au sud, le canton de Rocamadour n’est habité que dans le village de Rivière-Saint-Jean qui fait face à l’île d’Anticosti.

Canton de Seignelay

Arrosé par la rivière Seignelay, le canton qui porte ce même nom s’étend à environ 90 km au nord du réservoir Manicouagan. Baigné par plusieurs lac et des fondrières à filaments – sorte de nappes d’eau plus ou moins envasées et partiellement envahies par la végétation – , son relief montagneux qui atteint au moins 850 m d’altitude est marqué par une dénivellation de 396 m entre la rivière précitée et le point culminant. Ce territoire inhabité a été nommé en l’honneur de Jean-Baptiste Colbert (1651-1690)., fils aîné de Jean-Baptiste Colbert, le renommé ministre de Louis XIV qui l’a préparé très tôt aux plus hautes fonctions administratives. Dès 1672, il fut admis auprès du roi pour la signature des dépêches et, en 1683, devenant marquis de Seignelay et ministre de la Marine, à la mort de son père, il lui succéda dans presque toutes ses charges. Seignelay est le nom d’une baronnie de Bourgogne que Jean-Baptiste Colbert avait acquise en 1658. Elle devint marquisat en faveur de Colbert, père, par lettres royales, en 1668. Ce toponyme n’apparaîtra qu’en 1975 sur la carte officielle du Québec. Le canton a été proclamé en 1965.

Canton de Basset

Le nom de ce canton, proclamé en 1965 et situé au sud de la ville de Fermont, et dont la pointe nord-est frôle la frontière Québec-Labrador, rappelle le souvenir de Bénigne Basset, né à Paris vers 1639, notaire royal et arpenteur de Montréal à qui l’on doit, outre ses 2 525 actes, un plan des premières rues de cette ville dressé en 1672. Venu en Nouvelle-France probablement en 1657, il est décédé en 1699. Plusieurs grands lacs occupent ce terrain qui culmine à 762 m d’altitude : entre autres, les lacs Jonquet, Carheil, Cladonie et De La rue.

Canton de Bailloquet

Pierre Bailloquet (1613-1692), jésuite français, est arrivé à Québec en 1647 après une période d’enseignement à Bordeaux et à Poitiers. Sa vie en Nouvelle-France fut consacrée aux colons français et aux Indiens dans les missions qui s’étendaient de Port-Royal (Acadie) jusque chez les Sioux, en Illinois. Sur la Côte-Nord, il hiverna à Tadoussac en 1653, et visita les tribus papinachoises et betsiamites en 1661. Le nom de ce prêtre a été attribué à un canton limité par les rivières Manitou à l’ouest et Sheldrake, à l’est. Sauf les hameaux de Rivière-aux-Graines et de Rivière-à-la-Chaloupe, ce canton de la Côte-Nord reste inhabité.

Canton de Beaudoin

Ce canton inhabité et baigné par de nombreux lacs est situé à mi-chemin entre le réservoir Manicouagan et la ville de Fermont. Il est identifié par le nom de Jean Baudoin (vers 1662-1698), prêtre sulpicien et missionnaire à Beaubassin (Acadie). D’abord militaire, il devint ensuite mousquetaire dans les gardes du roi, puis prêtre, à partir de 1685. C’est à la suite d’une rencontre avec monseigneur de Laval et avec monseigneur de Saint-Vallier, à Paris, qu’il décida de poursuivre sa vie de missionnaire en Acadie. Proclamation du canton : 1965.

Canton Baune

Borné à l’est et au sud respectivement par les cantons de Bellecourt et de Charnay, le canton de Baune, situé sur la Basse-Côte-Nord, près du village de Chevery et proclamé en 1908, est traversé du nord au sud par la rivière Étamamiou et baigné par des lacs nombreux et multiformes, généralement orientés vers le sud-ouest. L’altitude la plus élevée du terrain est de 144 m. Ce nom rappelle la mémoire d’un capitaine d’infanterie qui obtint, en 1735, une concession de pêche sur la Côte-Nord, entre le cap Charles et la baie Saint-Alexis. Le brevet ayant été remis, la concession fut alors annulée et octroyée à Antoine Marsal. Ce capitaine signait Bonne et non Baune, d’après une note figurant dans Noms géographiques de la province de Québec (1921).

Canton de Bayfield

Proclamé en 1965, ce canton inhabité est situé à 20 km au sud-ouest de Labrieville, sur la Côte-Nord. Il est couvert de nombreux lacs, en particulier le lac Cacuscanus. Plusieurs sommets du relief atteignent 500 m. Son nom rappelle Henry Wolsey Bayfield (1795-1885), originaire de Hull, dans le Yorkshire, officier de marine et hydrographe de grande réputation qui, à partir de 1817, a réalisé les relevés hydrographiques du Saint-Laurent et de ses îles, depuis les Grands Lacs jusqu’au détroit de Belle Isle. Homme talentueux, zélé, discipliné, il s’intéressait, également à la géologie, à la minéralogie et à l’astronomie nautique. Il est l’auteur de plusieurs articles en ces domaines et de trois ouvrages hydrographiques dont The St. Lawrence Pilot (1860). Nommé amiral en 1867, il vécut encore pendant 28 ans à Charlottetown, où il habitait depuis 1841. Le souvenir de l’Hydrographe Bayfield est aussi rappelé par la dénomination d’un mont en Gaspésie. Il en est de même pour les localités portant cette appellation en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, dans l’Île-du-Prince-Édouard et en Ontario.

Canton du Vieux-Pont

Ce canton, proclamé en 1965, est situé dans l’arrière-pays de la Côte-Nord, sur la rangée la plus septentrionale des cantons du Québec. Il est baigné, notamment, par les lacs Peliptacau, Gensart et des Grosses-Roches. Ces étendues d’eau et les rivières qui les déchargent se dirigent vers le lac Opiscotéo, plus au nord et sont à la source de la rivière Caniapiscau, tributaire de la baie d’Ungava. Constitué de montagnes aux formes douces et arrondies, le relief dépasse en quelques endroits 800 m d’altitude.

Vers 1626, arrivaient à Québec les frères Thomas et Jean Godefroy, originaires de Lintot, aujourd’hui commune du Pays de Caux (Seine-Maritime), en Haute-Normandie. Après avoir travaillé comme interprète sous la direction de Samuel de Champlain, Jean s’établit à Trois-Rivières en 1633, puis, trois ans plus tard, épousait Marie Leneuf. De cette union, onze enfants virent le jour, dont Jacques Godefroy de Vieux-Pont. Ce dernier, baptisé le 6 mars 1641, suivit l’exemple de son père en devenant interprète, tout en s’occupant du commerce des fourrures. Au printemps de 1661, justement en allant faire de la traite au nord de Trois-Rivières, Vieux-Pont, accompagné d’un Français et d’une trentaine d’Attikameks, fut attaqué par une bande de 80 Iroquois. Féroce et acharné, le combat dura deux jours et et se termina par la mort de 24 assaillants, mais aussi de Vieux-Port et de la presque totalité des membres de son groupe. Seul un Attimakek réussit à fuir et à porter la catastrophique nouvelle à la petite agglomération trifluvienne. Vieux-Pont n’avait que 20 ans au moment de son décès. Il devait son nom à l’une des deux communes appelées Vieux-Pont, en Basse-Normandie, et dans laquelle sont père aurait possédé des intérêts commerciaux, fonciers, voire familiaux. La petite localité de Vieux-Pont, dans l’actuel département du Calvados, se situe entre l’Oudon et la Viette, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Lisieux et à environ 40 km au sud-est de Caen ; son nom, attesté déjà dans le Roman de Rou de Robert Wace, écrit verds 1160, se rapporte à la présence d’un ancien pont enjambant l’Oudon sur la voie romaine de Falaise-Lisieux. La commune conserve, pour ses habitants et les visiteurs, une église préromane dont une section remonte au Xe siècle. Au Québec, une seigneurie s’est d’abord dénommée Vieux-Pont. Elle s’étendait le long du fleuve, en amont de Trois-Rivières, et avait été concédée par la Compagnie des Cent-Associés à Michel Leneuf, sieur du Hérisson, le 29 mars 1649. Leneuf l’avait ensuite donné à son neveu, Joseph Godefroy, frère de Jacques, le 15 novembre 1667. Les autorités toponymiques du Québec choisirent Vieux-Pont, vers 1957, pour désigner un canton inhabité de la Côte-Nord, situé à quelque 35 km à l’ouest de la ville de Fermont et à environ 125 km au nord-est du réservoir Manicouagan. Il existe aussi une rue de Vieux-Pont dans la ville de Trois-Rivières.

Cantons de la Côte-Nord

Cantons de la Côte-Nord. Photographie par GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *