Conseils pratiques

Entretiens avec Laure Hurteau

Entretiens avec Laure Hurteau

Entretiens avec Laure Hurteau (colonne de Mme Laure Hurteau dans le journal La Presse)

Où veulent en venir ces fillettes de 14 ans qui tiennent des propos de femmes plutôt affranchies qu’averties ?

Question – Je suis une étudiante de 14 ans, mais on m’en donnerait dix-sept. Mes parents me donnent tout ce que je veux. Ils me permettent d’avoir un ami, sans être fréquentée sérieusement. Je vais souvent danser. Les garçons me recherchent beaucoup. Je ne puis aller nulle part sans que les jeunes filles se fâchent après moi. Elles sont jalouses parce que je suis capable d’avoir n’importe quel garçon. Je ne le fais pourtant pas exprès. Sans me vanter, je ne suis pas laide.

On me dit que je ne devrais pas aller dans les partys, parce que je risque ma réputation. Je suis à ma place. Mes parents disent qu’on n’a pas raison. Tous mes amis ont une bonne réputation. Nous n’avons dans notre cercle aucune veste de cuir. Pourquoi plus que les autres perdrais-je ma réputation ? Devrais-je continuer à y aller de temps en temps, sans risquer de faire parler les gens? (Une qui veut garder sa réputation).

Réponse – Si vous voulez garder votre réputation, voyez-y sans retard. Vous avez beau paraître dix-sept ans – c’est la prétention de toutes celles qui veulent brûler les étapes – cela ne change rien. Vous n’êtes encore qu’une écolière, même si vous croyez monter d’un degré en vous disant étudiante. Vous vous vantez de vos succès amoureux comme une femme d’expérience qui a éprouvé tous les moyens de séduction possibles. Vous vous mettez à dos les jeunes filles, à qui vous enlevez leurs cavaliers. Que ferez-vous quand vous aurez vingt ans? Vous serez la terreur des salons … Vous êtes en train d’essayer vos griffes. Les succès ne tarderont pas à vous griser. Vous vous ferez prendre au piège. Vos parents ne déjouent pas votre manège, parce qu’il ne voient que par vos yeux. Bientôt, ils ne pourront plus vous satisfaire, car vos désirs ne seront plus de leur ressort. Alors, il comprendront le danger, mais ne sera-t-il pas trop tard ? Vos succès ne sont pas exceptionnels. La prime jeunesse attire. Les hommes y mordent volontiers, mais ils rejettent ses fruits trop verts, sitôt qu’ils y ont goûté, pour en cueillir d’autres, plus à point. Hélas ! la malheureuse délaissée paie cher son imprudence, car ce qui fait son charme, sa pureté, sombre dans l’aventure.

C’est moins de la réputation de ceux qui vous font la cour qu’il faut vous soucier, que de la vôtre. Elle peut aussi bien se perdre par les soins d’un jeune homme de bonne famille, que par un autre, pourvu qu’il soit peu scrupuleux. N’oubliez pas que le monde est ainsi fait que les hommes ne sont pas marqué par leurs aventures amoureuses, dont ils sortent les quatre pieds blancs, comme on dit, tandis que les femmes en subissent les conséquences en se dépréciant aux yeux de tous. Il vous plaît infiniment de sentir que vous avez le dessus sur vos amies. Sans le vouloir, vous êtes provocante. Vous avez le tour. Mais, prenez garde le jeu n’est pas sans danger. Aller danser une fois de temps en temps, a l’occasion d’une célébration quelconque, ne tirerait pas à conséquence, mais de la à multiplier les plaisirs de ce genre, pour une écolière, il y a toute la différence de l’occasion à l’habitude. Ce n’est pas ainsi qu’une jeune fille distinguée se prépare à la vie.

Volts sentez parfaitement que vous n’êtes pas sur le bon chemin. Faites de la réserve votre alliée, elle n’a jamais nui à personne. Cela n’empêche pas d’être enjouée. Mieux vaut maintenir ses distances, si l’on veut prévenir les tentatives des galants.

De cette façon, une jeune fille distinguée passe au travers des difficultés. Elle garde son prestige. Vous n’en serez pas moins recherchée, au contraire, car les hommes estiment toujours davantage les femmes qui leur résistent. L’erreur de bien des jeunes filles est de craindre, qu’un amoureux s’éloigne, parce qu’elle lui refuse ce qu’il sollicite. S’il se détourne d’elle, pour cette raison, il ne vaut pas un seul de ses
regrets.

Question – Pourriez-vous donner la recette du sirop pour le rhume et la coqueluche, dans laquelle il entre des oignons? (Signée : Anxieuse).

Réponse – Je vous la donne volontiers : faire bouillir une livre d’oignons dans une pinte d’eau, réduire
à une chopine, sucrer et laisser refroidir. Couler et mettre en bouteille. En prendre quelques cuillerées par jour, toutes les deux – trois heures, environ.

Pour votre troisième question, on ne trouve des vers dans le jambon que si la viande a été avariée, ce qui est très rare avec les procédés actuels de conservation des viandes.

Question – Quelle est la signification des noms Colombe, Yvette et Armand (Signé : Violette des Champs).

Réponse – Colombe veut dire pacifique; Yvette, qui file la laine et Armand, taciturne.

À Mme Jeanne P. – Je viens, un peu tard sans doute, accuser réception de votre missive concernant l’accouchement sans douleur. Si je n’y ai pas fait écho, c’est que j’ai précisément traité du sujet il y a peu de temps. Je vois que votre expérience a été concluante et j’espère que ce beau bébé de 9 livres, à sa naissance, est maintenant un gros garçon plein de vie et qui continue à faire la joie de ses parents.

Je suis certaine que d’autres mamans voudront, comme vous, essayer cotte méthode remise à l’honneur par la médecine moderne.

Elle a fait ses preuves et continuera de les faire, car il n’est rien qui travaille aussi bien que ta nature. C’est, de toujours, la meilleure alliée. Merci de vos aimables commentaires.

Mlle Lise Lavigne, Vendée, Co. Papineau, désirerait recevoir les paroles de la chanson : “Miracle de Ste-Anne-de- Beaupré” et aussi celles de “La foule’’, je les citerai volontiers dans notre prochaine édition.

(16 octobre 1958).

Une jeune fille tourmentée par ses désirs. Illustration de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *