Chaudière-Appalaches

Robertsonville

Robertsonville

Municipalité de Robertsonville

Le 26 juillet 1909, l’Honorable Alphonse Pantaléon Pelletier, lieutenant-gouverneur de la province de Québec, a émis les lettres patentes constituant la municipalité de Robertsonville, formant une partie du Canton de Thetford. Le nom de la municipalité de Robertsonville a été choisi en l’honneur de Joseph Gibb Robertson, le président de la compagnie Québec Central Railway qui a construit le chemin de fer dans la région vers la fin du XIXe siècle (M. Robertson est devenu plus tard maire de Sherbrooke).

En fait, la localité voit le jour en 1883 pour loger les employés des mines d’amiante de la région, mais vingt-cinq années se sont écoulées avant que le village ne soit constitué officiellement.

Environ un mois plus tard, le 31 août 1909, le premier maire de Robertsonville est monsieur Georges Rousseau. Monsieur Arthur Richard est nommé premier secrétaire-trésorier du village. Son salaire annuel est établi à 30 $.

robertsonville

Église de Robertsonville © Ville de Thetford Mines, source: ville.thetfordmines.qc.ca, autorisation d’utilisation à des fins non commerciales à condition de mentionner la source et de ne pas modifier la photographie.

L’année suivante, Robertsonville construit ses premiers trottoirs et le réseau d’aqueduc. Ensuite, au cours de la même année, un système anti-incendie est instauré et une voiture à cheval est achetée par la municipalité pour subvenir aux besoins des pompiers.

En 1938, le réseau d’éclairage public est installé dans les rues. La première ligne téléphonique fait son apparition toutefois très tard, en 1950, quand la compagnie Bell est autorisée à fournir ses services au village.

En 1953, le village annexe une partie de Sacré-Coeur-de-Marie et à nouveau, en 1971, une partie de Pontbriand.

Le 17 octobre 2001, Robertsonville a fusionné avec la Ville de Thetford Mines et fait partie désormais de cette ville.

Historique du village de Robertsonville

Au sud du Saint-Laurent, dans la MRC de l’ancienne MRC de L’Amiante, à peu près à égale distance de Québec et de Sherbrooke, soit 120 km, on retrouve la modeste localité résidentielle de Robertsonville.

Petit territoire tout en longueur, cette municipalité, érigée en 1909, a été détachée de la municipalité du canton de Thetford-Partie-Nord au même moment que celles de Pontbriand et de Sacré-Coeur-de-Marie.

En dépit du fait que l’on ait avancé que l’endroit porte le nom du premier chef de gare permanent, l’on a la certitude, aujourd’hui, qu’il s’agit de Joseph Gibb Robertson (1820-1899), président fondateur de la compagnie de chemin de fer Quebec Central Railway qui, à l’époque de la colonisation du village, desservait le territoire. Cet industriel a, entre autres fonctions, occupé le poste de trésorier de la province de Québec de 1869 à 1876, puis de 1879 à 1882 et de 1884 à 1887, ce qui explique que le bureau de poste local, ouvert en 1883, ait reçu le nom de Robertson’s Station, puis de Robertsonville en 1809. En outre, député de Sherbrooke à l’Assemblée législative à compter de 1867, il occupera la charge de maire de Sherbrooke à plusieurs reprises et celle de maître de poste de Sherbrooke de 1892 à sa mort.

Depuis 1978, les citoyens de cette localité, couramment désignée sous la forme abrégée de Robertson, portent le nom collectif de Robertsonvillois.

À proximité de cette localité, qui fait désormais partie de l’agglomération de Thetfofd-Mines, on a jadis exploité des mines d’amiante ce qui explique la naissance de la petite agglomération et de la station de chemin de fer en 1883, autour desquels un village s’est graduellement constitué.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *